Mardi  18 Rabi Thani 1438  -  17 janvier 2017
  Accueil > Reportages
Ce jour là, 25 septembre 1962, Ferhat ABBAS proclame la République Algérienne
lundi 26 septembre 2016, écrit par : M.F. TOUMI

Après cent trente-deux ans de domination coloniale, une guerre de libération (1954-1962) conduite par le Front de Libération Nationale (FLN) et une bataille pour le pouvoir qui, au cours de l’été, a failli tourner à la guerre civile, c’est Ferhat ABBAS, le président de l’Assemblée Nationale Constituante, qui, le 25 Septembre 1962 à Alger, annonce au monde la naissance du nouvel Etat. Grande figure du courant nationaliste, l’ancien président du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (G.P.R.A) mérite cet honneur.

L’indépendance a été proclamée le 05 Juillet, mais l’euphorie de la victoire est déjà largement retombée. Entre-temps, un terrible bras de fer a opposé les divers courants du FLN, l’état major de l’armée et les chefs militaires locaux. ABBAS en est sorti très affaibli et quelque peu déçu par ses anciens camarades de combat.

Mais ce jour-là, devant les représentants de la presse internationale, l’émotion qui étreint sa voix n’est pas feinte : " Je proclame la naissance de la République Algérienne Démocratique et Populaire ". L’intitulé du nouvel Etat est à lui seul tout un programme. Dans le droit fil de la déclaration du 1er Novembre 1954, qui marque le déclenchement de la guerre de libération, les nouveaux dirigeants ont fait le choix du socialisme. Hélàs ! ici comme ailleurs, l’association des adjectifs "démocratique" et "populaire..." va se révéler désastreuse.

On est encore en pleine guerre froide entre le camp occidental dirigé par les Etats Unis et le bloc soviétique inféodé à Moscou - " l’empire du mal " comme dira plus tard Ronald Reagan. A l’époque, il n’est pas simple pour un pays nouvellement indépendant d’éviter de s’aligner sur l’un ou l’autre. Mais pour l’Algérie, la question ne se pose même pas : Révolutionnaires nous avons été, anti-impérialistes nous serons. D’où : vigilance sourcilleuse face à la nuance néocolonialiste, soutien aux mouvements de libération à travers le monde et nationalisation des richesses nationales.

Les pays du bloc de l’Est prennent en charge la formation des élites et des officiers supérieurs. Ils assurent par ailleurs l’approvisionnement de l’armée - devenue, elle aussi -populaire- en armes et matériels. Dans les mess des officiers, il n’est pas rare d’entendre parler russe.

Parallèlement, le centrisme démocratique se met en place. Sacralisé par son rôle dans la guerre de l’indépendance, le FLN devient le parti unique. La séparation entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire existe formellement, mais s’apparente à une fiction. Comme partout, l’absence de débat contradictoire ménera a la catastrophe : culte de la personnalité, régionalisme et clientélisme. Loin des idéaux de la déclaration du 1er novembre.

Ahmed BENBELLA, l’homme fort du moment a personnellement mis au point la liste des 196 membres de l’Assemblée Constituante et méthodiquement écarté ses rivaux potentiels. Alors, le 25 Septembre 1962, Ferhat ABBAS a sans doute une pensée émue pour tous les grands absents de la cérémonie Krim Belkacem, Mohamed Boudiaf et Hocine Ait-Ahmed, pour ne citer que ces trois grandes figures de la guerre de libération, n’ont pas été invités et contraients d’écouter son discours à la radio. Le lendemain, ils liront le compte-rendu de la cérémonie dans El-Moudjahid, l’organe central du FLN.

La République Algérienne Démocratique et Populaire est porteuse du gène de l’exclusion. Elle mettra longtemps à s’en remettre. Le 08 Octobre 1962, quinze jours après le discours de Ferhat ABBAS, l’Algérie deviendra 109 ème pays membre de l’Organisation des Nations Unies. Article de Cherif OUAZANI, Jeune Afrique nr 2385 du 24-25 Septembre 2006.

24 commentaire(s) publié(s)
Algérien :

Merci à Cherif Ouzani et à toi M.F.Toumi , pour cet article qui nous rappelle une grande figure de l’histoire contemporaine de notre pays. Ferhat Abbas premier président du GPRA et premier président de l’assemblée constituante de l’Algérie indépendante.
Dommage que lui et beaucoup de ses frères, véritables révolutionnaires ont été marginalisés, sinon notre pays aurait eu , peut être , un autre destin …
Mais n’est-ce pas là le sort subi par tous ceux qui ont mis l’Algérie au-dessus de tout !
Là est le comportement noble des hommes, les vrais…
Qu’ils reposent tous en paix, l’Algérie est capable d’enfanter d’autres hommes de leur trempe… Le but, pour lequel ils se sont donnés corps et âmes, sera réalisé un jour , Inchallah.
N’est-ce pas le GRAND Mohamed Larbi Benmehidi , rahimahou Allah, qui dira à sa mère :
- Si demain je ne serai pas là, tu auras tous algériens, comme tes fils.
Même si ses paroles sont destinés à sa mère, il est certain que le HAKIM parlait de l’ALGERIE !

GLOIRE AUX MARTYRS

GALEK LIBERTÉ :

Après la déclaration de la liberté ---------------------- LA HARGAMA ET TAG ALA MEN TAG.
ALLAH YARHEM EL-CHOUHADA .

Commentaire n°268375 :

ah si B.Benkhedda ou F.Abbas avaient été présidents de l’Algérie en 1962.........
.......................mais.en 2019 nous aurons Saadani président.

nosy-bé :

Le 25 septembre 1962 ,les choses n’étaient pas encore assez claires dans ce pays , pour permettre au Président Ferhat Abbas de dresser un tableau de l’Algérie naissante ,puis de dire ce qu’il voulait en faire . Lui ,l’habitué des affaires de la représentation nationale ,était ce jour là investi du rôle de présider à l’écriture ,puis à l’adoption d’une constitution pour un pays tortillé par l’Histoire .Dans ce premier discours ,on y décèle déja une forme de regrets ,voire d’amertume ,d’avoir à assumer une tache qui devait concilier l’ensemble des algériens ,dans une Algérie livrée déja à la spéculation des perdants ,des partants ,des revenants ..et que convoitaient déja des groupes rivaux ,exclusivistes ..C’est dans ce climat de peur permanente ,et de douleurs de conjonctures que l’Algérie s’essaye à l’existence . Ferhat Abbas aurait dit de l’Algérie de 2016 ,qu’elle est encore plus malade qu’elle ne l’était en 1962..et qu’à ce rythme elle n’a aucune chance de se perpétuer par elle-même ,pour elle-même . J’espère ,en toute sincérité ,me tromper !

Rassek yahbess by H.Chaabane :

Revue de presse algerienne :

• Ce jour là, 25 septembre 1962, Ferhat ABBAS proclame la République Algérienne

• Boudouaou 2016 : Un train tampone un autre train , 1 mort et 198 blessés

• Des hélicoptères Augusta seront fabriqués à Sétif 2016

• Une seule boîte de craie fournie à chaque école à Sétif 2016

• Lancement de trois satellites algériens : L’Algérie fait un pas important dans sa quête de la maîtrise des technologies spatiale et satellitaire. 2016

Kimoly de Paris :

Imaginons ou faisons une hypothèse si l Algérie et un département outre mer ( DOM ) quelle serait sa situation économique et social et politique en 2017 ?

Si Allaoua ben si Ahmed :

Quoi, on a eu l’indépendance ! Je ne le savais pas. Merci pour la nouvelle, j’espère qu’on va commencer à vivre un peu.

khali :

GLOIRE AUX MARTYRS

M.F.TOUMI :

Je vous remercie (ALGERIEN) auteur du 1er commentaire comme je remercie tous les lecteurs du site. Cet article se veut une lutte contre la culture de l’oubli que certains sont entrain d’imposer aux Algériens. Quoi qu’ils fassent leur entreprise est vouée à l’échec. Dans cet article il est dit que le gène de l’exclusion existait déjà. Ainsi ABBAS qui a constaté avec regret l’exclusion des Boudiaf, Krim et Ait-Ahmed lors de cette cérémonie. A son tour, il sera contraint de démissionner de la présidence de la 1ere assemblée constituante. Ceci lui vaudra les critiques les plus acerbes de BENALLA et des organes du FLN qui l’ont traité d’être à la solde du Roi du Maroc et de la France. Il sera exclu du "FLN" dans lequel il n’a jamais été avant le déclenchement de la guerre de libération nationale. Quelques temps après, il sera emprisonné par le régime de BENBELLA, et ne sera libéré qu’après la chute de ce dernier le 19 Juin 1965. L’exclusion et la marginalisation des gens qui ne s’alignent pas sur les programmes des forts du moment, sont dans l’ADN du système Algérien.M.F.TOUMI

hanoucha chaabane :

Chers Wantoutristes,

Abbess lui même dans L’INDÉPENDANCE CONFISQUÉE avait dit tout ce qu’il pense sur le présumé processus de décolonisation, une soi-disant transition du FLN au civil qui dure encore... WA MAZZALOU M’TAWLIN EL GAADA.

De nos jours il suffit de dire Vive l’Algerie pour s’arroger le droit exclusif à l’Algerianité et le nier aux autres ( binationaux par exemple).

Commentaire n°268402 :

@ Kimoly de Paris

Ne sais-tu pas que l’Algérie était déjà DOM de la France, pour exactement 132 ans ?
Veux-tu que je te dise quelle était la situation économique et sociale de 96 % de la population algérienne, après toute cette période de temps ?
Le moins qu’on puisse dire, elle était catastrophique !!!
Inutile d’imaginer ou supposer, vois-tu …

khali :

Kimoly de Paris :
Imaginons ou faisons une hypothèse si l Algérie et un département outre mer ( DOM ) quelle serait sa situation économique et social et politique en 2017 ?
REPONSE ET MISE AU POINT kimoly et compères
je vous renvois à lire l’histoire de la colonisation français
de faire des recherches sur, la taux de la scolarité, la gestion des administration, les installations industrielles, l’infrastructure de base, routes, hôpitaux écoles, à qui appartient terres agricoles , où vivez les ’indigènes (mot qu qualifie les algériens de souche -kabyles, chaouis, arabes, targuis, chambis, m’zabis, etc.

est ce que tes parents n’ont pas reçu des coups de fouet, des coups de pieds, des coups de bâton, de la part de colons
est ce que les harkis ont eu le même traitement ( la solde) que les militaires français ?
pourtant ils ont fait le même sale boulot, sinon pire -utilisés comme chaire à canon par les militaires français, tuer le ’’ français musulman’’ ça te vas

visite l’histoire de Regan et les essais nucléaires dans cette zone, combien de morts (homme, animaux), qu’est devenu la région ’ faune la flore
tu es bien à paris, ’ je me pose la question es-tu un colon, un fils de colon, un militaire français, le fils d’un militaire français ( qui ont tué les algériens) , un harki ou fils de harki ( pour cette catégorie de personnage - toi et tes parents sont bien au parfum de ce qu’ils ont fait, et fond pour que l’algérie sombre dans la chao) . la nostalgie que tu cherches, tu l’as trouve chez ton hollande , fabus et valls

nous les algériens vivants en algérie ou vivant ailleurs qui aiment leurs ALGÉRIE (oui l’ALGÉRIE au pluriel, celle du passé, du présent et de l’avenir), nous vivons pour l’algérie
on te laisse à ton imagination et ton rêve

Aziz :

voila le résultat de l’indépendance de l’Algerie

Scandale « Panama papers » : les pratiques illégales d’un importateur algérien de poudre de lait
http://www.tsa-algerie.com/20160930/scandale-panama-papers-pratiques-illegales-dun-importateur-algerien-de-poudre-de-lait/

Kimoly de Paris :

@ Monsieur KHALI
Les conditions élémentaires et Basic d un échange ou d un débat être démocrate , respecter l idée de l autre,argumenter et défendre son avis avec rationalité et une logique et si nécessaire des données scientifiques,des références et autres ....les questions historiques souvent sont sujets de polémique et de différents essentiellement du a la notion de subjectivité.....plusieurs architectes de la révolution algérienne pas tous ont fait appel au départ pour la naturalisation, droits aux algériens au même titre que les français .....etc pour des motifs qui restent bien évidement a débattre dans le contexte de l époque et ceci depuis l émir KHALED "début du mouvement national" jusqu a 1954 et 1962....(je ne suis pas un historien mais un lecteur d ouvrage concernant entre autre l histoire de l Algérie et du monde)....beaucoup a dire sur cette problématique mais le lieu ne s y prête pas

concernant votre commentaire notamment la dernière partie je vais me permettre de vous signifier ma stupéfaction concernant vos propos a mon égard vous me connaissez pas et vous avez utilisez l artillerie lourde mon cher .....harkis ou fils de harkis et j en passe , mon hollande et j en passe...peut être je ne suis pas nationaliste autant que vous mais j aime l Algérie parce que mes parents et mes amis y vivent et moi mème j ai vécu .....
c est regrettable mais je vais vous poser une question pourquoi l algérien est d une telle agressivité verbale et méchanceté démesurées hacha certains bien sur mais je persiste la majorité ....méchanceté gratuite et une fierté déplacée.....Cordialement sans rancunes

khali :

@ Kimoly de Paris :

Les conditions élémentaires et basic dont vous parlez, pour un échange un débat s’inscrivent dans la logique du civisme de la morale des respects des valeurs du respect des morts, des femmes et des hommes laborieuses et laborieux qui nous offert la liberté la sécurité et le bien être dans notre (votre) pays

Vous parlez de sujets polémiques et de différents essentiellement du a la notion de subjectivité, cela étant un référence ou une norme pour vous
Alors respectons celle référence et appliquez (vous Monsieur Kimoly) aux mondiales particulièrement à propos de qui est rapporté sur les agissements de Adolf Hitler, Heinrich Luitpold Himmler et Paul Joseph Goebbels qui sont des saints des anges comme tous le généraux, les capitaines, les sergents, les caporaux les soldats, les colons français

Concernant mon comportement qui a provoqué votre stupéfaction, je vous signale que votre agressivité à l’endroit de l’Algérie ses Chouhada y compris 3 des mes frères 8 cousins et plus d’une vingtaine des mon douar ma fierté , a eu droit à une réponse mesurée et modérée qui s’accommode à la circonstance et à la gravité des faits que vous avez exprimé

Sachez que l algérien n’est pas d une telle agressivité verbale et méchanceté démesurées comme vous l’affirmez avec préjugé
L’algérien a un gros cœur , il est serviable, aimable avec les personnes bien éduqués et respectueux de ses valeurs . je ne pense pas que vous allez me contredire avec votre vie en France et vos réactions

Mes respects , mes salutations sans rancunes Khali

khali :

@ Monsieur Kimoly paris
je vous signale que j’ai vécu que j’ai vécu l’époque coloniale en étant un petit garçon qui tient tête aux soldats et aux officiers français durant leur raffles

Comme tout algérien ayant vécu l’époque coloniale, je n’ai pas oublié la TORTURE pratiquée en ALGERIE sur les algériens et les algériennes par des policiers, et des militaires français et les supplétifs de l’armée française (pour ne pas user le mot harki qui heurte certaines sensibilités)
Il faut dire que même , que ses techniques sont furent enseignées et nationalisées dans des lieux de détentions spécialisé
Elle est même devenue la méthode courante de recherche du renseignement inévitable, cela est mena à la barbarie
Ce dossier douloureux et tragique avec sa part de vérité après + de 53 ans , tout citoyen, tout homme libre. Dès lors se pose la question cruciale
-  Pourquoi ce long silence politique ?
-  Pourquoi la censure et l’autocensure des médias sur ce que tous savaient ?
-  Pourquoi plus de 5 décennies de mutisme pour ces hommes
-  Pourquoi des personnes intelligentes comme vous Monsieur Kimoly vous restez accroché et suspendus à ce que le colonialisme vend : le bienfait de la colonisation
L’armée française coloniale en Algérie et certains corps de police ont perpétré des crimes de guerre là où ils étaient censés rétablir l’ordre, c’est un fait indiscutable
Et si les hommes ordinaires ont commis des forfaits souvent à contrecœur, c’est sous la pression consciente d’intérêts politiques et économiques incarnés dans des personnalités profitant d’une totale impunité
La république française en Algérie si elle a retrouvé sa cohérence et s’est engagée dégagées du colonialisme, doit aux premiers un statut de victimes de guerre , ceci afin de les faires bénéficier des possibilités psychothérapiques depuis longtemps revendiquées en faveur des torturés ou témoins

Je me limite à ce passage : vous pouvez consulter : et dans l’empire français : une ...
La torture en Algérie coloniale - Alger - Miliana
www.algermiliana.com/blog/le-coin-de-mourad.../la-torture-en-algerie-coloniale.html
1.
22 août 2016 - Comme tout Algérien ayant vécu l’époque coloniale, je n’ai pas oublié la ... L’arméefrançaise en Algérie et certains corps de police ont ..

khali :

Monsieur un peu d’histoire komily paris

Un crime d’État”

Par : Saïd Ibrahim, Liberté, 8 mai 2007

“Cesse d’ouvrir ta grande gueule car la guerre d’Algérie continue.” C’est en ces termes que le général Schmit a mis, en garde en 2002, le militaire Clauarec qui a reconnu avoir exécuté 87 Algériens de manière extrajudiciaire pendant les 57 mois où il avait servi l’armée française en Algérie durant la guerre de Libération. Cet adjudant aujourd’hui à la retraite détient une documentation détaillée et bien fournie sur toutes les opérations auxquelles il avait participé. Pris de remords, il met cette importante documentation à la disposition des victimes algériennes et de leurs ayants droit pour servir de preuves quant aux sévices subis. Et c’est justement de cette mise à la disposition des victimes de preuves que les responsables militaires et politiques français ont le plus peur.
Les victimes et les ayants droit n’ont aucune chance d’obtenir des documents par les voies légales, car les autorités françaises refusent d’ouvrir les archives et les pouvoirs publics algériens semblent non concernés par ce problème.
Ces révélations ont été rendues publiques hier par Me Benbraham lors de la conférence de presse qu’elle a animée au Forum d’El Moudjahid sur le thème “Torture durant la colonisation, crime d’État contre l’humanité”. La conférencière a tenu, preuves à l’appui, à rendre responsable l’État français des exactions commises sous sa “bénédiction”. Elle se réfère à la circulaire envoyée par le général Massu aux militaires, le 19 mars 1957, pour leur intimer l’ordre de généraliser la torture. “En 57, le maire d’Alger Chevalier avançait le chiffre de 5 000 disparus, selon les avis de recherches des parents de disparus”, affirme Me Benbraham. Cette dernière rappelle que durant toute la période où les pouvoirs spéciaux étaient conférés à l’armée, suite au vote de l’Assemblée française en 1956, la torture et les exécutions extrajudiciaires étaient institutionnalisées. “La torture devient alors un moyen de gouvernance colonial vis-à-vis du colonisé. En faisant de l’Algérien un objet et de la torture un moyen de maintien de l’ordre. C’était le slogan de l’armée française dès l’instauration des pouvoirs spéciaux”, déclare l’avocate.
Devant tant d’exactions, des militaires de haut rang ont dénoncé cette dérive. C’était le cas du général Paris de la Bolardière qui avait refusé d’appliquer les directives de Massu. Il payera cher son humanisme et surtout son sens chevaleresque en temps de guerre en refusant de recourir à la torture.
Ce saint-cyrien sera condamné à 18 mois de prison ferme et sera dégradé. Sa veuve est signataire avec le groupe de 12 personnalités françaises réclamant la vérité sur la torture et les exactions durant la guerre de Libération.
Par ailleurs, le préfet de police d’Alger Paul Teitdjene, voyant que l’armée avait tous les pouvoirs et devant son impuissance en tant que représentant du pouvoir politique, avait préféré démissionner.
Me Benbraham promet de mener le combat jusqu’à ce que les victimes algériennes recouvrent leur dignité et l’État français condamné. Elle rappellera les obstacles rencontrés par Louiza Ighilahriz lorsqu’elle avait osé déposer une plainte contre le général Schmit. “Le général tortionnaire avait tout nié et avait traité sa victime de folle”, affirme Me Benbraham. Cette dernière insistera, par ailleurs, sur le cas de Baya Akrour, condamnée à mort par le tribunal permanent des armées alors qu’elle n’avait que 17 ans. Faute de documents officiels, l’avocate rappelle que les livres de certains tortionnaires sont autant de preuves qu’elle utilisera au moment opportun devant la justice internationale.
Pour ce faire, elle exhibe le statut de Rome de la Cour pénale internationale du 17 juillet. “Ce statut est applicable pour les crimes de guerre commis en Algérie par l’armée coloniale. Ces crimes sont imprescriptibles et c’est pourquoi tôt ou tard l’État français en tant que tel aura à répondre de ces crimes”, ajoute l’avocate qui remercie au passage les militaires français pris de remords et qui se montrent disponibles pour remettre des preuves sur les exactions commises sur les Algériens.
L’avocate se demande pourquoi condamne-t-on les auteurs de crimes dans l’ex-Yougoslavie et le Rwanda, alors que des officiers français avouent leurs crimes en toute impunité.
Mme Ighilahriz affirme, pour sa part, qu’elle est en train de réunir des preuves auprès d’ex-militaires français car les voies légales lui sont fermées : “J’ai demandé mes multiples billets d’écrous dans les différentes prisons françaises, et croyez-moi ou non, le directeur du service pénitentiaire du ministère de la Justice français m’a répondu que toutes les archives ont brûlé.”

Saïd Ibrahim

Kimoly de Paris :

@ Monsieur du Commentaire n°268402

L Algérie n a pas été un DOM depuis 132 ans sachant que jusqu a 1871 le régime de l époque était militaire et n était pas considérée comme DOM...
donc la gouvernance dépendait principalement des pouvoirs militaires....a mon avis le problème dont souffre ce beau pays se situe dans la gouvernance ,les moyens ne manquent pas soit financiers ou humains ou mème les compétences ....comment explique t on la situation actuelle ?
les français continuent de pleurer l Algérie parce qu ils savent pertinemment les potentialités dont dispose ce pays.... un DOM en période de guerre est totalement différent lorsque la population accepte de fait une sorte de soumission ce qui n était pas le cas des Algériens depuis 1871 jusqu a 1962.....

Commentaire n°268458 :

@ kimoly de Paris

je vous invite à consulter la dernière page la rubrique ( dilem caricature) du quotidien algérien : ’ Liberté’ du dimanche 02/10/2016, portant sur les obsèques du bourreau de Kana l’assassin pérès

titre :des officiels arabes aux obsèques de shimon pérès
caricature : illustrée par 2 personnages debout devant une tombe avec un crossant sur la pierre tombale (l’un portant un habit des royaumes du golf et l’autre en costume cravate tenant dans chacune des mains une pelle s’adressant au premier ’’ tenez, vous allez m’aidé à déloger ce palestine’’ tout ça en arrière plan repose un cercueil arboré d’un drapeau israelien par un jour où le ciel est dégagé est bleu où apparaissent 2 petits nuages

kimoly de paris :

@. Monsieur Khali. J e reviens vers vous encore Pour vous rassurer et vous confirmer que je ne baigne pas dans les biens faits du colonialisme et je sais pertinement que la population algérienne a beaucoup souffert durant la période en question....je n ai pas vécu cette période mais les récits sont des preuves et les pertes humaines du côté algérien et sans équivoque ...aussi vous êtes peut être au courant que les méthodes des torcienaires français de l époque en Algérie font l objet de reference et d exemple dans les États Unis et toute l Amérique latine en plus ces cours et ces méthodes sont dispensés par des militaires français....l’histoire restera à l’histoire mais en Algérie ça beaucoup durer et continue de l être cessons de parler de légitimité révolutionnaire ...les pays évoluent pas par leur l histoire mais par leur savoir technologique et richesse dans l ére actuel....tout algérien je suppose doit avoir du respect a l égard de toute la population je dis bien toute la population qui vécu les horreurs de la période et notamment ceux qui ont donné de leur vie ....l’hypothèse dont j ai parle a fait l objet d une simulation de la part de chercheurs algériens et aussi français dans un cadre très restreint extrapolation des données ....extraordinaire les résultats loin bien de l aspect politique ou historique...les efforts ont été consacrés à la dimension économique et aussi sociale....alors avec une gouvernance à la hauteur des capacités de l Algérie ...cette derniere figurera parlais les 10 puissances mondiales c est la conclusion du travail qui a été présenté en TP.....n oublions jamais le pourquoi et les raisons qui ont fait que des figures emblématique de la révolution après l indépendance et même au cours de la révolution sont morts a l étranger et étaient exilés et exécuter ....l’histoire n a pas révéler tout ses secrets....et aussi voir l état d esprit de la génération actuelle a l encontre de tous ce qui rapporte à la guerre de libération.....je termine je ne suis pas un fils de harkis ni fils de colon...j avais l espoir en mon pays mais c est plus le cas ....j ai donné le mieux de moi à mon pays sans contre partie et je ne regrette pas mais l injustice et la hongra priment ....il suffit de voir la situation et le malaise dans tous les secteurs.....très cordialement

Commentaire n°268466 :

@ Kimoly de Paris

Tu dis bien :
"…à mon avis le problème dont souffre ce beau pays se situe dans la gouvernance, les moyens ne manquent pas soit financiers ou humains ou même les compétences ....comment explique t on la situation actuelle ? "
Là je vois mieux où tu veux en venir !
Le GRAND Ibn Khaldoun, dans sa Mouquadima, nous donne une explication qui peut répondre à ta question.
Voilà ce qu’il dit :

"LES EFFETS PERNICIEUX DE LA DOMINATION.

Un dur et violent comportement, que cela soit avec des élèves, des esclaves ou
des domestiques, a comme conséquence, la dominance, de la violence sur les âmes,
qui empêchera le développement de la personnalité. Indolence, méchanceté, fourberie, ruse et tromperie sont développées par la peur de la violence physique. Ces tendances aussitôt deviennent des habitudes enracinées qui vont corrompre la qualité humaine que les hommes acquièrent à travers les relations sociales et qui consistent en l’aptitude de se défendre et défendre les siens. Ces hommes deviennent dépendants des autres pour leur protection ; leurs esprits deviennent tellement paresseux qu’ils ne peuvent pas acquérir la vertu et la beauté de la morale .Ils deviennent incarnés....C’est ce qui arrivait, à toute nation qui était dominée et sévèrement traitée par les autres."

Comme tu peux le constater, pour se débarrasser des effets néfastes, de la domination française, il va falloir des générations …

azul_lamane :

Farhat abbas président avant le coup de push du clan de oudjda a leurs tête boutesrika que les sétifiens font de la chiata, farhat abbas doit retourner dans sa tombe en voyant cette populasse fait la chiata a ceux qui ont confisqué l’indépendance des Algériens et ont conduit le pays vers la dérive.

khali :

17 octobre 1961 : "Ce massacre a été occulté de la mémoire de sétif info"
17 octobre 1961 à Paris : "ici on noie les Algériens !"

17 octobre 1961 : massacres à paris 11.730 arrestations, plus de 200 morts, noyés ou exécutés, .
17 octobre 1961 à paris = 8 mai 1945 à sétif kherrata guelma

Drame du 17 octobre 1961 : combien de morts réellement ?

aissa :

Gloire à toutes celles et ceux qui ont sacrifié leur vie, pour libérer l’Algérie qui a conquis son indépendance, et qu’ils reposent en Paix. Mais espérons que les algériennes et algériens aient une vie meilleure, ce qui n’est pas le cas ...en tous cas pour toutes celles et tous ceux qui vivent dans des bidonvilles, qui ne peuvent se soigner, qui ont du mal pour se nourrir correctement, qui dinars souffrent du chômage, dans un pays qui a eu tant de milliards, avec le pétrole et le gaz.....maintenant notre économie va mal : restrictions de tous les budgets pour 2017 ! ! ! Salam.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles