Accueil > Economie >

Introduction à la Bourse en 2016 de la cimenterie d’Ain El Kebira

vendredi 11 septembre 2015, écrit par : APS

La cimenterie d’Ain El Kebira (wilaya de Sétif), filiale du Groupe industriel des ciments d’Algérie (GICA) sera introduite en Bourse en 2016 à hauteur de 35% de son capital, a annoncé jeudi son PDG, Laid Khaber.

L’opération d’entrée en Bourse de cette cimenterie publique qui produit 1,3 million de tonnes par an est actuellement en phase de préparation de la notice de présentation de l’unité qui devrait être déposée avant fin 2015 auprès de la Commission de surveillance des opérations de Bourse (COSOB), a indiqué M. Khaber à des journalistes en marge d’une visite à cette unité.

"L’entrée en Bourse de la cimenterie d’Ain El Kebira est prévue en 2016", a-t-il précisé, ajoutant que cette opération porte sur l’ouverture de 35% de son capital aux investisseurs institutionnels (banques, établissements financiers et compagnies d’assurance), mais aussi des personnes morales et physiques.

M. Khaber a, en outre, tenu à souligner que l’ouverture d’une partie du capital de la Société des ciments d’Ain El Kebira (SCAEK) au marché financier ne signifie pas qu’elle sera privatisée.

"Il ne s’agit pas d’une privatisation mais plutôt d’une contribution de la société à la dynamisation du marché boursier", a-t-il affirmé.

Le Conseil des participations de l’Etat (CPE) avait donné en 2013 le feu vert à huit entreprises publiques pour l’ouverture ou l’augmentation de leurs capitaux, rappelle-t-on.

Il s’agit de la banque publique CPA (Crédit populaire d’Algérie), de trois cimenteries publiques relevant du groupe GICA, de la compagnie d’assurance CAAR, de COSIDER Carrières, filiale du groupe public du BTPH COSIDER, de l’entreprise Hydro-aménagement et de l’opérateur historique de téléphonie mobile Mobilis.


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
KIMOLY DE PARIS :
la bourse en Algérie !!!!!! entrée de la cimenterie s’agit il d une décision politique ou Economique financière ? pas longtemps les salaries de la COSOB se trouvaient en cessation de paiement....les arguments du PDG ne tiennent pas debout....a mon avis la politique du prestige continue de primer sur la nécessite financière et économique dans l entreprise publique....juste a titre de rappel ERIAD,saidal,aurassi et j en passe ....l expérience de ces entreprises et plus que significative quand a leur introduction en bourse....l environnement économique et politique ne s y prête pas et ne pourra en aucun cas être favorable ou bénéfique aux entreprise Algériennes.... Alors parler de Bourse en Algérie ça relève du débilisme financier ....ça mérite même pas d en discuter du fait de la réalité économique nationale. avec tous mes respects aux théoriciens et économistes et internautes de ce (...)
ben ali :
le petrole qui flanche et on vend les bijoux de famille...economiquement parlant je ne sais pas si c’est une bonne idee de particper a l’introduction si le public est convié - va on encore construire quoi que ce soit a partir de 2018 annee ou les caisses seront vides .
Commentaire n°248335 :
on cherche notre ciment en Tunisie et vous voulez mettre une décharge en bourse l’importe qoi sa riffle quelque chose de mouvait

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus