Accueil > Economie >

Le spectre de la sécheresse menace la céréaliculture

vendredi 16 mai 2014, écrit par : Boutebna N., mis en ligne par : Boutebna N.

La région de Sétif, première productrice de céréales en Algérie, enregistre depuis début avril un important déficit en précipitations. Cette situation accentue les risques d’une sécheresse et fait planer des menaces sur la production agricole.

Les agriculteurs du sud de la wilaya commencent déjà à montrer des signes d’inquiétude quant à la persistance du beau temps, équivalent pour eux à un début de déficit en eau, particulièrement pour les céréales conduites en sec. Malgré la pluviométrie consistante enregistrée pendant les mois de janvier et février, une partie du tapis vert des céréales des Dairas de Ain Oulmene, Salah Bey et Ain Azel est en train de virer prématurément à l’ocre.

La mauvaise répartition des pluies dans le temps affecte parfois gravement les céréales, lorsque le déficit est enregistré dans les moments cruciaux du développement et de la maturation de l’épi.


Partager cet article :
15 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°221351 :
L’Algérie a toujours importé les blés durs et tendres. Il faut penser aux petits exploitants et leurs venir en aide par des compensations. Dommage quand la saison est généreuse, les prix augmentent et rien n’est à comprendre dans le partage de la richesse. Pour les intégristes, Allah n’a pas voulu donner de la pluie à cause de vos comportements et hypocrisies. Bref, les gens doivent comprendre et se rendre à l’évidence que la pluie vaut plus que le pétrole de la honte.
veritas :
Les carottes sont cuites pour les céréales même au nord de la wilaya, pas de pluie depuis début avril 40 jours sans pluie pendant la période critique où les céréales en ont le plus besoin ( cela est général pour tout le pays). 2014 est une très mauvaise année à tout point de vue.
Ayaddou :
Pour atténuer les effets de cette situation, il faut envisagent de mettre sur pied un programme de sauvegarde du cheptel des hauts plateaux en premier lieu. Aussi sera-t-il procédé à une distribution de l’orge aux éleveurs(déjà soulevé par les éleveurs de Djelfa). Et dans une seconde étape, les autorités veulent inciter les unités de fabrication d’aliments pour le bétail à commercialiser leurs produits à des prix raisonnables qui s’adaptent avec la conjoncture de sécheresse et à encourager l’amélioration pastorale pour sauvegarder le cheptel. Il y a également lieu de citer la pratique de l’irrigation au goutte-à-goutte et la souscription aux assurances multirisques. La région abrite des écosystèmes et des niches de production agricole assez diversifiées (céréales, fourrages, maraîchages, arboriculture, horticulture, produits du terroir végétaux et (...)
zoubir de sétif :
que faire contre la nature, et les barrages ????????
merouche charaf eddine :
quel sécherése il stoque dans les sileaux gigantésque le blé et autre et a coter de sétif et la fontaine de ain fouara et ain drog c’est de l’eau qui vient des nappes fréatique et tout les amames de la villes de sétif il préne ou l’eaux et ammam gérgour et a bordj bou raridj et il y a des personnes qui on des chambres froides pour stoquer il y a le barrage de ain zéda et d’autre barrage d’eaux mois j’i croix pas c’est juste pour faire monter les prix paraport a une forte demande des consomateures et le ramadan sa va éxplosé les prix c’est le méme manége avec les dattes et autre produits trés demander comme le lait en sachet . et l’achat de blé français ou russe pour faire monter les prix pendant le ramadant 2013 c’est pas juste pour les agriculteure algériens qui travaille dure dans des conditions de chaleurs et autres pour rien il y a une bource mondiale pour les gens qui ne save pas les cours du (...)
interrogatiopns ? :
au lieu de dire que faire contre la nature, il ya lieu de méditer sur ce que nous , société algérienne, avons faire pour satisfaire ALLAH, Le Tout Puissant il n’y apas de trop tard, tout est possible avec la Bénédiction du TOUT PUISSANT, Le pardonnateur, il faut revenir vers LUI, IL a toujours honnorer le contrat avec les bons musulmans , les vrais, ceux qui se tournent vers LUI , particulièrment dans les moments de tests qui sont les moments difficiles pour l’être humain il nous recommande des Le satisfaire, salam
Gavroche :
de toute façon ,ma baguette et mon pain restent toujours chers, qu’il pleut ou pas .
Commentaire n°221377 :
l’osque tu vois Sihamdi il exerce quoi comme métier.? Allah idjib El Khair ya Bel Khair
merouche charaf eddine :
les projets de constructions d’ usines de désalement d’eau de mer sont il toute a achevé en bord de mer a alger et dans le réste du pays . et pourqoi pas la constructions d’une usines de désalement d’eau de mer a jijel et a béjaia pour allimenter toute la région et le barrage de khérata jusqua sétif et sa régions.
SOS :
Dieu vous a puni espèces de Chyatînes , vous votez pour un handicapé voilà dieu vous a handicapé .... Chah Fikoum ..!
Bachtouti :
Ça doit être une main étrangère ?!
BELAID Djamel :
Cette situation est grave. Y-a-t-il des solutions ? Oui ! 1)- les ingénieurs agronomes ont montré que c’est le labour qui assèche le sol. Il ne fait plus labourer. El ardh 3adou el ardh dit un ingénieur agronome (voir sur you tube la vidéo : Agriculture de conservation Algérie Part 2. Agriculture de conservation en Algérie Part 2 ... - YouTube ► 12:55► 12:55 www.youtube.com/watch?v=M_xFH72HO9c 13 nov. 2012 - Ajouté par Hamoudi Chellal 2)-Regardez bien cette vidéo et celle de la partie 1. Des techniciens tunisiens disent que l’eau du sol est mieux conservée avec cette technique. 3)-Voir aussi comment les agriculteurs du Maroc disent que cette technique préserve l’eau du sol. 18/03/2012 | L’INRA Promeut le semis direct - YouTube ► 3:30► 3:30 www.youtube.com/watch?v=FqqJVdVL5Xw 4)-Une autre solution est d’enrichir le sol en matière organique. Celle-ci retient l’eau comme une éponge. Il faut donc laisser une partie des pailles au sol ou utiliser les boues résiduelles. Des essais réalisés à la (...)
Commentaire n°221461 :
@BELAID Djamel Cette sécheresse n’est donc pas une fatalité. Ici c’est une exagération, il y’en a deux aspects l’optimisation de la production par les nouvelles techniques et les expériences. la sècheresse qui est le but de cette discussion. Ces deux éléments sont totalement distincts et complémentaires Les techniques naturelles telle que l’alternance et la variation de la production, les jachères, etc. ont montrées leurs efficacités pour la préservation des terres ainsi de leurs éléments organiques. La lutte contre la sécheresse devra consister par la création des lacs artificiels, des retenues collinaires (l’eau de mer pourra être utilisée) et des barrages verts. Bref pas de pluie, c’est la désertification.
bouzid :
c’est vrai que cette annee la pluie nous a vraiment manqué ce qui a causer bcp de dégât au agriculteurs pour remédier a cela les agriculteurs doivent apprendre a consulté les prévisions météo saisonnière
Commentaire n°221488 :
el fayda oulmoufid ya pas sècheraice en france et usa pour importé blé come dabithude

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus