Accueil > Reportages >

Mansour ALLEM, disparu depuis 1957

vendredi 24 février 2017, écrit par : M.F. TOUMI

L’histoire de la guerre de libération qui est pleine de drames demeure ombragée. Les écrivains, chercheurs et historiens doivent éclairer ces zones d’ombre. Le dossier des disparus durant la guerre contre la France doit être ouvert car après plus d’un demi siècle d’indépendance de l’Algérie, il continue de soulever des controverses entre les deux pays.

L’affaire Mansour ALLEM est un cas de figure. Rencontré au cours des investigations un ancien élève (A) de Mansour ALLEM se remémore ce gentil enseignant.
C’est avec tristesse qu’il se souvient de ce maudit jour de l’année 1957 où il a vu pour la dernière fois son éducateur à l’arrière d’un camion militaire de marque GMC stationné à la rue Adjudant Haouzi devenue Massinissa (B).

Ce camion en arrêt était gardé par des militaires et des policiers en civil, alors que d’autres étaient partis appréhender Lamtai MEZAACHE à son magasin. Ce dernier réapparaîtra deux jours après quant à Mansour ALLEM son devenir est resté inconnu.

Sans nul doute, il a été sommairement exécuté et englouti dans un endroit qui demeure occulte. Une méthode pour éviter d’éventuelles poursuites judiciaires et une manière de la machine coloniale militaro-policière pour jeter l’effroi parmi les populations Algériennes.

Il est utile de signaler que Mansour ALLEM, né le 5 Octobre 1924, a fait ses études à l’institut Abdelhamid BENBADIS de Constantine ce qui lui a permis d’obtenir un poste d’enseignant de langue Arabe à l’école de garçons à Sétif.

Dès son jeune age il était militant du Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques (M.T.L.D) avant de devenir en 1956 Membre (Moussebel) de l’Organisation civile du FLN (OCFLN) à Sétif où il activait dans la clandestinité pour échapper à la vindicte policière.

Après la grenade lancée par des fidaiyines le 25 Septembre 1956 dans la cour de l’école de garçons en guise d’avertissement à l’administration de cet établissement, il était dans le collimateur de la Police des Renseignements Généraux et de la Direction de la Surveillance du Territoire (D.S.T) jusqu’à son arrestation assurément des suites d’une trahison.

En souvenance à cette tragédie, après l’indépendance l’école où il enseignait porte et immortalise son nom à Sétif.

Notes :
A) B. Laamri, retraité, résidant actuellement aux remparts à Sétif.
B) De nos jours cette rue est dénommée Abdelhamid SABRI à Sétif.


Partager cet article :
19 commentaire(s) publié(s)
Algérien :
Les disparus algériens, pendant la guerre de libération 1954-1962, se comptent par des dizaines de milliers. Les charniers découverts, un peu partout en Algérie, après l’indépendance, montrent bien les exécutions sommaires d’algériens, par l’armée française et les milices de l’horrible organisation criminelle appelée : main rouge. Les victimes n’étaient pas nécessairement des moudjahidin. Parfois c’était en représailles pour ces défaites, dans des batailles contre l’ALN que l’armée française se venge, sur des innocents civils algériens de tout âge … Un autre dossier qui accable le pays qui se targue d’être celui des droits de l’homme !!! Gloire aux martyrs
Abdelhamid Mezaâche :
Bonjour, J’ai lu avec attention cet écrit sans sources , il est préférable serait de citer celle ou celui qui vous a informé. Vous aviez écrit Les écrivains, chercheurs et historiens doivent éclairer ces zones d’ombre,alors pourquoi se mêler dans cette histoire sans sources ??? Chaque mot ,chaque phrase rapportés est une grande responsabilité. Alors laissons les historiens issus de diverses tendances commenter et débattre cet événement. AM de Ain Oulmène
khali :
ALLAH YRHAM MANSOUR ET TOUS LES CHOUHADA QUI ONT SACRIFIE LEUR VIE POUR QUE LE colonialisme, l’impérialisme les symboles de la déshumanisation, que karima de bel air - ou mieux karama la pollueuse adore et glorifie, QUITTE L’ALGERIE qui empêche nos dirigeant à se mobiliser et à afficher une fermeté exemplaire pour que la france reconnait ses crimes, et que les historiens fond éclater toutes les vérités qui conduiront les responsables français des crimes devant les tribunaux algériens et le tpi ’tribunal pénal international ? GLOIRE A VOS CHAHADA Honte à zizb frança et les assassins de Mohamed Boudiaf les harkis, les traîtres, les charognards, les ... les .. finiront par être démasqués et payeront le prix fort de leur trahison et leur soumission aux ennemis de l’ALGERIE, une Algérie forte et unie dépoussiérée et débarrassée des bactéries et virus qui agressent portent atteinte au pays ALLAH YRHAM EL-CHOUHADA سورة الفاتحة ( بِسْمِ ٱللَّهِ ٱلرَّحْمَٰنِ ٱلرَّحِيمِ ﴿١﴾ٱلْحَمْدُ لِلَّهِ رَبِّ (...)
Jad :
Il faut inculquer cette belle histoire de cet grand homme aux generations futures .Moi qui etait eleve de cette merveilleuse ecole c’est avec une grande stupefaction et aussi grace au livre deMr benauche que j’ai decouvert que Mr allam mansour etait instituteur de latin au lycee kerouani
M.F.TOUMI :
En réponse à A. MEZAACHE, je n’ai pas diffamé Lemtai MEZAACHE, je n’ai fait que rapporter le témoignage d’une personne crédible encore en vie qui avait vu les faits écrits dans l’article. Puisque vous êtes dans la wilaya de Sétif, je vous fixe rendez-vous le jour que vous voudrez, pour vous présenter la personne en question qui m’a raconté ce fait vous en saurez davantage. En outre, il est un devoir pour tout Algérien digne de ce nom de rapporter avec fidélité ce qu’il a pu voir cela peut faire éclater des vérités passées sous silence. Sans haine ni rancune. M.F.TOUMI
M.F.TOUMI :
A l’intention de Monsieur JAD, je lui dis de bien vouloir nous préciser le titre du Livre de Mr Benauche, ainsi que la page où il précise que Mansour ALLEM était instituteur de Latin à Eugène Albertini (de nos jours Mohamed Kerouani). M.F.TOUMI
merouche charaf éddine :
salam oualikoum-merouche rachid née a sétif en algérie disparu depuit 2005 en france que c’est il passer la vérité crime d’état ou rascisme dans un village français de la part des judéo chrétien qui controle la france et le monde rien que des histoire et rago d’arabe et une stratégie de la peur pour mieu rénier et diviser .................................................................................................................
Abdelhamid Mezaâche :
A Monsieur M.F.TOUMI, Relater les faits tels qu’ils étaient vécus,c’est participer honorablement de prés et de loin à écrire l’histoire de notre pays et notamment de la région de Sétif. Ce sujet est très sensible et parfois il fâche. Je suis désolé ,je ne connais pas cette personne ,mais je pense que ce témoignage unilatéral doit être vérifié,revérifié et débattu avant d’être publié. AM de Ain Oulmène
ALGERISANO/ Madrid :
Attendre que telle ou telle personne, soit-elle responsable, vienne vous parler des problèmes de votre ville, de vos chouhadas, de votre région sur le plan social, économique, touristique,...etc. vous pouvez toujours attendre ! C’est aux citoyens de la Wilaya, eux mêmes de se prendre en charge de se constituer en associations, de veiller à leur bienêtre, de se rappeler leur martyres, ...etc ! Il faut provoquer son destin ! Merci MF.Toumi ! Si vous n’avez pas parlé de ces chouhadas, personne n’en parlera ! Je vous encourage dans cette voie, il ne faut pas écouter les gens, certains ne sont là que pour mettre les batons dans les roues. Il faut persister, fouiner, chercher...etc ! l’appétit vient en mangeant !Je suis moi même auteur d’un livre sorti recemment ! on peut se voir bientot à setif si vous voulez (...)
M.F.TOUMI :
A ALGERISANO/MADRID. Je vous remercie pour votre message qui vaut encouragement. Ce ne sont pas ces choses qui vont me dérourager, moi même j’ai été dans un centre de regroupement durant la guerre d’Algérie alors que j’avais 05 ans ainsi que toute ma famille. Quant à se rencontrer à Sétif, je ne vois aucun inconvenient. M.F.TOUMI
BENCHOULA benchoula :
💐💎💐ALLAH yarhem Echouhada el abrrar ***GLOIRE à nos Martyrs ***💎💐💎💐 MERCI Mr le journaliste pour cet article (contre l’oublie)😐........ chaque CHAHID a le droit d etre connu et (Honoré ). Franchement moi je ne trouve PAS de mots pour parler de nos CHAHIDS et nos Moujahidines (les vrais bnsr....) , je pense que les mots ne suffisent pas pour parler de leurs sacrifices IL faut leurs rendre hommage à chaque fois, c est un DEVOIR bnsr (ghir ALLAH sobhanou eli yagder irajaalhom khirhom ) eljenna mathwahom c est sa promesse jalla jalaloh 👺 Si aux yeux de certains.... (français et pieds noirs)....qui osent nier et dire le contraire icharkou fi famhom mayahachmouch ) Si la colonisation n est pas un crime contre l’ humanité il faut citer les milliers de crimes commises contre notre peuple 👺 C est à nous de prouver le contraire et chaque famille a de mauvais souvenirs et des histoires tres tristes à raconter qu ’elle n arrive pas a oublier wallah que (nos meres et tantes ne supportent pas (...)
Commentaire n°272046 :
Mansour ALLEM, disparu depuis 1957.....pour préparer la place aux valets
Commentaire n°272073 :
Mais non si met’hani pas lemtaï.... ;très discutable et véracité douteuse....
Massinissa :
Je tiens á remercier M. Toumi pour ce rappel de l’histoire, mais en cette date de 1957, il y avait aussi d’autres personnes qui ont été arrétées et ont disparu depuis. Ce jour lá le stade Guessab etait plein. En ce qui concerne M. Lemtai Mezaache, á mon humble avis ce jour lá, la DST n’avait pas encore assez de preuves suffisantes pour le faire disparaitre ou sinon son déstin était autre, raison pour laquelle il a été relaché deux jours aprés. ainsi donc je ne pense pas que celui qui a fait le récit de l’affaire et celui qui a rapporté l’information sur cet événement douleureux, voulaient nuire á M. Mezaache. D’ailleurs en lisant le texte en clair ou entre les lignes, une innocence frappante sort des mots rapportés textuellement par lesquels M. Toumi voulait simplement nous faire comprendre oh combien la disparition de ce Chahid fut catastrophique sachant que la France coloniale avait non seulement éliminé sauvagement l’homme mais détruit cruellement son savoir avec, privant ainsi des générations (...)
M.F.TOUMI :
L’écrit concernant Mansour ALLEM vise à rappeller aux enfants des Massu, Bigeard,Trinquier et autres, ce qu’avait subi le peuple Algérien durant l’occupation française que certains veulent de nos jours glorifier. Quelques malintentionnés, profitant de l’apparition du nom de Lemtai MAZAACHE, essayent de jeter sur lui l’opprobre. L’intéressé lui-même a été emprisonné durant la guerre, faute de preuves accablantes, il n’a pas été éliminé comme Mansour ALLEM, Larbi BenM’hidi etc...Restons objectifs messieurs. Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont encouragé. M.F.TOUMI
Abdelhamid Mezaâche :
A Monsieur M.F.TOUMI , Qui sont ces malintentionnés ??? dans ton dernier commentaire Quelques malintentionnés, profitant de l’apparition du nom de Lemtai MEZAACHE, essayent de jeter sur lui l’opprobre. Tu te contredis là ??? Pourtant dans l’un de tes commentaires suite à mon intervention , tu dis que tu ne fais que rapporter le témoignage d’une personne crédible encore en vie qui avait vu les faits écrits dans l’article. Y-a-t-il plusieurs personnes qui ont vu cette scène ou seulement ,la seule personne encore vivante dont tu nous parles ??? Contradiction flagrante entre ton article et ton commentaire en question. AM de Ain Oulmène
Abdelhamid Mezaâche :
A Monsieur M.F.TOUMI , Qui sont ces malintentionnés ??? Dans ton dernier commentaire tu as écrit Quelques malintentionnés, profitant de l’apparition du nom de Lemtai Mezaâche, essayent de jeter sur lui l’opprobre. Tu te contredis là ??? Pourtant dans l’un de tes commentaires suite à mon intervention , tu dis que tu ne fais que rapporter le témoignage d’une personne crédible encore en vie qui avait vu les faits écrits dans l’article. Y-a-t-il plusieurs personnes qui ont vu cette scène ou seulement ,la seule personne encore vivante dont tu nous parles ??? Contradiction flagrante entre ton article et ton commentaire en question. AM de Ain Oulmène
M.F.TOUMI :
A Mr MEZAACHE, je lui dirai de bien relire tous les commentaires, il pourra retrouver au moins une personne de ceux que je vise dans mon commentaire. Sans haine ni rancune. M.F.TOUMI
Abdelhamid Mezaâche :
A Monsieur M.F. TOUMI, Laisses béton !!! AM de Ain Oulmène

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus