Accueil > Culture > Exils : de Sétif à Paris >

Alger (3)

lundi 14 mars 2011, écrit par : Amar Koroghli, mis en ligne par : Boutebna N.

Lorsque, par moments, je risquais un œil à l’intérieur du compartiment, j’observais que mes compagnons de voyage dormaient souvent à poings fermés. La plupart d’entre eux appartenaient à une génération habituée à vivre sous la férule des coutumes sans se soucier un tant soit peu du devenir de la société. Je détournais mon attention de tout jugement et me réfugiait dans un livre pour l’occasion. Et de me rappeler cette phrase de Gorki : « Comme si on l’avait écorché, mon cœur devint maladivement sensible à toute douleur, à toute offense qu’il s’agisse de moi ou des autres »...

Une autre gare...

Si au moins elle était là celle qui fut pour moi plus qu’un été. Sur son visage se lisait le bonheur ; ses yeux pareils à des étoiles flamboyantes lui donnaient un regard qui perçait les secrets. Ces souvenirs incarnaient pour moi l’espoir et la vie. Son rire ruisselant de candeur et de béatitude serait à même de me sauver de ma mélancolie. Laps de temps des retrouvailles, l’été s’évanouit dans l’espace. Son image s’évapora à l’horizon des pluies d’automne. Mes illusions ne résistèrent pas longtemps sous l’étau de la séparation. Mes rêves étaient broyés sous le pas pesant de la solitude, sous les crocs aiguisés des souvenirs. A ses côtés, ma douleur aurait été un fardeau dont le poids se serait estompé.

La lumière d’un lampadaire annonça une autre gare…

J’arrivais toujours au terme de mes nombreux voyages à la tombée de la nuit. L’ère du TGV était encore loin… Sourde à l’égard du temps, muette vis-à-vis de l’espace, ma douleur demeurait immuable. Les voyageurs descendaient sur le quai. Le jour s’était incliné devant la nuit. L’obscurité était aussi pesante que ma séparation avec Selma. Aussi pesante que devait l’être la Terre pour Atlas. Mon esprit, au contact du froid incisif des Hauts Plateaux, se revigorait. Engourdis par la permanence de la position assise, mes membres se déployaient pour se préparer à parcourir le chemin qui me séparait du berceau les ayant vus naître. Le cadre familial, refoulé par l’absence, rejaillissait ; ça et là, les gens s’empressaient de rejoindre la chaleur de leurs foyers.

Quant j’arrivais aux alentours du domicile, une appréhension me paralysa. Mes pensées étaient sclérosées par le bruit infernal du train et les lumières des gares. Elles étaient prêtes à bondir de la boîte crânienne pour se déverser en haine sur le destin. Pourtant, le courage dans une main et l’espoir dans l’autre, je me dirigeais d’un pas affermi par la volonté de survivre au poignant chagrin pressenti à chaque fois et qui menaçait de s’ajouter au calepin du néant. Une foule d’idées existentialistes fécondait en moi la patience nécessaire en ces moments douloureux.

Le silence régnait. Aucun cri, aucun signe de mort, aucune note de pleurs. Donc ma mère était encore de ce monde. Elle répondait encore présente au soleil quotidien. Lorsque je franchissais le seuil de la porte, je me rendis compte que tout était en ordre. Je m’attendais souvent à rencontrer les voisins assis au chevet de ma mère, ainsi que l’exigeait la coutume, en train de commémorer les morts et évoquant, en pareilles circonstances, les vertus des défunts et les superstitions héritées depuis la nuit des temps.

La commotion éprouvée durant le trajet cédait la place à un faible sourire et à un long soupir. Ma mère était de plus en plus dans un état qui ne prêtait guère à l’optimisme. Je l’embrassai pieusement, m’asseyai auprès d’elle et la regardai longtemps. Elle déclina à une vitesse vertigineuse. Le sommeil agité de ma mère se mua en sommeil serein à mon apparition. Un sourire enfantin sur ses lèvres. Je lui pris les mains déshydratées par les longues nuits de souffrance. Elles étaient souvent sèches et froides. L’instant fatidique, longtemps redouté, était hélas proche. Le visage exsangue était moulé dans une expression indicible. La poitrine osseuse se soulevait à un faible rythme. J’étais à ses côtés, elle pouvait mourir avec quiétude. Avec béatitude même…

(A suivre)


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus