Accueil > Culture > Exils : de Sétif à Paris >

ALGER (26)

mardi 26 juillet 2011, écrit par : Ammar Koroghli, mis en ligne par : Boutebna N.

L’espoir est toujours là. Aube sans cesse renouvelée. La casbah, témoin privilégié d’événements hors pair. De Baba Arroudj à la bataille d’Alger. Et pourtant demeurée à l’état d’une misère galopante foudroyant ses habitants. Ce jour là, ils étaient nombreux. La rue, leur royaume. Le vote des pieds. Voix d’acier. Verbe trempé dans le phénol. Descendus de leur F² à dix personnes comme naguère les Chaouias des montagnes de l’Aurès. Leurs parents montèrent à l’assaut d’une capitale en proie à l’euphorie de la liberté. Fièvre miraculeuse qui guérit tous les maux. Mots vains, noyés dans le vin. Abou Nouas reconduit par les siècles au seuil de l’ivresse. De Sidi Brahim, des rasades interminables. Les verres s’entrechoquaient au coin de l’amertume nommée désillusion.

Cette aube-là vire au rouge sang. Rue de la Lyre, musique des rafales. Rue de la liberté, le bâillon de la répression s’abat sur la ville. Assiduité de l’oppression. La matraque ne fait pas école buissonnière. Elle est toujours et plus que jamais au rendez-vous. Caves de villas aménagées à l’effet de torturer. Novembre marqua la naissance de l’ire de l’occupant. Novembre sans cesse renouvelé… Mais que pèsent mes mots devant les tragédies de pans entiers de la société vouée à l’illettrisme ? Que faire contre le temps qui passe ? Impuissance indescriptible. Destruction explicite de l’instant. Abou Nouas sans cesse renouvelé. Exil reconduit. Analphabétisme incessant. Mutisme éloquent de vérités, procédant par touches d’un vécu voué aux gémonies ? Larmes qui coulent de l’inconscient apprivoisé…

De nos princes, je garde l’idée de caste. De camarilla. D’autocrates. Dans leur esprit, les mariages ne sont qu’un moyen pour consolider une ascension sociale et la politique un accélérateur décisif en vue d’accéder à un haut revenu, le réseau étant un facteur essentiel à ne pas négliger. Leur devise : être au bon endroit et au bon moment, prêts à servir le maître de circonstance…
Mappemonde amie, dis-moi toi qui sais tout de la géographie, comment bâtir ma patrie sans cesse défigurée ? Plume amie, dis-moi toi qui as soif d’Histoire, du colonialisme au colonelialisme, n’y aurait-il pas un autre chemin vers la liberté et la paix ? La liberté d’expression sans doute. Même pavée des rappels de mémoire les plus cruels.

Me revint en filigrane un autre épisode douloureux… Un dur apprentissage du métier de la démocratie, qui plus est loin de la terre natale… A Paris.

(Fin de la 2è partie)


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
laid daheoui :
aprés le 8/mai/1945, et sa tragédie, entre ce vieux couple, les familles honorables de setif, ont envoyé en hexagone une partie, de leur enfants, ceci afin de renforcer le FLN de France, ( commisaire politique, orateur,ouvriers, familles,etc..) la guerre...7 années... le peuple y croyait... la joie... l’indépendance ! enfin ce beau mot, crier par un peuple unis. puis vint les hommes de oujda... ceux du 19/mars... la lutte pour le pouvoir , les démocrates, assassinés, ou emprisonné, l’exil...pour cértains, l’arabisation à outrance avec un virage à 180 degrés, pour ce donner bonne conscience, tout cette situation, pour tromper le peuple, lui qui aspiraient à plus de démocratie, de libérté, création de la fameuse Sécurité Mlitaire, qui avait pour objéctif, d’amolir le peuple, d’en faire un peuple muét, lui si revendicatif. la devise de la constitution : l’islam religion de l’état. imposture... toute cette situation nous à mené au mois d’octobre 1988. (...)
scalpe ! :
d’ abou nouas, qui prona l’Amour et le vin, A ce grand penseur Algérien issue de la Noblésse du Constantinois, qui, un soir se promenant dans les rues de Constantine, au milieu des années 20/ou30, je ne sais plus, apérçu un homme gai de bon vin, chantant à haute voix de son saoul : TAHIA EL DJAZAIR le grand penseur, Mufti de constantine de surcroît, pensa que si tout Algérien pouvait prononcé la meme phrase, lui ordonnerai le vin licite. Cheik ABDEL HAMID BEN BADIS. grand penseur, philosophe,mufti de l’algérie. ALGERIEN
setilyon :
pour info ! LAID DAHEOUI, un l’un des premiers résistants pour la libérté et la démocratie, et l’égalité, mort a SETIF, LE 8/MAI/1945 Au meme titre que J. Moulin.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus