Accueil > Economie >

Investissements publics : importance, finalités et instruments

dimanche 10 mars 2013, écrit par : Nagib Bouguessa, mis en ligne par : Boutebna N.

Tels sont les axes de recherche assignés au colloque international dont les travaux ont été ouverts ce dimanche à l’école doctorale et qui dureront deux journées (11 & 12 mars).

Organisée par la faculté des sciences économiques avec la collaboration du laboratoire « Partenariat et investissement dans les PME/PMI dans l’espace EuroMaghrébin » (PIEEM), cette rencontre scientifique verra la participation de chercheurs nationaux et étrangers.

En effet, on étudiera au cours de ce conclave les expériences indonésienne, turque, française, croate, grecque, bulgare, allemande, italienne,…
Bien entendu, le thème central sera axé sur l’évaluation des effets des investissements publics algériens réalisés au cours des deux derniers programmes de soutien à la relance économique (PSRE 2002/2004) et à la croissance économique (PCSC 2005/2009) et celui en cours (2010- 2014), des programmes qui exigent valorisation, évaluation, analyses, impacts, coûts, efficience, externalités et synergies,…


Partager cet article :
12 commentaire(s) publié(s)
SAHBEK :
Bon courage Nagib et bonne réussite à votre colloque et crois moi si les politiques se joignent aux chercheurs l’Algerie irait mieux ?
fites91 :
Si l’expérience turque sur l’investissement public semble intéresser certains de nos universitaires je dirai pour ma part que c’est regrettable. Déjà qu’ils nous enquiquinent avec leurs films sempiternels voilà qu’aujourd’hui ils viennent nous fourguer leurs expériences, des cours sur l’investissement public !.... L’eau, électricité, les infrastructures routières, l’école bien entendu et surtout des films made in Algéria. Si on fait cela c’est déjà pas mal. Comme ça on n’aura pas besoin ni de leurs conférences bling bling ni de leurs navets (FATMA, EZEL etc...)
Commentaire n°175183 :
Que les Turcs cessent d’être des sous-traitants de l’OTAN et on verra Monsieur Bouguessa. Merci pour vos efforts .
H. Schacht :
Nous espérons lire ne serait ce que une synthèse de ce qu’il ressort de ce colloque surtout que je vois que les économies de plusieurs pays vont être étudiées comme la Grèce et l’Allemagne (économies opposées) ; la France et la Turquie ou l’Italie et la Croatie ...et peut être l’Algérie et la Chine dont les économies respectives varient entre le OK et le KO. Enfin bonne réussite et bon courage à tous et je vous offre ça rafraîchissement.
Nagib :
A Sahbi Tu as certainement raison, les pouvoirs publics, les institutions doivent suivre le mouvement. Et si... l’Etat fait plus que la Socièté ? En fait, à mon avis, celui qui doit le suivre le plus, c’est la société dans son ensemble, le citoyen lambda, les universitaires, les chercheurs, les étudiants, ce qui ne semble pas être (encore) le cas. Peut-être qu’ils ont raison qu’ils ont leurs raisons. Remettre TOUT en question, remise en confiance de TOUS, tels semblent être et doit être notre leitmotiv !
azzeddine khelfi :
SALAM j espere que se colloque se solde par une reussite pour tous et que ca ne sera pas un jeux de trompette.b.colloque
Commentaire n°175250 :
Sans commentaires ! Tous nos investissements ont été et sont à ce jour dans des secteurs voués à la faillite et avec des pays en faillite.....Pour des raisons que C.K. and C° connaissent....
nordean :
بعد غياب طويل رجعت الى بلدي زائرا فوجدت أن المدينة توسعت بنيانها وضاقت طرقها ورحت أجول ومررت بمطعم وتذكرت أن هذا المكان كان يوما مكتبة أزورها لقرائة بعض الكتب فقلت في نفسي ما بال القوم توسعت كروشهم وتقلصت عقولهم فاستبدلوا الذي هو خير بالذي هو أدنى فأبدل الله حالهم من طلاب علم الى طلاب خبز وأصبح بائع الفطاير يتقاضى ضعف المعلم , وساد الجهل وأفرخ الفساد وإنحرف الشباب وإستغنى المجتمع عن العلم والعلماء بالرقص و الكرة والغناء , فعرفت أن الأمة ماضية الى حتفها إن لن يتدارك القوم حجم المأساة ويرتفعوا الى همة إبن باديس فيعلو العلم والعلماء ويبنى الإنسان . فنحن بالعقل إنسان وبالكرش حيوان فأولى أن نغذي ما ننتفع به وننفع لا ما ما يذهب الى المستنقع, فأعدوا عدة المستقبل أيها الشباب فوالله لا خلاص ولا مناص إلا بالقراءة و الكتاب.
Commentaire n°175311 :
Sincèrement, je n’y crois pas à vos colloques .Depuis le temps que l’on fait, on a rien vu arriver si ce n’est la descente en enfer d’année en année. Tout ce qui a été fait par les anciens cadres du temps de BOUMEDIENNE , est partie en fumée y compris les cadres formés à cette époque et qui se trouvent à l’étarnger parcequ’on n’a pas voulu d’eux. Alors Messieurs, de grace.........
merouche charaf eddine :
c’est des coneries pour passer du temps la réaliter dans le pays et tout hautre
H. Schacht :
Je dirais que sincèrement, je suis tout à fait d’accord avec le post 11 mars 2013, 19:37 , les cadres formés à l’époque ont été soit marginalisés, soit repartis d’où ils étaient venus. A cette époque il y’avait un modèle économique chez nous où la décision était centralisée mais cette décision était mûre et très bien réflichie car les décideurs de l’époque prennent leurs décision en tenant compte que c’est pour un ensemble (le peuple) et pas pour un individu pour s’enrichir au détriment de ce peuple. Si on fait une analyse objective dans l’industrialisation du pays (par exemple), nous ne concluons que du positif et ce, comparativement aus temps des années 80 à aujourd’hui ou nous ne comprenons pas qui commande chez nous ? la banque mondiale qui nous fait constamment agiter ; le FMI qui nous a enlevé notre personnalité et liberté d’agir d’où nous avons perdu la confiance en nous ; les multinationales qui nous forcent vers la mondialisation sans âme ou le terrorisme qui nous tue en s’équipant d’armes payés avec notre (...)
Gomez :
Les banques publiques algériennes cumulent des liquidités de plusieurs centaines de milliards de dinars et le pays dispose de 140 milliards de dollars de réserves de change. La conjoncture economique est donc bonne pour continuer à maintenir un bon niveau d’investissement public et offrir aux citoyens des équipements de qualité, si on veut une croissance économique accrue. Pour cela il est important de continuer à moderniser les infrastructures, notamment à travers l’extension du réseau autoroutier, le renforcement du réseau ferroviaire, la mise à niveau des ports et l’aménagement des aéroports. Cela aura un effet d’entrainement certain sur l’économie. Il faut également accorder une grande importance à la construction de complexes dédiés aux énergies solaire et éolienne, à la mise en place de grands projets de mise à niveau d’ouvrages hydrauliques. Il faut egalement envisager la construction de nouveaux hôpitaux en zones rurales ou en périphérie des grandes concentrations urbaines pour répondre aux besoins (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus