Accueil > Economie >

L’ANSEJ ne va pas connaître d’austérité budgétaire

lundi 19 janvier 2015, écrit par : Boutebna N.

La chute des prix du pétrole handicape l’économie algérienne, poussant le Président à mettre en place des mesures d’austérité tel que le gel du recrutement dans la Fonction publique et la restriction du budget alloué à la recherche scientifique.

L’exception a été faite ce lundi à l’ANSEJ (Agence Nationale de Soutien à l’Emploi des Jeunes). Selon le quotidien Liberté,-l’ANSEJ ne va pas connaître d’austérité budgétaire due à la baisse du prix du pétrole", c’est ce qu’a déclaré son directeur général, Mourad Zemaili, ce lundi matin, 19 janvier, sur les ondes de la chaîne III.

Le DG a indiqué qu’« au contraire, il n’y aura aucune restriction dans ce sens ». Tout en ajoutant : « pour l’année 2015, il a été programmé la création, par l’ANSEJ, de 60.000 micro-entreprises, auxquelles doivent s’ajouter les 30.000 projetées par la CNAC (Caisse Nationale d’Assurance Chômage, uniquement pour ceux qui dépassent les 40 ans, ndlr) ».

Malgré la création de plus de 330 000 micro-entreprises en Algérie grâce à ce programme, en 17 ans, ce chiffre est bien petit par rapport aux résultats obtenus dans d’autres pays. A cela, Mourad Zemaili acquiesce tout en précisant « mais si on voit les chiffres, par exemple l’agriculture, de 1997 à 2010, on avait une moyenne de 972 micro-entreprises/an financées. De 2011 à 2014, ce chiffre est passé à une moyenne de 3.400/an, en augmentation de 475% », a-t-il poursuivi.
Le DG a tenu à souligner les mesures, appliquée depuis le 2 janvier, relatives à la loi de finances 2015 qui stipule l’« allégement en matière de taxation des micro-entreprises ».

Cette dernière permet à la micro-entreprise d’être soumise à « l’impôt forfaitaire unique, et son taux est de 5% pour les activités de production, et 12 % pour les autres activités », a affirmé Mourad Zemaili. « Dans l’architecture du système fiscal en Algérie, il y a deux types d’impôts, régime réel et régime forfaitaire. Le régime forfaitaire concerne les entreprises dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 10 millions de dinars, et le régime réel c’est quand le chiffre d’affaires les dépasse. Donc la micro-entreprise a été soumise, avant 2015, à l’impôt réel quelque soit son chiffre d’affaire (…) », a-t-il expliqué.

En ce qui concerne les recouvrements des prêts consentis par l’agence auprès des jeunes entrepreneurs, l’hôte de l’émission a indiqué que les remboursements ont été estimés « en 2011 a 50 %, en 2012 a 63 %, en 2013 a 65%, et le 31 décembre 2014 on est arrivés à 70,40 % ».


Partager cet article :
7 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°233860 :
Avec les grèves en vue des enseignants, le blocage du recrutement, les coupes budjetaires, ect.. les problemes du sud, etc. Il ne faut pas croire que la vie sera encore plus belle en 2015. Un etat responsable ne doit pas mentir. Il faut des gels dans les salaires ou les reduire temporairement de 60 à 80% La compression des personnels interdire les contestations sociales et les syndicats irresponsables faire comprendre aux jeunes la necessité des coupes. La marge de manoeuvre est réduite à l’epargne. Si le prix du petrole ne retourne pas à 80$ dans deux ans. ça sera le chaos
enseignement aurabais :
les coupes budgétaires , le gel des recrutements, le maintient de la politique de faire plus de chômeurs, l’organisation des examens de fin de cycles primaire (5ième), moyen (BF) et secondaire (Bac) alors qu’à ce jour (mercredi 21 janvier 2015) , certaines classes n’ont pas d’enseignants dans 1 matières voir même deux et trois matières est- ce que les élèves doivent concourir, passer des examens pour des matières qu’ils n’ont pas suivi ? messieurs les membres des académies , les responsables des offices des examens pouvez vous nous expliques cette situation, alors des des milliers de diplômés sont de hitistes ? est ce que les élèves qui n’ont pas suivi de cours à ce jours seront -ils dispensés des épreuves des matières non enseignées par leurs établissement (...)
aghilas-kosseila :
azul fellawen, est un baume au coeur que cette austerité epargne A.N S.E.J. IL FAUT ABSOLUMENT ACCOMPAGNER CES JEUNES DANS CES AVENTURES. apparement il y a beaucoup de gachis... renforcer l’education. faire des coupes dans dans des etablissements ou des institutions qui grangent de l’argent inutillement ! un impot sur la fortune pour amortir et ralentir ce désiquilibre... tanmirt ar timlillit.
Commentaire n°233981 :
Sachant que les hôpitaux sont fréquentés que par des gens pauvres qui n’ont pas les moyens d’affronter les cliniques privées ou les hôpitaux de Suisse ou de France. Les soins médicaux vont être payants pour les plus démunis. Quand les pauvres gens n’ont plus les moyens de se soigner, l’éducation deviendra un luxe pour un peuple qui a été mal traité et mal administré. Nous ne serons pas mieux que La Grèce, l’Irlande, Portugal. C’est la politique de l’oligarchie et de la brosse (chita) et les kwawdas qui nous a conduit à un gouvernement le plus médiocre. Ce gouvernement n’a pas bien géré les richesses du pays et il a trop jeté l’argent. Il a enrichi que les gens non productifs les importateurs, concessionnaires etc qui achètent des produits par l’argent des banques algériennes pour les revendre plus chères en Algérie. Il n’ont rien produit pour l’Algérie. Avec boutef et ses premiers ministres Smail Hamdani, Ahmed Benbitour, Ali Benflis, Ahmed Ouyahia, Abdelaziz Belkhadem, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal (...)
soins à 4 vitesses :
est-ce que les prise en charge pour soins à l’étranger des hauts hommes politiques, seront supprimées ? 1 - soins par les herbes réservés aux démunis et au petit peuple 2- soins au niveau des hôpitaux réserves aux algériens de la classe moyens 3- soins dans les cliniques privées réservées aux trabendistes et mafieux de la finances 4- soins à l’étrange réservées aux hauts cadres de l’état
Commentaire n°235068 :
poussant le Président à mettre en place des mesures d’austérité vous dîtes ! Qui cà !?
merouche charaf éddine :
salam oualikoum -l’ansej c’est pour des personnes qui en déja une grosse somme d’argent pour créait des projets et il se font préter en plus de l’argents par l’état a quel taux avec quel garantie et quel suivie sa son l’éscrocrie a plain nez c’est bidon il croive quil vont redréser la courbe du chaumage en algérie avec un tel systéme c’est n’importe quoi c’est de l’argents gaspier pour rien. et selui qui a rien pour de vrais les zawalie li peut pas profiter de sa. c’est pour les fils a papa et bourgoie du bléd

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus