Accueil > Economie >

Des "zones d’accompagnement" pour un meilleur management des barrages

mardi 14 mai 2013, écrit par : APS, mis en ligne par : Boutebna N.

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a annoncé, lundi à Sétif, la création prochaine de-zones d’accompagnement" pour un meilleur management des barrages dont le nombre atteindra les 84 à l’issue de l’actuel programme quinquennal.

L’amélioration de la gestion des barrages figure parmi les-chantiers phares" ouverts par le département des Ressources en eau, a souligné le ministre à l’issue d’une visite de travail de deux jours dans la wilaya de Sétif, faisant part de-l’importance de ce volet dans l’optimisation de l’investissement consenti par l’Etat dans ce sens".

Qualifiant-de très important" l’investissement dans 84 barrages devant emmagasiner 9 milliards de m3 d’eau, le ministre a cependant estimé que cela imposera-une multitude d’engagements et d’obligations, dont l’amélioration du système de gestion de ces infrastructures".

Ces barrages qui vont permettre une-optimisation palpable en matière d’alimentation en eau potable (AEP)", nécessiteront l’activation d’un système d’interconnexion à même de soulager les régions pauvres en pluviométrie et combler le déficit enregistré dans certaines wilayas, a souligné M. Necib.

Il a insisté sur l’urgence-d’agir sur toute la chaîne de distribution d’eau en procédant à la rénovation des anciens réseaux et la réalisation d’autres de qualité".-C’est bien de réaliser des barrages, des transferts et des adductions, mais encore faut-il posséder des réseaux de distribution performants", a-t-il souligné dans ce contexte.

C’est là-une autre étape" que le ministère compte suivre de près pour permettre une AEP sans failles, a encore souligné M. Necib qui a procédé au cours de sa visite au lancement des travaux de réalisation de trois retenues collinaires à Ain Oulmène, à Hamma-Boutaleb et à Ksar El Abtal et d’un petit barrage à Oued Guergour, dans la commune de Ksar El Abtal, devant permettre l’irrigation de 50 hectares.

M. Necib a également procédé à la mise en service du projet d’AEP du centre d’Ouled Si Ahmed (sud de Sétif) à partir du forage de Chebchib, avant de se rendre dans la commune de Beni Fouda (nord de Sétif) où il a inspecté le projet de transfert entre les barrages de Tabellout (Jijel) et de Draâ Eddiss (Sétif) entrant dans le cadre du-système Est" formant, avec le système Ouest (transfert Ighil Emda-Mahouane) le projet d’aménagement des plaines sétifiennes.

Le ministre s’est notamment enquis de l’avancement des travaux du tunnel long de 13,4 km, situé dans la commune d’Ain Sebt. Un ouvrage dont le taux d’avancement des travaux se situe autour de 20%.

Les grands travaux d’aménagement des hautes plaines sétifiennes a nécessité un investissement public de près de 127 milliards de dinars, dont 97 milliards pour le seul système Est, ont souligné des responsables de l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT).


Partager cet article :
5 commentaire(s) publié(s)
el-hedi :
BRAVO , COURAGE & BONNE CONTINUITER SI LA TERRE SE RECHAUFFE L’ALGERIE AURA BESOIN DE BEAUCOUP D’EAU IL FAUT CONSTRUIRE AUJOURD’HUI POUR LA GENERATION DE DEMAIN,ET FAIRE DU TRAVAILLE AGRICOLE LA RICHESSE DE L’AVENIR, L’ARGENT DU PETROLE DOIT CONTRIBUER A CELA ET POUR UNE ALGERIE FORTE , OU IL FERA BON VIVRE POUR SONT PEUPLE ...INCH-ALLAH
Commentaire n°187858 :
On est bien éclairés ! « ...zones d’accompagnement... » ???!!!
Commentaire n°188007 :
zone d’accompagnement, et management des barrages...La relation entres les deux SVP ????
farah-diba :
le problème ce n est pas l ’eaiu .......mais cette démographie invraisemblable quand les algériens raisonneront avec leur tête plutot qu’avec leur B.... il y aura de l ’eau pour tout le monde !!
Commentaire n°188180 :
@ Farah diba... Je vous invite a adhérer vous même a votre proposition... La croissance démographique, est un paramètre pris en charge par touts les pays du monde.. Ça n’est pas un défauts, il faut faire avec. Et l’Algérie a les moyens financiers de le faire. Le problème, ça n’est pas le nombre en matière de population, mais la qualité des gestionnaires. Qui n’ont pas la perspicacité, ni les compétences intellectuelles, de proposer des solutions appropries aux problèmes qu’ils ( ou elles) rencontrent, et de les mettre en application. On n’a pas encore permis au génie algérien de se débloquer.Car l’incompétence, est - dans bien des cas- le critère de choix, pour le choix d’un responsable, curieux, étrange, je sais. Mais c’est la vérité. Voila le fond du problème.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus