Accueil > Economie >

Les investisseurs à Sétif attendent les facilités

1 200 demandes d’investissements
dimanche 1er avril 2007, écrit par : Boutebna N.

La Caisse de garantie des crédits investissements aux PME (CGCI) a organisé, à Sétif, une journée d’étude régionale destinée « à faire connaître le dispositif de garantie mis en place par les pouvoirs publics pour faciliter le financement des PME ». Le choix de la ville de Sétif pour abriter la rencontre, à laquelle ont assisté le directeur général de la caisse, M. Amar Daoudi, les établissements financiers de la place, les organisations professionnelles et les institutions spécialisées en charge des problèmes de développement des PME, « n’est pas fortuit », ont indiqué les organisateurs de cette journée d’étude, dès lors que « 1 200 demandes de financement de projets proviennent de cette wilaya ».

Devant « les réticences des banques » à financer des projets de PME, craignant « le non-remboursement des crédits accordés », et compte tenu des « risques d’éviction » de nombre de petites et moyennes entreprises, le directeur général de la Cgci s’est attaché, au cours de son intervention, à informer la communauté bancaire, les institutions intéressées et les porteurs de projets d’investissement de la mise sur le marché de la garantie « pour accompagner les financements de la PME ».
La vulgarisation du mécanisme de souscription à cette garantie et l’explication des avantages qu’il offre « tant aux banques qu’aux investisseurs » en matière de facilitation de l’accès au financement, ont suscité l’intérêt des parties présentes, a-t-on constaté. « l’objectif du plan national de relance économique pour la période 2005-2009 portant sur la création de 100 000 PME avec, à la clé, 2 millions d’emploi, ne peut se faire sans l’appui du secteur bancaire et financier »,a confié un cadre de la wilaya. A rappeler que l’une des principales missions de la Cgci, institution relevant du ministère des Finances, créée en juillet 2006, est de surmonter les réticences bancaires à octroyer des crédits. Des réticences vécues au quotidien par les porteurs de projets d’investissement et qui risquent de constituer un obstacle de taille à l’émergence d’un tissu de PME performant en Algérie.

R. L. / APS


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°1884 :
La Caisse de garantie des crédits investissements aux PME (CGCI)doit etres tres vigilantes a mon avis , car nombre important d’analphabetes promoteurs risquent encore et encore a faire du gaspillage comme a l’accoutumé . CGCI ; ATTENTION A L’ARGENT DU PEUPLE .
TAHER AGON :
salam aleykum ! merci pour l’article de l’inverstissement aider les diplomes chomeurs et les projets porteurs,il faut etre avare et parcimonieux mais les gasdpillages des deniers publics pour les Khalifas,bcr,brown sonatrach et les series de scandales,il faut etre prodigue chomeurs !une goute dans l’ocean pauvre alge rien
semouma :
Bonjour, Simplement un petit mot pour dire que même si il reste beaucoup a faire dans notre pays, je reste optimiste pour le futur et c’est dommage que dans l’ensemble des commentaires que je lis on ne croit pas à ce pays, et aux gens qui participent à sa croissance, moi j’y crois et si c’est pas pour nous j’y crois pour les générations futures, en regard aux souffrances passées ce pays et les gens qui ont fait son histoire méritent qu’on y crois encore davantage, a bientot

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus