Accueil > Economie >

Plus de 19 milliards de dinars pour les travaux publics

mardi 12 février 2008, écrit par : R. L. / APS, mis en ligne par : Boutebna N.

Une enveloppe financière jugée « record » de 16,7 milliards de dinars a été allouée au secteur des travaux publics, dans la wilaya.
Cette dernière a permis, en 2007, de lancer 56 opérations dans le cadre des différents programmes de développement initiés par la wilaya, selon le directeur des travaux publics de la wilaya (DTP). Ces opérations ont porté, notamment, sur la réfection et la modernisation du réseau routier dans ses différentes catégories, en particulier les routes nationales, selon la même source. A la fin du mois de décembre dernier, 23 opérations ont été réceptionnées, tandis que les 33 autres connaissent une cadence de réalisation « satisfaisante » et devraient être achevées « incessamment ». Parmi les travaux achevés, le DTP a fait part de la réfection et de la modernisation de 150 km de routes nationales, la réhabilitation et l’élargissement de 55 km de chemins de wilaya et la réfection de 122 km de chemins vicinaux dans 36 communes. Le programme en question a également permis de réaliser deux maisons cantonnières, 6 ouvrages d’art, 3 passerelles, une trémie au niveau de Bab Biskra (sortie sud du chef-lieu de wilaya) et le parachèvement d’une étude technique portant sur la réalisation d’une seconde trémie à la sortie est de la ville. Les opérations de dédoublement de voies initiées l’année dernière ont, par ailleurs, permis la réception de 12 km sur la route nationale reliant la wilaya de Sétif à celle de Béjaïa, en attendant la réception des évitements nord-est et sud. Le secteur a aussi bénéficié, dans le cadre de la rallonge budgétaire accordée à la wilaya, d’une enveloppe financière de 2,4 milliards de dinars, destinée à l’aménagement et à la modernisation de 167 km de chemins de wilaya et la maintenance de chemins vicinaux dans 18 communes du nord et du sud du chef-lieu.


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
siad :
Bonsoir, juste pour dire que si les travaux de refections et de création de nouvelles route comme celle qui contourne la ville de sétif a partir d’El Hassi, c’est un peu du gaspillage d’argent car, les concernés ne manquerons pas d’y revenir rapidement pour la feraire, une nouvelle route qui ressemble a une route datant de l’epoque coloniale, avecun tracé pas terrible, en si mauvaise etat déja, pleine de bosses, et autres anomalies, je pense que pour de tels projet faut choisir aussi les intervenant pour leur professonnalisme et savoir faire aussi la qualité c’est aussi important que le prix !! bon courage !
inconnu jaloux de son bled :
bonjour, ne vous rejouissez pas a avoir enveloppe financiére ausii enorme, car vu le concept de realisation c un gachis, vu que la duré&e de vie des projet est minime, vu que ya aucune technique et aucune garantie, essayons d’abord a choisir les bons gens professionnel et pas opportunité aux opportuniste sans aucune faculté professionnelle a se remplir les poches, comme monsieur le president de l’entente de setif, mdr,lui qui detenteur d’une entreprise de bithume, bravo l’algérie dans la mediocrité et tjrs mediocrité, le jour ou l’etat engage les entreprise et assumer leur travail avec garantie de 20 ans, ce jour la, on peut voir les pros avvancer par la grande porte sans corruption, laissez tomber !! je pref&ére que cet argent vous le mettez a la disposition de la formation des jeunes avec tous les moyens, et pas enrechir ceux qui sont deja riche, et faut restructuration de toutes les lois avec l’egide de la justicve a leurs application a la lettre, et comme ça tout le monde au (...)
l’algérien :
Etnt un universitaire ayant étudier en économie à partir de 1988, c’est à dire, 2 années après la crise économique ayant secouée le pays, suite à la chute des prix de pétrole, nos enseignants à chaque fois nous faisait remarquer que les dettes contractées par l’algérie étaient difficlement remboursables au fait qu’elles étaient utilisées dans des projets non lucratifs ’autoroute, logement social, ....)et donc il n’a pas de possibilité de les rembourser. Il y a une part de vérité. mais après plus de 15 ans de travail, j’ai appris que ces infrastructures de base étaient la 1ère condition pour l’installation des investissments. deplus, le désenclavement de régions rurales ayant payées un cher tribut pour la libération du pays et continuent à payer un fort tribu du fait de l’éloignement et de l’aridité du climat. C’est la raison pour laquelle j’adhère à la position de notre Président de république quant il a déclaré qu’est qu’à faire le citoyen rural de l’autoroute est ouest En effet, cette autoroute est (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus