Accueil > Economie >

Marchés à bestiaux : Reprise des activités

samedi 13 septembre 2014, écrit par : Azzedine Tiouri

Après quelques semaines de fermeture et d’inactivités dues à l’épidémie de la fièvre aphteuse, les marchés à bestiaux ont été rouverts, hier, à la grande satisfaction des maquignons.

Bien qu’encore très timide par rapport aux semaines d’avant leur fermeture, l’ambiance des marchés a été au rendez-vous et la discussion, comme il fallait s’y attendre, ne tournait qu’autour de cette maladie et ses conséquences fâcheuses sur l’économie nationale et sur l’activité des commerçants du bétail, notamment des bovins.

Suite à une circulaire du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, le wali de Sétif, M. Mohamed Bouderbali, a réuni la commission de sécurité suivi d’un arrêté autorisant la réouverture des marchés à bestiaux et ce, à compter de ce vendredi.

Cette nouvelle mesure a été suivie par une réunion du Drag (directeur de la réglementation et de l’administration générale) avec les présidents des APC concernés par les marchés à bestiaux, la wilaya en compte 17, dont les plus importants sont ceux de Sétif, El Eulma, Beida Bordj, Aïn Oulmène etc. Interrogé au sujet de cette évolution, M. Ali Zerarga, directeur des services agricoles de la wilaya de Sétif indiquera « que la situation est totalement maitrisée et il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Aucun autre cas n’a été détecté depuis 19 jours.

Les marchés à bestiaux ont été autorisés à rouvrir dès demain (vendredi). » Une déclaration certes très optimiste et attendue, mais, néanmoins, nous dit-on, la vigilance sera maintenue et de mise. C’est justement pour garder cette vigilance que le transport des bestiaux est toujours soumis à autorisation des services vétérinaires compétents et que les praticiens vétérinaires sont toujours réquisitionnés pour parer à toute éventualité.

Ces derniers sont en grand nombre disséminés à travers l’ensemble des marchés à bestiaux de la wilaya et le bétail n’accèdent à ce dernier qu’avec autorisation de circuler délivrée par un vétérinaire. Pour vous dire que rien n’a été laissé au hasard ou pris à la légère. Tout le monde reste sur ses gardes et mobilisé jusqu’à l’éradication totale de cette maladie.

Sans les efforts, des uns et des autres, entres autres, de l’Etat, des éleveurs et des praticiens, cette épidémie était sur le point d’anéantir l’ensemble du cheptel bovin avec toutes les conséquences qui pouvaient en découler sur notre économie nationale en général et le secteur agricole en particulier.

Depuis le début de l’apparition des premiers signes de la fièvre aphteuse à Bir El Arch, venue de Tunisie, c’est-à-dire le 26 juillet, la campagne de vaccination a touché 74 000 têtes de bovins dans la wilaya, sans compter celles qui ont été vaccinées en avril dernier comme couverture et qui a touché 65 000 têtes.

L’ensemble du cheptel bovin dans la wilaya de Sétif est évalué à 133 000 têtes, dont 77 000 vaches laitières, l’un des plus importants du pays avec 270 millions de litres de lait récoltés en 2013. Dans le domaine sanitaire, le nombre de praticiens vétérinaires est de 274 dans le secteur privé, 45 du public et 28 activent au niveau des bureaux d’hygiène communaux.


Partager cet article :
1 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°225883 :
L’ouverture du marché des bestiaux est devenue un événement important chez nous qu’on doit feter. Helas si ça continuera de cette façon entachée d inepties, on fêtera l’ouverture des WC.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus