Dimanche  30 Djoumada Awal 1438  -  26 fevrier 2017
  Accueil > Reportages
Atteinte à l’environnement et pollution de Oued Boussellam
lundi 18 janvier 2016, écrit par : Rachid Sebbah

Oued Boussellam prend sa source près de Ain El Kébira, traverse la ville de Sétif, s’agrandit à la faveur des différents affluents qui augmentent son débit au fur et à mesure, passe par la station thermale Hammam Guergour, la commune de Draa Kébila et bien d’autres localités avant de se joindre à la Soummam et se jeter en mer méditerranée près de la ville de Béjaia.

Cette rivière, outre les eaux de pluie et de neige qui l’alimentent, notamment en hiver, elle est polluée durant toute l’année par les différents rejets des localités qu’elle traverse tout au long de son parcours (eaux usées urbaines et semi-urbaines, les eaux usées des unités industrielles et artisanales, les déchets solides provenant des activités industrielles et artisanales, les emballages en plastiques, les produits en caoutchouc hors d’usage et les décharges sauvages).

A ces facteurs qui polluent Oued Boussellam, s’ajoute les margines et les grignons qui proviennent de l’extraction d’huile d’olives, notamment durant la période d’octobre à février. Ces derniers, au lieu de faire l’objet de traitement pour les rendre utiles, comme il est d’usage dans les pays producteurs développés, ils sont purement et simplement déversés en pleine nature et rejoignent inéluctablement les cours d’eau, puis atteignent Oued Boussellam, pratiquement de Hammam Guergour jusqu’à la mer.

Les margines (amorage) est un liquide visqueux de couleur brune noirâtre composé de pulpe d’olives, obtenu lors de l’extraction d’huile. Les grignons (akarkouche), sont les résidus solides issus de la première pression d’olives. Les propriétaires d’huileries devraient se doter de procédés et de moyens techniques permettant l’épuration avant rejet ou le traitement pour leur réutilisation à des fins économiques (extraction d’huile entrant dans la fabrication de savons et de cosmétiques, production d’engrais, etc).

Certes il existe quelques stations d’épuration des eaux usées, notamment à Sétif et à Bougaa, mais, elles sont insuffisantes et ne traitent pas la totalité des eaux. Il ne faut pas oublier que cette rivière desserve des barrages destinés essentiellement à alimenter plusieurs localités en eau potable.

Enfin, les services concernés, notamment ceux de l’environnement, de l’industrie et de la réglementation ainsi que les citoyens sont interpellés. Ils doivent agir rapidement afin de stopper la pollution de Oued Bousselam et d’éviter des catastrophiques écologiques préjudiciables à la nature et à l’être humain. Taxer les pollueurs ne suffit pas, il faut les obliger à se doter de moyens anti-pollution et surtout veiller de très près à l’application des normes de préservation de l’environnement. Sous l’effet de la pollution, la nature meurt lentement et les conditions de vie humaines disparaissent progressivement.

23 commentaire(s) publié(s)
chloumou :

Nous arabes nous sommes des bedouins,

SINDBAD :

Monsieur Sebbah, vous vous êtes peut être documenté pour réaliser cet état fait et la vision catastrophique de cet élément naturel. Par contre, il y a lieu de remplacer les éléments hydrographiques à leur place. L’Oued Boussalem est tout simplement un oued et non une rivière. Cette appellation "oued"est synonyme de la configuration des écoulements fluviaux en milieu erratique que sont les pays arides et secs. L’appellation oued est bien entendu présente dans le langage des spécialistes des milieux naturels et bien évidemment sur les dictionnaires.
En second lieu, ce ru ( ou oued ) ne traverse nullement la ville de Sétif ??!! Il se situe en périphérie urbaine du côté ouest de la ville !! Et en pleine nature, baignant de la sorte les versants des lieux-dits "El BEZ". Là ou se situaient à l’époque d’importantes fermes coloniales versés dans la céréaliculture. Que cette oued justement irriguait terres agricoles et potagères.
D’un point de vue de la distance, pour signifier que cet écoulement ne se situe point en milieu urbain de la ville, il faudrait parcourir 2 à 3 km, en partant de Aïn Fouara pour parvenir au Boussellam.
Sur la pollution, qui ne date pas d’aujourd’hui, effectivement l’état est critique. Plusieurs éléments anxiogènes ont contribué à dévaster ce milieu naturel. Mais là malheureusement, nous manquons à tous les niveaux à même de mettre en place les solutions adéquates afin d’y remédier : les hommes et les femmes qu’il faut à la place qu’il faut. Voilà pourquoi l’ensemble du pays bat de l’aile et ce à tous les niveaux.....

Commentaire n°255698 :

Je me demande si vraiment on une direction de l’environnement. Et je me demande aussi si ces gens la qui y travaillent se rendent compte de leurs malfaits envers cette environnement. C’est qui est sure, c’est qu"il vont remdre des compte au bon Dieu le moment voulu. L’environnement, la santé et l’enseignement ce n’est pas donné èa n’importe qui, Si vous sentez incapable, chnegr de metier CAR MOI MANESMAHLEKCHE aupres d’ALLAH et a chque fois je bois une gorgée d’eau, ou je vois quelque qui atteient a mon environnement, Neda9i alikoum.

Abdelhamid Mezaâche :

L’auteur de cet article vient de nous "apprendre" que l’Oued de Bousselem est pollué" alors qu’il l’est depuis près de 50 ans et ce depuis la mise en service surtout de l’unité de la SEMPAC "dite" de l’Oued Bousselam.

fouzi :

Juste pour corriger, l’oued bousselem diverse en plein barrage de ain zada...voirs google earth...tu peux le suivre avec votre bout de doit.

Nostalgie :

Il était une fois "lem’ri" , "gueltet zwaf" tellement limpides ,et les bains à "Marinou"....
puis sont venus "beni hendel"

ayachi :

un grand merçi pour la ville de setif

eliyam ezzina :

@nostalgie n oublie pas etelma,elhouraycha.....etchnitchen ensaydouh bel halfa oua el crepe etc.......

Commentaire n°255726 :

Excusez moi Mr Rachid Oued Bousselam versant sud ouest prend naissance à ain fermatou traverse l’ouest de la ville de sétif vers EL BEZ ensuite mezloug Hammam oules yeles tixter et ensuite le Barrage Ain Zada.
Le versant Nord prend naissance Ouricia Maouane Ain Abessa bougaa boufaroudj beni mohli et se termine à la soumam.
L’oued est pollué depuis plus de 30 ans .
Quand on était petit on se baignait et même il y avait du poisson donc de grâce ce n’est pas aujourd’hui qu’on vient nous raconter que bousselam est pollué .
Je vais plus loin que le taux de métaux lourds à haute toxicité se trouvent en abondance .
Allez y voir à bousselam et à SFIha , mezloug les gens irriguent leurs cultureS par ces eaux polluées et tu vas acheté des légumes comme la courgette et les cardes au marché en ignorant l’origine. RABI YASTOR DE CES VAUTOURS.

Nostalgie :

@eliyam ezzina
Tu as oublié ezziyata wel el guernina....

ilhem :

quelle horreur.quand je vois ca jai mal du present et jai une grande soif du passe.....quand jy pense ........helas .on passe notre temps a aimer des souvenirs qui eux nous oublient . chaque grain de nostalgie est un retrecissement du chemin nous menant a la mort ....... et un jour on ira sans en avoir tout dit ...........

staifi fel ghorba :

La pollution de oued bousselam a commencé depius plus de 45ans a peu près et cela comme la si bien dit monsieur mezaache quand on a construit le complexe SEMPAC
Moi a l’poque j’avais 8ou9ans je me baignais laba l’eau été telment propre qu’on voyait même les poissons
Et je me souvient encore et pour les nostalgiques la derniére maison en allant a bousselam c’était la maison berlliet actuellement MESSAILI
C’est vraiment dommage pour ce beau pays gouverné par des lncompétents par des criminels par des voleurs soit devenu ainsi
Pauvre algerie !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

laisse béton...! :

BIEN SUR @ nostalgie que tu à raison tu parle d’un temps ......ne peuvent connaitre, souvient toi

Oui bien sur Oued ou rivière, ....un égout à ciel ouvert ,personnes ne se soucies de la pollutions, qui na pas laver sa batterie auto sur son trottoir..! et se plaint que l’eau de sont robinet à mauvais goûts, plomb,nickels métaux lourd,déchet hospitaliers , d’ailleurs pas un poisson ne vie ; alors qu’avant ,poisson,tortus,crabes, anguilles ,bref ça c’était Avant !...ils faut réveiller les consciences, des écoliers ,faire des sortie pédagogiques, dans l’urgences construire quatre stations de décantation traitement aérobie,micro-organiques,naturellement présent dans la nature ,+filtres sables +charbon, planter des roseaux ,bref pas besoin d’une grande technologie, et enfin faire revivre notre rivière, pour que les enfants chantent ont a long me promener j’ai trouver l’eau si fraîche que je me suis baigner....

Commentaire n°255767 :

moi,je vous le dis, il y a du souci à se faire.

la maison brule...

l’Iran gros producteur de pétrole arrive sur le marché.

au mois de juin le pétrole ,le gaz, à 20 dollars.

les carottes sont cuites.

heureusement que j’ai quitté le pays en 1958

au moins en France, on a pas de pétrole ,

mais on mange de la viande tous les jours.

mérçi a mes parents, d’avoir quitté ce pays de mickey, il y a plus de 50 ans.

tafrehtefi koum

SETIF NORD OUED BOUSSELEM :

les margines et les grignons ne sont pas la pire des pollutions _au moins celle la est faite avec des matieres organiques - et elle se dessipe dans le temps ou avec un hiver puissant -meme si il y a des degats sur la faune et la flore qui peuple notre ASSIF ...la faute ne revient pas seulement a l’huilerie du coin qui decharge ses dechets parce que le type qui a une huilerie son boulot c’est de triturer l’olive et de la vendre pas de gerer les dechets jusqu’au bout de la chaine ...pourquoi aucun projet ansej n’a ete demandé et financé pour la transformation de ces grignons en engrais _ les margines egalement peuvent servir a fertiliser les sols - des etudes ont ete menés en algerie meme mais aucune suite sur le terrain ...l’algerien ne veut pas bosser et avoir les mains sales , alors n’accusez pas ceux qui se salissent les mains ...si j’avais une huilerie je jetterais les dechets sur l’autoute est ouest en plein milieu ...vous oubliez les dechets plastiques ,les conserves ,les huiles de vidanges ,les matelas ,les frigos ,les bouteilles d’alcool ,les gravats apres travaux -tout y passe ! ...la societe n’est pas organisé ,personne ne veut bosser dans ces filieres du recyclage ,du nettoyage ect _ meme si l’etat demain debloque des milliards ,il ne trouverait personne pour s’en occuper .

la seule solution a la depollution de toute l’algerie c’est que inchallah le petrole tombe sous le prix de revient de l’extraction et qu’on ferme les puits ! la vous allez voir ils vont aller revendre le verre en ethiopie et le plastique en somalie .

28 DOLLARS mazal chewia !

tahtoh :

Ce sujet a été cité mainte fois, mais hélas : " La Hayat Liman Tounadi " ! on est en 2016 ya nass, œuvrons pour que l’Oued Bousselam redevient comme avant.. El Guantra, Koti, Gueltet Zouave, Bassina, etc.

mouradovitch :

كل شيء ملوث في تلك البلاد، والكل يلهث وراء الربح السريع و الكل يحلم بما يسمى العمرة، و الحج و ما الى ذالك من خزعبلات آلِ سعود الذين تزودونهم سنويا باموال اغلبها سرقت !
فلا تيأسوا ، الاسوء قادم ! لا محالة فما بني على باطل فهو باطل ! شخصيا، لم ارى في حياتي ابشع من بني جلدتي ، لا اخلاق ، لا نظافة لا مبادئ و لا حتى إيمان باي شيئ النفاق في كل شيئ و الرداءة سيدة الموقف !
Il est temps de changer et de faire changer votre façon de vivre, l’environnement et la nature sont l’origine de l’humanité ! Un peu de respect pour nos amis les bêtes ! Je pense à tous ces moutons massacrés le jour de l’aid, et ce devant les mômes ! Franchement, vous ne pouvez pas le faire d’une façon propre dans des lieus adéquats a l’abris des enfants !

Tahar :

Salam,
Selon moi il faut commencer par dépolluer la nourriture qu’on achète dans les commerces parce que ça nous affecte directement sans tarder. La pollution de l’environnement il faut s’en occuper bien sur, mais ce n’est pas une priorité dans un Pays ou l’on trouve sur les étalages de nos commerçant des denrées périmées, on sert dans les restaurants le poisson et la viande pourris, l’eau du robinet est nauséabonde imbuvable, etc..
La protection de l’environnement est une priorité dans d’autres Pays pas le notre.

aissa :

Les aliments avariés, périmés , et les ordures jetées par les fenêtres et au coin des rues, et aussi partout : dans l’oued :ne montrent qu’une seule chose : le manque d’éducation des algériens, le manque de citoyenneté, et le manque de respect des autres, et de notre environnement.
Magouilles, bakchich et MAFIA !

pollution :

il faut d’abord "dépolluer" l’individu....La composante humaine algérienne est aussi pourrie que oued boussellam ,sinon plus, pour la simple raison que c’est elle qui l’a pollué.....

zoubir de sétif :

Dans les années 50, 60, je nageais dans cet oued, je plongeais d’un pont sur la R N 5, du coté de la ferme fermatou. Et au printemps, on revenait à la maison avec tilfef et el houraiycha.

Commentaire n°256745 :

L oued bousselem. Prend source au nord ouest de serif, pas a ain kebira. tout au long de son parcourt il recoit des affluents, qui sont aussi pollues . Au quaternaire,il reverse la plains de serif, qui compose un grand Lac, delimite au sud par des formations calcaires : djebel youcef, sdim...quand l oued a atteint son profil d equilibre, c a dire, son profil a atteint la met, ce Lac s est desseche. en laissant sur place un sol en route "dale calcaire" depot de calcaire dissout provenant des massifs cites. Cette a croute a ete ensuite couverte d alluvions
moi meme j Ai decouvert pres de mesloug des fossiles de poissons a de 50m de Prof. Les etudes que j Ai mene en mettant deux magisteres a travailler sur les boues de la station de sfia a montre des taux eleves de materiaix lourds plomb zinc. Je suppose que la proliferation de certaines maladies a setif EST du en Grande Partie a la mauvaise qualite des eaux. Depuis 10 and que k j Ai quitte le bled he ne sais pas comment ont evolue les choses maid he pense de mal en pis

ziton :

en postant a partir de mon telephone, parfois on appui pas sur la bonne touche, d ou certaines fautes comme route au lieu de croute ou mer au lieu de mer mais je pense que vous avez saisi le sens merci

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles