Accueil > Culture > Exils : de Sétif à Paris >

SETIF (36)

mardi 22 février 2011, écrit par : Ammar Koroghli, mis en ligne par : Boutebna N.

Je revois encore ma mère, allongée sur un lit à moitié défait. Le visage exsangue. Elle regardait l’invisible pour le sonder. Y lire un avenir insondable. Incertain. Les yeux exorbités ajoutaient à l’immensité des cavités qui lui servaient désormais de regard. Ses lèvres accentuaient son air déjà squelettique. Autour d’elle, des compagnes d’infortune. Les unes gesticulaient, d’autres pleuraient au terme d’un sommeil agité. Le trépas dressait les lauriers de sa victoire sur ces moribondes. La faucille du temps s’aiguisait sur leurs chairs. Prête à les décimer, elle menaçait les entraîner dans l’abîme des ténèbres. Leurs corps flasques par les privations et les carences auxquelles elles étaient assujetties se décomposaient. Le feu du mal les dévorait au fur et à mesure que leur séjour à l’hôpital se prolongeait. Désemparées et sans aucune planche de salut, elles devinaient proche le glaive de la mort. En proie à la souffrance, leurs êtres se muaient de jour en jour en ombre. Le silence aidant, elles se regardaient ; chacune d’elles s’appliquait à convaincre l’autre de l’espoir qui pourrait jaillir…

Bâtisse datant de l’ex-métropole, l’hôpital de Sétif était admirablement érigé. Vaste et divisée en blocs, Tout en haut de le ville. Comme sans doute l’aurait souhaité Errazi, l’inventeur de l’hôpital pour l’historiographie musulmane. Chaque bloc se composait d’un certain nombre de salles ; celles-ci étaient divisées en deux couloirs pourvus généralement de trois à quatre chambres. Chacune d’elles contenait quatre à cinq lits, mais des matelas étaient parfois posés à même le sol. Deux infirmières étaient prévues pour chaque salle, une pour chaque couloir. De grandes allées sillonnaient l’intérieur de l’hôpital et séparaient les blocs. Des plantes se hissaient de part et d’autre de ces allées. Au printemps, elles exhalaient des odeurs enivrantes. Pour le visiteur de passage, c’était le paradis. En réalité, c’était un lieu cauchemardesque. Les patientes en avaient fait leurs frais. Elles assistaient, par l’impuissance de leurs forces, aux calomnies les plus abominables : perversion, actes frauduleux, aversion, mauvais traitements. En un mot, hogra. Mépris des masses. C’était les années 70 prometteuses de tant d’espoirs pour les guellalines, les indigents.
Combien étaient elles ? Des dizaines et des dizaines qui s’agrippaient à un espoir fragile comme leur santé. Tant les actes de leurs bourreaux les y ont acculées. Les interrogations planaient sur elles. Si une malade criait son désir d’obtenir satisfaction au vœu formulé, souvent son souhait tombait inerte sur le parquet. Lettre morte. Parmi ces compagnes de la mort, Dahbia, ma mère. Son lit était souvent défait, au cours de crises sourdes et nocturnes. Frisant la cinquantaine, les cheveux noirs, elle en paraissait plus. Peu loquace, son passé demeurait un mystère pour toutes. Elle ne s’épanchait guère. De son origine, nul ne connaissait un brin. Autrefois, sa beauté légendaire dans le douar des Oulèd Mosli avait fait frémir tant de cœurs. Blanche de peau, les yeux gais, la mine riante et la mise soignée. Telle était Dahbia. Aujourd’hui, la mine rembrunie par les soucis, les yeux ternes, les cheveux défaits, elle ne ressemblait en rien à un être vivant tellement elle était décharnée. Sa blancheur s’était évanouie avec les années de souffrance et les privations.
Comme toutes les malades qui gisaient littéralement la tête sur l’oreiller, Dahbia était victime d’une injustice. Jeune, elle fut mariée à un homme qui aurait pu passer pour son père. Pressée par son grand-père, elle accepta en mariage Mohamed malgré les demandes d’autres prétendants. Mon père, marié par ailleurs auparavant, était ouvrier dans un chantier. Il manifesta à son égard tant de preuves d’affection qu’il finit par gagner son cœur solitaire. Mais le destin amer fit d’eux un foyer malheureux. Il mourut, abandonnant Dahbia avec quatre enfants dont l’un finit par succomber à la paralysie qui avait affecté ses jambes dès sa naissance. Ces disgrâces plongèrent Dahbia dans la dure réalité de la vie. Elle était désormais le pilier de la famille. Que d’années de labeur et de veilles pour se retrouver dans un lit d’hôpital. Deux ans durant, la pauvre femme fut en proie à une lente agonie. Ses forces la quittaient de jour en jour. Même ses proches parents l’avaient abandonnée.

(A suivre)


Partager cet article :
1 commentaire(s) publié(s)
Voisines :
Quel bel hommage pour Khalti Dehbia, aussi émouvant que celui de notre ami Lamri, souvenirs bien tristes ! Ah la vie ! Bonne suite Ammar.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus