Accueil > Economie >

Industrie automobile en Algérie : Une chasse gardée pour les Français.

mercredi 19 décembre 2012, écrit par : A Nedjar.Setif info, mis en ligne par : A. Nedjar

Carlos Ghosn le PDG de Renault disait il y a quelque temps à propos de l’implantation de son groupe en Algérie : « On n’a pas le choix, on le fera ».

Hé bien Renault l’a bien fait, non seulement qu’il obtienne le site de son choix alors que celui de Bellara présentait toutes les commodités ,mais en plus, l’une de ses conditions essentielles a bien été acceptée ,même si elle est réduite dans le temps.

Pour la signature du contrat de réalisation de l’usine Renault en Algérie Cherif
Rahmani le ministre de l’industrie a annoncé l’acceptation de la clause d’exclusivité, ramenée à 3 ans au lieu des 5 ans exigés au départ. C’est à dire que pendant cette période, aucun autre constructeur automobile ne peut s’associer à une autre entreprise publique nationale pour réaliser un même contrat.

Comme pour les ceréales, le médicament et bien d’autres produits, l’Algérie n’est elle pas devenue une chasse gardée pour la France. N’est ce pas là ,la nouvelle forme ou l’apparence d’un colonialisme d’un genre nouveau ? Celui qu’on prédisait déjà après la fin des colonies de peuplements .

C’est comme dirait l’autre :On s’est encore fait rouler dans la farine !


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus