Jeudi  03 Radjab 1438  -  30 mars 2017
  Accueil > Reportages
Qui sont les cinq fusillés de Sétif ?
samedi 3 septembre 2016, écrit par : M.F. TOUMI

Le 24 Août 1958 est gravé en lettres de sang dans l’histoire de la guerre d’Algérie. Ce jour Sétif a connu un crime odieux commis par la soldatesque coloniale.

Repérés par les services de renseignements, ces fervents défenseurs de l’ALGERIE INDEPENDANTE ci-après :

En signe de représailles aux opérations des Fidaïyines ayant secoué la ville de Sétif durant le mois de Juillet 1958, croupissant dans les geôles de la caserne militaire, les susnommés ont été emmenés à l’aube du 24 Août 1958 au quartier El-Djenane pour être sommairement assassinés à El-Merdja (ou Merdjett BOURAS). Alors que Le jour commençait, à peine à se lever, des bruits de bottes et d’armes à feu se font entendre. Les habitants apeurés s’interrogent sur ce qui se passe. Aux premières heures de la journée, la cité grouillait de militaires, gendarmes et policiers en civil (Assorteyas) pour faire accroire aux habitants(A). les résidents d’El-Djenane découvrent cinq (05) corps criblés de balles. La nouvelle jeta la consternation et le désarroi dans Sétif et ses environs. Ceux qui ont connu ces Chahids ont conservé d’eux des souvenirs,de droiture, d’honnêteté, de courage.

Cinquante huit ans après, point de mémorial érigé sur le lieu de ce massacre.Toutefois, l’’itinéraire du tramway passant par El-Djenane a permis aux autorités locales d’avoir une occasion pour immortaliser ces chahids et de les faire connaitre davantage parmi les populations visitant Sétif et qui emprunteraient ce nouveau moyen de transport urbain, en dénommant la future station du tramway d’ El-Djenane : Les cinq fusillés, en hommage aux sacrifices de ces valeureux hommes. Vaut mieux tard que jamais dit le proverbe. L’épopée de la guerre de libération ne semble plus inspirer les nouvelles générations. Cet article se veut une action contre l’oubli.

Note : (A)
Les soldats français voulaient maquiller leur monstrueux forfait, en prétextant que ces morts ont été conduits à la cité pour identifier les refuges d’autres défenseurs de l’Algérie indépendante recherchés, mais ont tenté de prendre la fuite. Ce qui a motivé les tirs qui les ont mortellement atteint.

28 commentaire(s) publié(s)
babour :

a MF-TOUMI

POUR-QUE LES AUTORITES ALGERIENNES COMMEMORE LA STATION DU TRAMWAY LDJENEN LES 5 FUSILLES ET COMMENT VONT-ILS FAIRE POUR LES 3 00 000 AUTRES FUSILLES DE LA DECENNIE ROUGE OU NOIR A MEDITER
CDLT BABOUR

aziz :

Bonjour
Merci pour cet article et vraiment ça fait plaisir de connaître les vrais noms des 5 fusillées et dommage il n’y a pas une stelle dans leur quartier pour l’histoire. Si possible Mr Boutebna de nous donner aussi les noms des chouhadas qui sont dans la photos exécutés le 8 mai 1945.
Merci

staifi fel ghorba :

des hommes sont mort pour ce pays ils ont tout donné pour que l’algerie soit independante
et voila apres 54 ans ont se retrouve encore commandé par des traitres qui ruiné le pays
le clan de oujda dont le président fontome qui gouverne par procuration
les caporaux de france qui tiennent le pays par une main de fer et sans oublier les voleurs tel que chakib khalil saidadani le drabki et l’entouragede sa
majesté le monarque
gloire a nos martyreset vive l’algerie libre et independante

M.F.TOUMI :

Remercions d’abord Monsieur BOUTEBNA pour ses diverses publications. Ensuite, on attire l’attention des lecteurs qu’il faut lire : l’itinéraire du tramway qui passe près de la cité des 05 fusillés.......MF.TOUMI

khali :

la vérité éclatera toujours
ALLAH YARHAME ELCHOUHADA

pas de place pour la harkis

Algérien :

GRAND MERCI M.F.Toumi pour cette page de notre histoire !
Ce qui est certain, tou(te)s les dignes filles et fils du pays ne seront que reconnaissants à ses braves martyrs . Connaitre leur histoire ne sera qu’un honneur.
Ce qui est certain aussi, beaucoup de nos jours , sont ceux qui veulent par n’importe quel moyen occulter cette glorieuse histoire.
Mais que peuvent faire les serpents devant les DRAGONS ?
Ci-dessous est un autre lien qui parle de ces braves martyrs.
http://forum.setif.info/index.php?topic=12595.msg171834
GLOIRE AUX MARTYRS !

MASMOUDI :

En apprenant d’avantage sur ses anges , je me sens triste et courageux à la fois et beaucoups plus ENDETTE , en vers mon pays L’ALGERIE , c’est d’accomplir un DEVOIR IMMENSE , c’est de la SERVIR SANS RELACHE .

Commentaire n°267909 :

L’épopée de la guerre de libération ne semble plus inspirer les nouvelles générations ???? c’est à cause de la falsification de l’histoire ;

Amri_de setif :

Triste encore, ce méme monstrueux stratageme s’est répété Durant la décénnie noir...Des tétes coupés, accrochés sur des poteaux furent retrouvés par des habitants de certaines villes, villages du centre du pays...1995-1998


La France colonniale n’a jamais quitté l’Algérie...pire encore ceux qui décident par la lois des armes disent soit nous : la corruption, dégradation, dilapidation...soit le daach, guerre civile...ect... mais ils oublient la troisieme voie : la démocratie, le peuple qui décide et qui choisit.


Avec ce qui se passe aujourdhui en France, on comprend mieux qui sont les commanditaires et bénéficaires de la tragedie Algérienne année 1990-2000.
===============================================================================================================
Va-t-on voire les descendants de SOUALMI , BOUDHANE, MEHENN, HALITIM, SETTRAHMANE, BENMHIDI, AMIROUCHE, ZIGHOUT...RELEVER LE DÉFIS ET SAUVER NOTRE CHERE PATRIE : L’ALGERIE
ET FAIRE ECLATER ****LA VERITÉ SUR LE COMPLOT ORGANISÉ CONTRE L’ÉTAT ALGÉRIEN, CONTRE LE PEUPLE ALGÉRIEN.*****

kamel :

- allah yerhame chouhada
- ghadouwa aande rabi kifache rayhine nguablohome lmasouliya ntaa nesse okle
- demain chez notre dieu on va leur dire quoi je parle a tous les algerien

Commentaire n°267914 :

La France espionne l’Algérie depuis 2009 : un ancien haut cadre des services secrets français confirme
Lien : http://www.tsa-algerie.com/20160903/france-espionne-lalgerie-2009-ancien-haut-cadre-services-secrets-francais-confirme/
(La France est impliquée dans une vaste opération d’espionnage informatique depuis 2009, visant notamment l’Algérie.

Avec un logiciel malveillant du nom de « Babar », la Direction générale des services extérieurs (DGSE) française espionne un certain nombre de pays, selon les propos d’un ancien cadre des services d’espionnage français, Bernard Barbier, rapportés par le média français Le Journal du Dimanche (JDD). Ceci vient donc corroborer une information diffusée en 2014 par le journal français Le Monde.

C’est donc là une confirmation indirecte que l’Algérie fait l’objet d’espionnage par les services français depuis 2009. En effet, « Babar » a initialement été détecté par les services canadiens. Ces derniers ont retrouvé des traces du logiciel en question dans plusieurs pays, comme l’Iran, l’Espagne, la Grèce, la Côte d’Ivoire ou l’Algérie.

Selon le cadre de la DGSE, « les Canadiens ont fait du reverse sur un malware [logiciel malveillant, NDLR] (…) Ils ont retrouvé le programmeur qui avait surnommé son malware Babar et avait signé Titi. Ils en ont conclu qu’il était Français. Et effectivement, c’était un français », explique le cadre de la DGSE.)

Comme quoi,ils n’ont pas encore fini avec nous.

M.F.TOUMI :

En réponse au commentaire de BABOUR, je dirai simplement qu’il n’y a pas de comparaison entre les deux douloureux événements. Pas de polémique s’il vous plait. M.F.TOUMI

Woman :

Merci pour cette page d’histoire très intéressante car en effet nous savons à Sétif qu’il y a les "5 fusillés" mais qui, pourquoi et comment pratiquement personne ne le sait...
Ceci dit l’histoire de notre région comme celle de notre pays tout entier ne se résume pas, et loin de là, à la guerre d’indépendance, même si elle est fondatrice de l’Algérie moderne, il y a une histoire séculaire qui remonte à l’antiquité romano-berbère ( Djemila, les ruines historiques qui parsèment la ville de Sétif et laissées à l’abandon ... la VRAIE culture et nous ça fait deux ) à l’arrivée des Arabes et de l’islam, ( la ville de Beni Aziz par exemple ) et plus proche et plus dur à entendre "la décennie noire" avec ses meurtriers idéologiques qui continuent de sévir de décerveler les faibles d’esprit et de personnalité pour en faire des morts vivants capables du pire ..voir les nombreux suppôts du Fis ou de Daesh, les mêmes en fait rajeunis et recyclés mais encore et toujours le wahhabisme/salafisme rétrograde, financé par qui on sait, soutenu par notre silence pour ne pas dire notre lâcheté

Ainsi va l’HISTOIRE d’un pays et d’un peuple : il y a ceux se lèvent pour résister quitte à y à laisser leur vie et il y a ceux qui ne pensent qu’à "sauver leur tête" .... Notre fameux "héros" Djeha est est la preuve : "Hat ymene3 rassi "-
Le tout est de savoir si on veut mourir debout ou vivre couché à plat ventre...
Ca me rappelle le livre et le film " L’opium et le bâton " du grand Mammeri :devant les mitraillettes " Mout waguef ya Akli" !

khali :

Rappel pour mémoire

15 décembre 1958 : Corvée de bois : « On nettoie le pays de toute la racaille. » (Algérie)

Pierre Vidal-Naquet rapporte une lettre d’un jeune soldat, rendue publique en 1958 par les prêtres-ouvriers de la Mission de France : « On demandait des volontaires pour descendre les gars qu’on avait torturés (comme ça il ne restait pas de trace et on ne risquait pas d’histoires). Moi, je n’aimais pas ça. C’est vrai, vous savez : descendre un gars à cent mètres dans le combat, ça ne me faisait rien, parce que le gars étant loin, on ne le voit pas trop. Il est armé, et puis il peut se défendre ou se barrer au besoin. Mais descendre un gars comme ça, sans défense, froidement ... non ! Alors je n’étais jamais volontaire et il est arrivé que j’étais devenu le seul dans la section qui n’avait pas descendu « son » gars. On m’appelait la « p’tite fille » . Un jour, le capitaine m’a appelé en me disant : « Je n’aime pas les p’tites filles... Prépare toi, le prochain sera pour toi ! » Alors, quelques jours après, on avait huit prisonniers qu’on a torturés, à descendre. On m’a appelé et, devant les copains, on m’a dit : « A toi, la p’tite fille ! Vas-y ! » Je me suis approché du gars : il me regardait. je vois encore ses yeux qui me regardaient... ça me dégoûtait... J’ai tiré... Les copains ont descendu les autres. Après, ça me faisait moins drôle... C’est peut-être pas du boulot très propre ; mais, au fond, tous ces gars-là, ce sont des criminels quand on y réfléchit. Si on les relâche, ils recommencent ; ils tuent les vieillards, les femmes, les enfants. On ne peut quand même pas les laisser faire cela ... Alors, au fond, on nettoie le pays de toute la racaille... Et puis ces gars-là, ils veulent le communisme, alors vous comprenez...? »

khali :

La torture

Ce fut la face la plus sombre de cette guerre qui ne voulait pas dire son nom.
Les nouveaux témoignages de victimes, les aveux de généraux, qui ont couvert l’inavouable, et "l’appel des douze" viennent de rouvrir, après des années de silence, le dossier noir de la torture.

On ose désormais évoquer la torture, un sujet qui est resté tabou longtemps malgré quelques dénonciations isolées.

Se posent alors plusieurs questions :

Pourquoi et comment a-t-on utilisé la torture en Algérie ?
Qui sont les réels coupables cette infamie ?
Sont-ils condamnables ?
Et enfin, pourquoi ce sujet brûlant ne voit le jour que 40 ans après les faits ?

khali :

La "gegene : la torture des algériens, pratiquée par les français

La torture le plus souvent pratiquée, un peu partout, fut vite connue sous le nom de "gégène" :
c’était le passage d’électricité à travers le corps par l’intermédiaire d’électrodes placées parfois dans le sexe des femmes et reliées à un magnéto.

On a souvent affirmé que le général Massu était appliquée à lui-même, "pour voir".
Je ne peux l’affirmer. Il m’a dit, je m’en souviens, qu’il ne fallait pas exagérer, que ce n’était pas "terrible". D’autres, quoi qu’il en soit, étaient destructrices : absorption forcée de plusieurs litres d’eau à l’aide d’un tuyau de caoutchouc placé dans la bouche, ce qui pouvait entraîner la mort, coups multiples, ongles arrachés, immersion dans une baignoire jusqu’à étouffement, pendaison par les poignets durant des heures, les pointes des pieds frôlant le sol. Celle-ci fut appliquée aussi à des femmes. On n’écrit pas cela aisément. Il y en eut d’autres, plus affreuses.
Le cou tranche, le sexe dans la plaie

Le pouvoir politique, c’est le troisième acteur. Il transfère à l’armée, à Alger, tous les pouvoirs de police. Autrement dit : débrouillez-vous. Une folie. S’attaquer à l’appareil souterrain du FLN est une œuvre policière ardue à laquelle les militaires ne sont pas évidemment préparés. Dans le bulletin ronéotypé "Messages des forces armées", un officier anonyme parle en juillet 1957 de "confusion totale et permanente". Il s’interroge :
"A quelles règles se raccrocher ?
A quelle expérience ?
En fonction de quels critères juger ?
"Lourde est la responsabilité d’un pouvoir politique désemparé, lâche, qui laisse les exécutants se dépêtrer seuls dans un tel bourbier.
La torture, les exécutions sommaires, le pire, Guy Mollet, président du Conseil, le savait ; Robert Lacoste, ministre de l’Algérie, le savait ; Max Lejeune, secrétaire d’Etat aux Forces armées, le savait ; les radicaux Bourgès-Maunoury et Félix Gaillard, présidents du Conseil en 1957 et 1958, le savaient.
L’opposition le savait aussi, comme le démocrate-chrétien Georges Bidault, qui osa pourtant déclarer à la tribune de l’Assemblée qu’il fallait employer en Algérie "tous les moyens, mais seulement les moyens, que l’on pouvait enseigner aux petits enfants des écoles".

simple d’ésprit :

le choc des photos..! Notre histoire est Vrai, souvenez Vous,souvenant Nous , nous qui n’avons pas connu, se que courber l’échine,contraint est forcé
Nous Peuples insolent devant la force occupante ont ne se courba jamais, des Hommes et des Femmes à Mourir ils sont restée Libre..! notre orgueil offensant d’un peuple heureux et insolents, " l’insolence est la dignité du pauvre " Pour Que Vive L’ALGÉRIE. "contexte de la guerre d’Algérie "

khali :

La France espionne l’Algérie depuis 2009 : un ancien haut cadre des services secrets français confirme
la france joue les prolongation avec la guerre l’algérie qui en se mobilisant va remporter une belle victoire sur la france, et clouer au pilori le bec et les ongles des anciens et nouveaux harkis

rupture des relations commerciales, avec ce pays qui nous empoisonne la vie
le monde est assez grand pour en faire des amis et des partenaires qui nous respectent

rétablir la peine de mort pour les traîtres et les kidnappeurs et violeurs d’enfants

khali :

Qui veut la paix prépare la guerre
J’espère que la guerre mener par la france conte l’algérie frappera encore la france alors.... Pour que l’on puisse tous avoir la paix...

Commentaire n°267933 :

Au mois d’août 1958, un groupe de fidain, composé des martyrs Khababa Abdelouhab, Barchi Azouz et Hachemi Hocine dit Charlie , a exécuté dans une opération commando , un commandant et capitaine de l’armée française, dans la ville de Sétif.
Peut être que c’est en représailles à cette spectaculaire opération que nos braves 5 martyrs ont été assassinés sommairement.
Rahima Allah El Chouhada.

khali :

les fusillés des sétifs sont connus
il sont 5 valeurs algériens qui ont contribution à arracher l’indépendance de l’Algérie par leur sang ,
leurs identités est connus

par contre nous ignorant le nombre et l’identités des assassins
la france , si elle le désire, est en mesure de donner le nombre et l’identité des assassins et de leurs commanditaires les officiers , les colons et les politiques français

l’algérie est en droit d’exiger la traduction devant le tip des bouchers français

attention les accords d’Evian ne prévoir pas ce procès
les gouvernements successifs français ,constants dans la triche, ont tout fait pour que la vérité sur les crimes soit enterrée à jamais

ces gouvernements nou déclare des guerre sans mercies , la dernière en date a été enclenchée en 2011 et à pour arme l’informatique

cosinus :

@Babour
300.000 morts vous dites , en Syrie avec tous les bombardements, les chars, l’aviation, l’artillerie et les bombes chimiques
ils en sont à moins de 300.000 morts (à la date d’aujourd’hui on en compte 290.000). Un mort est toujours
un mort de trop une famille endeuillé. Le problème c’est la manipulation 200.000, 3000.000 morts
cela a été une tragédie nationale mais arrêtez avec ces chiffres venus de l’extérieur qui veulent nous
embourber nous déstabiliser et on les voit repris par une certaine presse, alors qu’ils ne résistent pas à une simple analyse.
300000/365= 822 morts par an 822/7= 117 morts par jours (de 1993 à 2000) même par 10 cela fait tout de même 82 morts par jour
Ne prenez pas pour argent comptant tout ce que l’on entend. excusez car le débat porte sur les 5 fusillés
Rabi Yarham echhouhada ce sont eux qui nous ont permis de lever la tête de vivre libre par leur sacrifice .
La liberté n’a pas de prix !

simple d’ésprit :

Souvenons-nous de l’épopée de notre unité dans son patriotisme
L’Épopée est ses héros réalisent ce que le peuple lutte contre nos oppresseurs qui impose sa domination par la force, d’ou la nécessité notre Révolution, aux cinq fusillées ,souvenons-nous le poids des mots.

moi aussi :

Moi aussi je fais parti des 5 fusillés , c’est moi le troisième ..... Mais j’attends toujours mon logement AADL !!
Dois-je mourir une deuxième fois monsieur boutef ?

Commentaire n°268034 :

Maintenant qu’on a su qui sont nos valeureux cinq braves martyrs de Sétif qui ont été lâchement assassinés , par les autorités françaises, en Algérie, il est aussi utile de savoir que ce genre de comportement, de l’armée française, avec les algériens, partout en Algérie, était très courant.
A titre d’exemple, je vous cite cet événement :

La bataille de Elalegue (Tebessa) *.

Le 18 septembre 1956 une bataille des plus redoutables s’était produite à Elalegue ( Tebessa ).
C’était suite à l’enterrement de 32 imams que l’armée française avait rassemblé de partout puis exécuté. Un commandant et trois capitaines avaient tué un à un les 32 imams. Dans leurs habits de couleur blanche les imams avaient été alignés comme pour faire la prière, face à la quibla, puis tués un à un par balles entre les yeux, chacun d’eux avant de succomber on l’entendait dire : « Allah Akbar ! »
Les dirigeants FLN/ALN de la région avaient décidé de riposter de la manière la plus spectaculaire possible.
Ainsi pas moins de 470 moudjahidine s’étaient organisés pour faire des attaques sur plusieurs fronts.
Des dizaines d’avions militaires, une soixantaine de chars, d’innombrables camions d’infanterie en plus de l’artillerie avaient participé dans cette bataille qui avait duré plusieurs jours.
Le premier jour 21 chahids étaient tombés au champs d’honneur de même il y avait 13 blessés.
Le deuxième jour c’était à Elbaiyadha que la bataille continuait.
Le troisième jour c’était le tour de Bia.
Le quatrième jour arrivait le tour du djebel Elbatna et pour le cinquième jour c’était à oued Meshala que la bataille battait son plein .
Pas moins de 81 chahids et 46 blessés étaient le prix de cette bataille.
Du coté armée française, 14 avions étaient abattus, 22 camions étaient brûlés et 6 chars détruits.
Le nombre de morts de soldats français n’était pas connu.
Rahima Allah El Chouhada !

* Témoignage des moudjahidine : Zemouli Ahmed , Belhocine Amara, Cheriet Ahmed et Belhocine Amar.

Source : http://forum.setif.info/index.php?topic=2515.0

khali :

merci pour le * Témoignage des moudjahidine : Zemouli Ahmed , Belhocine Amara, Cheriet Ahmed et Belhocine Amar.

bonne initiative pour ne pas oublier nos chouhada et mieux comprendre notre ennemi d’hier d"aujourd’hui et de demain la france et ses valets qui sont parmi nous

Commentaire n°268192 :

On voit bien l’intérêt que portent les sétifnautes, à l’histoire , de ceux qui se sont sacrifiés pour eux !
Rien que 26 commentaires !!!
On est loin des 73 commentaires, au sujet de Slimane Bouhafs .

Algérien :

…et l’inimaginable arriva !
Un certain Guillaume Denoix de Saint Marc , président de l’association des familles des victimes de terrorisme, devant le président français et quelques ministres, sans aucun scrupule ose comparer, les braves combattant(e)s algérien(ne)s , durant la révolution de l’indépendance ( 1954-1962), à des terroristes !!!
N’est-ce pas le monde à l’envers ?
Comment appelle-t-on l’exécution sommaire, de ces cinq martyrs ?
Les massacres du 8 mai 1945 ?
Les enfumades de la Dahra ?
La politique de la terre brulée ?
Etc… Etc… Etc…
Raconte toujours Guillaume, l’histoire a déjà trié la bonne graine de l’ivraie…
Djamila Bouhired, Zohra Drif, Hassiba Benbouali , Ali La Mointe, Abderrahmane Tlidjene, Salah Sersour , Ahmed Bendrimia et tou(te)s les combattant(e)s ALN, sont des héroïnes et des héros .
Ils ont inscrits leurs noms, en lettres d’or, sur le registre mondial, des combattants pour LA LIBERTE.

GLOIRE AUX MARTYRS !

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles