Accueil > Economie >

Option zéro pour le risque bancaire

mardi 3 novembre 2009, écrit par : A Nedjar, Sétif Info, mis en ligne par : Boutebna N.

étif, ville algérienne agréable, est située sur les hautes plaines, carrefour exceptionnel entre plusieurs régions .elle était appréciée surtout pour son air pur et son altitude. Elle est en passe de rallier tous les suffrages pour son dynamisme socio économique et un avenir brillant. Beaucoup de grandes entreprises s’y sont implantées, sont en passe de le faire ou l’envisage dans l’avenir. Le choix et le statut de cette future mégapole économique ne sont pas fortuits.

L’ouverture prochaine de la voie autoroutière va certainement amplifier ce phénomène d’autant que le jumbo port de Djen-Djen sera rallié à terme par une autoroute à deux voies rapides alors que la route de Bejaia est en voie de réalisation et d’extension, sans compter la modernisation du rail en cour également.

Nombreuses banques étrangères s’y bousculent déjà mais notre étonnement est celui de voir l’alignement en un terme record de six agences bancaires représentant les filiales algériennes de banques françaises. Cinq ont déjà ouvert leurs guichets dont trois comptent pour une seule et même société alors qu’il n’existe dans la région aucune société de mêmes nationalités qu’elles accompagnent traditionnellement.

L’intérêt serait de connaitre le pourquoi de cette présence en force de ces banques d’un seul et même pays dans une seule et même région ? Est ce un hasard ou un redéploiement stratégique répondant à des schémas dont les seuls buts seraient de ne jamais prendre de risques ou serviraient de têtes de ponts pour des objectifs inavoués, beaucoup plus élaborés, qui se dessineraient loin dans des perspectives d’accaparement et de contrôles grandes portions de notre économie ? La structure du portefeuille du financement de leurs activités est loin de refléter nos attentes et nos besoins réels quand on sait qu’elles financent principalement entre autre l’exploitation de nombreuses officines pharmaceutiques dont les produits sont pour une grande proportion en provenance de laboratoires français. Le reste constitue le financement du négoce et de la consommation qui demeurent les cibles idéales pour des engagements avec des risques zéro et des intérêts significatifs. Peu d’actions de projets industriels apparaissent
Pour beaucoup de banques étrangères, pomper les économies des pauvres travailleurs, leur faire miroiter les biens faits de la consommation et les faires vivre à crédit sont des objectifs dangereux pour notre économie si de l’autre coté notre appareil économique et notre industrie ne sont pas ou faiblement sollicités ? Cela reviendrait à dire que nous continuons à financer l’économie des autres. Sans pudeur aucune, l’autre jour, nous avons eu à observer dans le grand bazar d’une ville voisine tout un catalogue d’objets et de produits inutiles alors que nous manquons cruellement de médicaments.

La nouvelle stratégie gouvernementale est orientée vers l’investissement productif où il existe de très grandes opportunités de partages de croissance et de richesses donc de beaucoup de profits.Verra-t-on ces banques changer d’option et de politique pour identifier sérieusement nos besoins et de s’impliquer réellement et honnêtement dans la bataille du développement national ? Pour le reste nous avons suffisamment de guichets de banques locales. Il y en a même ceux qui s’exposent dans l’informel et débordent impudiquement sur les trottoirs pour faire de notre économie un grand, un très grand bazar.


Partager cet article :
13 commentaire(s) publié(s)
Stif :
BONJOUR, Connaissant assez bien la ville, j’ai eu la même impression que vous concernant l’installation de ces banques. Dans un pays où il y a encore beaucoup à faire dans l’industie et l’agriculture, quel est l’apport de ces organismes dans ces secteurs. Où serait-ce : on s’installe où ça sent un peu le fric pour rafler sans rien apporter...encourager la consommation seulement, avec des prix qui resteront élevés...Il y a besoin de projets vraiment imposants et sérieux dans l’industrie et dans l’agricult., il faut donc que les entreprises étrangères explorent également ces domaines concrets, d’autant plus que la finance et son système mondial serait bientôt à réformer en profondeur. Vos remarques sont pertinentes
Commentaire n°47270 :
Que nous apportent ces banques étrangères ?Peu ou,très peu si ce n’est de nouvelles habitudes pour dépenser encore plus.L’une de ces sociétés parait il couvrirait parait il à travers le monde les bureaux extérieurs de l’espionnage d’une puissance étrangère à laquelle tout ou presque nous oppose.A Lyon où il y a une très forte communauté algérienne et particulièrement sétifienne,il n’y a pas une seule banque algérienne et à Sétif ou vivent quelques rares français il y a 6 banques française.drôle d’échanges et d’équilibre économique non ?
samir-milan :
salut,c’est vraiment dommage !nous somme en 2010 est nous avant encore la bete-ideé de passé sur le meme pont ou’ ils ent passé,est le grand problème que eux meme viennent d’entré le système islamique dans leurs banque parceque le système RIBAne portra pas loin l’économie d’un pays qu’est soit ?en plus qu’à-t-il gagné l’algerie de sa relation avec la france les 10 ans du song ? ALORSCHE CAZZO FANNO GLI FRANCESE NEL NOSTRO PAESE ?MERCI.

Réponse de LE CELEBRE TAHAR DE MAOKLANE :

bravo cousin SAMIR ton Italien s’améliore !!mais le contenu reste trés -leger -

Réponse de le celebre clochard de maoklane :

non en france ils sont refuser les banques islamiques sans interet -ca ne repond pas a la loi laique- parcontre ces banques sont a l origine de la crise aux etat unis et dans l europes leur trader on perdu des milliards de dollars ces banques s enrichises sur le dos des pauvres ya meme une banque qui a etait condanner car des qui ya decouvert ya penaliter et sa chiffre tres vite.l argent sa fait touner les tete moi personnellement je m en mefis on attrape des mouche avec du vignaigre

Réponse de samir-milan :

salut mouklane,mais la france c’est pas tuos !le mois de juin j’été a stockholm(sweden),les français et les françaises qu’est cherchant le boulo come -talaba-,au bureaux de main d’ouvre (GAMLASTAN ET SLUSSEN),je vous assur chère frère que l’engletaire sara le 1 pays qu’apliquera ce reglement(publiez sur london newspaper le mois d’aute 2009) ensuite suivera qu’est suivera ,EST APRES 10 ans peut etre l’algerie !,alh yahdi ma khlak.
samiali :
bonjour, je vis à lyon et j’étais choquée et humiliée des billets d’argent trouvés ici donc, faits sur du vrai papier sortant de l’état algérien comme si de rien n’était. Et maintenant vous évoquez le réel problème qu’est le manque de banque algérienne en France et particulièrement à Lyon. Nous algériens faisons bénéficier les agences Françaises en envoyant de l’argent en Algérie pourquoi pas des agences algériennes en france comme font le maroc et la tunisie ????????
NOUVEAU :
Critique infondée sur les banques étrangères, peut être ils seront plus honnêtes avec les citoyens et ils feront que leur travail, pas comme les affaires de la BEA, BNA ou le vol et les magouilles sont énormes,jusqu’à la mort d’une personne quant elle appris qu’elle avait plus un centimes sur son compte. Et sans parlé ce qui se passe au niveau des chèques postaux. Il faut voir pour l’avenir, l’évolution, et ne pas l’autruche.

Réponse :

Infondées ou pas ces critiques,vous ne semblez nullement connaitre le récent scandale bancaire américain ou par le subterfuge d’un seul homme,Bernard Madof qui ,a lui seul a floué des millions d’américains en ayant été condamné à 150 ans de prisons pour 150 milliard de dollars de détournements,soit l’équivalent de toute la réserve nationale.Vous n’avez sans doute pas compris que l’auteur ne parle pas des techniques bancaires mais de l’intérêt et de la nature des financement qui jusqu’à un passé récent,ces interventions n’allaient que pour aggraver les grands équilibres des ressources financières nationales lorsque vous parlez d’un cas déplorable dont la famille a été remboursée

Réponse de NOUVEAU :

je m’excuse je corrige ne pas faire l’autruche

Réponse de NOUVEAU :

Tout d’abord l’Algérie c’est pas les Etats Unis et en plus a mon avis vous êtes encore très loin d’avoir un MADOFF algérien. Le monde entier est en plein crise financière donc il faut regarder le plus loin possible que son nez. Si c’est pas pour vous au moins pour vos enfants et toute la génération qui est derrière.

Réponse :

Oui,nous continuerons à regarder même derrière ou ne pas regarder du tout lorsqu’on vient nous plumer !merci pour vos conseils. Le vrai partenariat veille au respects et aux intérêts mutuels ou chacun trouve son compte. Ces banques viennent ici lancer leurs filets pour une pêche miraculeuse,sans risques.
l’ancienne sétifienne solidaire :
Je pense qu’il faut plus ouvrir des usines pour fabriquer toutes sortes de choses, pour ne plus dépendre de l’étranger ; et ces usines peuvent et doivent être aidées financièrement par leur propre monnaie (le dinar) et non de la monnaie venant d’ailleurs dont on connait pas l’orgine exacte. Les sétifiens sont, si mes souvenirs sont bons, des hommes et des femmes courageux et il faut qu’ils créent de la richesse et non qu’ils empruntent de la finance facile... Comme l’auteur le souligne, la région est exceptionnelle de part ses montagnes, ses plaines et surtout son climat (aux quatre saisons) et c’est ça la vraie richesse... Vouloir suivre le chemin de l’europe et de l’amérique etc.. sans y être préparer, cela peut être dangereux. Même l’Amérique, toute puissante qu’elle est, souffre de trop de modernisme : consommer à tout prix... monter toujours plus haut, au point d’oublier qu’on finira tous dans un petit carré à 2 mètres sous terre, dénudé de toute nos finances. Dernièrement, j’ai été surprise par des (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus