Accueil > Reportages >

Il y a cinquante et un ans fut assassiné Mouloud FERAOUN

jeudi 14 mars 2013, écrit par : Hamoud ZITOUNI, mis en ligne par : Boutebna N.

Le 15 mars 1962, il y a cinquante et un ans, Mouloud FERAOUN et ses six compagnons d’infortune tombèrent près de Ben Aknoun, sur les hauteurs d’Alger, sous les balles meurtrières des despérados de la sinistre OAS, à quatre jours de la fin de la guerre d’indépendance de notre pays.

En lisant les premières pages de son roman inachevé « L’anniversaire », on est surpris par la prémonition de cet écrivain quant à l’imminence de son assassinat. Mouloud FERAOUN se savait menacé par les hordes terroristes de l’OAS qui dans le feu du désespoir n’épargnaient personne, y compris les gens de leur propre communauté pouvant afficher un quelconque soutien ou sympathie à la cause d’indépendance algérienne. Il désignait même son assassin en la personne d’un « ultra » nommé ACHARD, un inconditionnel de l’Algérie française activiste au sein de l’OAS.

Mouloud FERAOUN, écrivain algérien d’expression française, à l’instar d’autres auteurs de sa génération, comme Mouloud MAMERI, Yacine KATEB, Assia DJEBBAR, Mohamed DIB, Mourad BOURBOUNE laisse une production littéraire estimable dont l’œuvre la plus célèbre est sans nul doute « le fils du pauvre ». Traduit en plusieurs langues, ce roman fétiche fait l’objet d’étude de texte de plusieurs générations de collégiens et lycéens.
L’écrivain montagnard a fait entrer dans la postérité l’œuvre poétique de Mohand Ou Mhand, cet aède amazigh de l’oralité. Il nous fait découvrir aussi, à travers ses nouvelles, regroupées sous le titre « Jours de Kabylie » la vie et les moeurs des petits villages de sa région natale.
En 2013, est née la Fondation nationale Mouloud FERAOUN pour l’éducation et la culture. Parmi les premières actions engagées par cette fondation fonctionnant par le bénévolat est la création à travers l’ensemble du pays de clubs de lecture et d’écriture appelés « clubs Fouroulou » du nom du jeune héros du « Fils du pauvre ». Ces cercles animés par des adultes se recrutant parmi les éducateurs, enseignants, parents, retraités ont pour vocation de faire découvrir l’œuvre littéraire de Mouloud FERAOUN et celles d’autres écrivains algériens et d’initier les jeunes à l’écriture et l’expression littéraire.

A cet égard, de multiples exemples montrent qu’il n’y a pas d’âge pour bien écrire et que la valeur romanesque ou poétique ne se compte pas en nombre d’années. Du talent décliné en langue arabe, amazigh, française ou tout autre idiome peut émerger précocement pour peu qu’on lui offre les conditions de son incubation-maturation.
Un appel est lancé aux éducateurs et enseignants et autres personnes soucieuses de la bonne éducation de nos enfants de la wilaya de Sétif à rejoindre la Fondation Mouloud FERAOUN pour faire émerger et encadrer ces clubs « FOUROULOU ».

Hamoud ZITOUNI, membre fondateur de la FMF.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus