Accueil > Economie >

Rushs spectaculaires sur les stations de contrôle technique automobile à Sétif

dimanche 7 janvier 2007, écrit par : Abdelhalim Benyelles, La Tribune, mis en ligne par : Boutebna N.

Dans le cadre du contrôle technique de tous types de véhicules, l’action de l’Etablissement national de contrôle technique automobile (ENACTA), lancée en Algérie en février 2003, se fixe un double objectif, à savoir la mise en sécurité du citoyen et le renouvellement du parc roulant national. Pour rappel, depuis 1988, la mission de contrôle « visuel » était assumée par les services des mines dont la portée n’avait pas d’incidence notable sur la rigueur de l’opération, expliquent les spécialistes.

Pour le cas de Sétif, trois agences agréées par l’établissement national relevant du ministère des Transports, dotées d’un matériel performant répondant aux normes internationales à même d’assurer le contrôle technique de 133 points pour les véhicules de tourisme et 153 points pour les véhicules lourds. Si, pour l’agence étatique COTA, équipée de quatre lignes de contrôle dont le coût de l’investissement est estimé à 9 milliards de centimes, les deux autres agences privées n’en disposent, quant à elles, que de deux.

En l’absence de chiffres officiels pouvant déterminer l’estimation du parc roulant de la wilaya de Sétif, on apprend, en revanche, que le parc roulant national est évalué à 870 000 véhicules dont 270 000 ont déjà subi l’opération de contrôle tandis que les 600 000 restants demeurent en situation non définie. Il est à relever aussi que les différentes tranches d’âge des véhicules, réparties en cinq catégories (les plus de 20 années, les véhicules immatriculés entre 1985-1989, 1990-1995, 1996-2000 et enfin 2001-2005) ont eu la priorité. Cependant, c’est la dernière obligation touchant les véhicules neufs et la portée du communiqué du ministère des Transports lancé à la veille des fêtes annuelles, portant sur le contrôle technique obligatoire à partir du 1er janvier, qui a été à l’origine des rushs sur les stations de contrôle. Outre cela, le ministère des Transports affirme que, passé les dates butoirs du 31 janvier pour les véhicules immatriculés après le 31 décembre 1995 et du 31 mars pour les véhicules neufs, les contrevenants s’exposeront à des sanctions allant d’une amende de 15 000 DA à une peine d’emprisonnement de deux à six mois.

Au niveau des agences de Sétif, encore sous l’effet des « embouteillages » survenus au cours du long week-end de fin d’année, les gérants affirment : « Mis à part le jour de l’Aïd, les files des véhicules alimentent sans cesse les abords des stations. Les journées de travail prolongées jusqu’à 18 heures, expressément pour dégorger le flux en attente, avec la mobilisation du personnel, répondent aux recommandations de la note ministérielle », nous explique-t-on. Si l’agence étatique enregistre une moyenne de 170 véhicules par jour, celle du privé mitoyenne, qui ne dispose que de deux lignes de contrôle, appréhende le facteur de la maintenance du matériel de service. « Même si nous déployons des efforts considérables afin de résorber le nombre de véhicules en attente, il faudrait aussi penser à l’entretien des équipements électroniques et informatiques en place », relève M. Bensaksli. Celui-ci, rencontré le week-end dernier, tente un tant soit peu d’apaiser la grogne des propriétaires de véhicules neufs gagnés par la teneur du communiqué ministériel, en leur proposant de céder le « tour » aux véhicules astreints par le délai du 31 janvier en priorité.

A Sétif, l’implication des véhicules neufs demeure une décision fort dépréciée, si l’on tient compte des témoignages recueillis, décriant à l’occasion l’opportunité de l’opération « guère expliquée », à l’heure où, pour certains cas, le véhicule neuf est encore sous garantie. Alors que c’est plutôt la crainte qui est affichée du côté des gestionnaires des stations de contrôle, celle de résorber au plus vite la demande massive des automobilistes, eux, s’astreignant aux nouvelles mesures afin de réduire le taux d’accidents mortels enregistrés annuellement, déplorent l’état des routes.

Par Abdelhalim Benyelles


Partager cet article :
5 commentaire(s) publié(s)
spina :
Vraiment vous prenez les gens pour des dupes. Existe-t-il vraiment un controle technique des vehicules ou bien c’est une formalité pour faire rentrer de l’argent aux caisses de l’état ? Si les milliards de dollars des recettes du pétrole n’ont pas suffit, vous croyez que l’argent récolté par le controle technique des vehicules va vous suffir ? Et s’il existe vraiment un controle technique, comment vous expliquez le nombre important des voitures, des camions et sutout les bus qui sont en circulation sont le moindre respect des consignes de sécurité routière. Vraiement ya de quoi devenir dingue dans ce bled !!!

Réponse :

Le controle technique du véhicule, je pense que c’est une bonne chose mais il ne faut pas que cela coute trop chèr car rouler avec des mauvais freins ou des pneus lisses ça devient dangereux pour le conducteur et pour les autres personnes -donc c’est un bien pour la sécurité - N’oubliez pas qu’il y en a beaucoup qui meurt dans des accidents de la route chaque années - Je sais que c’est maqtoub mais il faut quand meme prendre des précautions.

Réponse de spina :

Vous croyez que c’est le controle technique des vehicules qui baisse le nombre des accidents ? Vous avez tord, le seul moyen de faire baisser le taux des accidents, c’est l’analyse et le controle des cervaux des chauffards qui se prennent pour des maitres de la route. Des controles techniques pour les vehicules 2006 et 2007 vraiment c’est abérrant !!!!! Nous nous sommes meme pas capable de produire la pomme de terre et nous jugeons les défauts de fabrication des vehicules produits ailleurs !!! Messieurs les décideurs, arretez vos plaisanteries et passez aux choses utiles.
TANDA :
AVANT D’EXIGER UN CONTROLE AUTOMOBILE , IL FAUT PREPARER LES ROUTES QUI SONT TRES ENDOMMAGES , DEVELOPPER LE CODE DE LA ROUTE TOTALEMENT ABSECENT EN ALGERIE , METTRE LES PLAQUES DE SIGNALISATIONS DANS LES CARTIERS ET SURTOUT REVOIR L’ASPECT TECHNIQUE DE LA CIRCULATION DANS LA VILLE ( TRACAGE DES VOIX ) . DICIPLINER LES CHAUFFARDS EN ALGERIE ET BIEN EVIDEMENT INTERDIRE TOUT SIMPLEMENT LES CAMIONS ET BUS VIEILLARDS DE CENT ANS QUI CIRCULE ET POLLUE ENCORE ; SOYER LOGIQUE AU MOIN , UN CAR TRANSPORTANT 100 PASSAGES CIRCULANT LA NUIT AVEC UN SEUL FEU ET ROULANT A 120 KM/H C’EST LE VERITABLE TERRORISME ;

Réponse de abdnour :

Oui exact tanda , je suis d’accord avec toi !!!

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus