Accueil > Culture > Nous étions lycéens >

Nous étions lycéens (Partie 2)

mercredi 25 septembre 2013, écrit par : Toufik Gasmi, mis en ligne par : Boutebna N.

INTRODUCTION

Nous vécûmes au milieu d’une cité antique, ancienne capitale de la Maurétanie sitifienne que les Romains nommèrent jadis Sitifis. La racine de ce nom berbère signifie ‘Noir’ car fertile était la terre qui nous a vus naître. Fertile était aussi l’établissement où nous apprîmes tant de choses.

Avec la fontaine Ain El Fouara et la mosquée El Atik, le lycée fait partie des principaux symboles architecturaux de Sétif.

Construit en 1873 et s’étalant sur une superficie de plus de deux hectares, il fonctionnait comme collège communal jusqu’en 1924 puis comme collège colonial moderne et classique. L’augmentation rapide du nombre d’élèves entraina son agrandissement en 1950 : il devint le Lycée Eugène Albertini.

Une douzaine d’étés plus tard, l’Algérie recouvrit son indépendance et c’est durant la matinée du 19 décembre 1962 que les élèves saluèrent pour la première fois l’étendard de la nation naissante confectionné, hasard de l’histoire, deux décennies auparavant par un ancien élève du lycée : Chawki Mostefai.

C’est ainsi que l’établissement portera désormais le nom de Mohamed Kerouani, un brillant lycéen, tombé comme beaucoup de ses condisciples, sous les balles du colonialisme.

Beaucoup d’élèves avaient pris un jour, sans prévenir, le chemin de la révolution en rejoignant le maquis ou la clandestinité, quittant ainsi les bancs du lycée à un âge où d’autres entamaient leur adolescence.

Abdelhamid Kara était l’un de ceux-là. Il quitta le lycée à l’âge de 17 ans en 1959, et fut rejoint par les camarades Hadjout Salim et Lahcéne Redouane ; ils eurent l’immense chance de côtoyer le chahid Mohamed Kerouani. Autant généreux que modeste, Abdelhamid est resté attaché à son village natal d’Ain Oulmane ainsi qu’à notre Association. Cultivant la marque des grands hommes, jamais il n’ont fait référence à leur passé révolutionnaire.

ILS sont pour nous plus qu’une référence !

Un jour, un condisciple et compagnon d’armes de Abdelhamid, originaire de Jijel, effectua une visite au lycée qui l’amena vers tous les endroits qu’il a fréquentés alors qu’il était élève. Quelques instants plus tard, il nous rejoignit avec des yeux rougis tout en essayant de contenir furtivement sa traitresse émotion. Il sanglotait en se rappelant, sans aucun doute, ses frères d’armes tombés à la fleur de l’âge.

Nous nous dérobions pour nous retenir…en vain.

Si comme Abdelhamid et Salim, certains sont revenus et sont parmi nous, il n’en demeure pas moins que, d’autres, hélas, sont tombés au champ d’honneur. Nous en avions côtoyé certains, ils auront toujours notre plus grande admiration. Gloire à vous !

C’est dire que cet établissement a son histoire que beaucoup d’entre nous aimeraient écrire ou relater.

Sa carte de visite est élogieuse tant par la qualité de ceux et celles qui l’ont fréquenté, qui ont occupé ou occupent encore les plus hautes fonctions de l’Etat algérien : nous pouvons citer entre autres Messieurs Benhabyllès Abdelmalek, Abdeslam Belaïd, Benmahmoud Abdelkrim, Guidoum Yahia, Kharchi Nadjett, Harchaoui Abdelkrim, Aberkane Abdelhamid, Boustella Ahmed, Benmaalem Hocine, Hassani Abdelkrim, Djeffal Saliha,Bendjaballah Souad,Yousfi Youcef … que par le nombre sans cesse croissant d’élèves, originaires des grandes villes de l’Est algérien.

Batna, Jijel, Bejaia, M’sila, Bordj Bou Arreridj, Bougaa Biskra, Aïn Mlila…étaient dignement représentées.

A SUIVRE


Partager cet article :
25 commentaire(s) publié(s)
Vigny :
« Qu’il est doux, qu’il est doux d’écouter des histoires, Des histoires du temps passé...... »
Commentaire n°205324 :
très émouvant ,les larmes me montent aux yeux ,n’ oublions jamais ses enfants morts pour notre libérté,n’ oublions jamais la barbarie des démoncraties qui se présentent au monde comme modèle de vertue,n oublions pas tous les chahids hommes femmes et enfants, toutes les victimes,et soyons fierts ! et n’ enviez pas nos bourreaux d hier, car ils ont inscrit dans leur livre d histoire le bien fondé du colonialisme, ils ne regrettent rien ,ils persistent et signent .alors Monsieur ,merci de les avoir nommé les uns après les autres .et justice sera rendue le jour du jugement dernier .Merci Monsieur et Tahia El Djazair ,pour ce qui est de la statue rendez leur , elle ne représente rien pour les chahids , offrez la aux harkis !et autres scélérats
Beaumarchais :
ça ne concernes que de votre vie commune, c pas reéférence, chacun a eu sa vie commune a d’autre plus enrechissante que celle de vous, qui glorifie le colonialisme
tandja :
bonjour les frères zeraia de Tocqueville el hadj allah yarahmou et son frere mohamed tahar l intime du chahid kerouani ils etais tous les deux a Eugène Albertini le premier ambassadeur le deuxieme ispecteur des écoles allah yarham chouhada
Barbadja. :
Beaumarchais , ce que tu dis ne veut absolument rien dire ... à moins que tu t’exprimes mal !
Roimalik :
Merci à Sétif info pour cet article, j’ai eu l’occasion de connaitre Mr Abdelhamid KARA (Un ami à mon defunt pere). Mr KARA est un symbole des jeunes révolutionnaires. C’est lui qui signé le PV permetant à l’Entente de Sétif de reprendre apres 1962. Mr KARA ,nous attendons de vous que vous écrivez vos témoignages au sujet de notre cher club l’ESS, c’est tres important pour l’histoire de l’Entente ainsi que votre témoignage de l’évasion des tres jeunes lyciens pour rejoindre les rang de la révolution. Amicalement
gamez nacer :
pensees pour celles qui ont quitter le lycee pour repondre a l,appel de la patrie ,de meriam bouattoura ,malika kharchi ,bensemra fzohra ,zerrouki kheira qui etaient eleves du lycee .allah yarhemhoum ,que ceux qui sont vivants se rappelent ou ne les enterrent pas dans le pays qu,elle ont contribuer a libérer
Commentaire n°205353 :
Pourquoi ne vous ne citez pas le Chahid A. Douhil ? - Vous ne parlez que des fils de caid et de bachaghas, qui ont rejoint la révolutionn à la 25e heure. Libres à vous d’évoquer vos souvenirs, mais ne déformez pas l’histoire.
Sadoudi :
Juste à titre de précision le collège communal et le lycée Eugène Albertini sont deux établissements sur deux sites différents. Même sur le plan de la ville de Sétif ,dressé par M. Lousteau en 1901, il n’y avait pas de construction sur l’actuel site du lycée .La muraille passait par la rue Meriem Bouatoura . LE COLLEGE COMMUNAL (fut créé en 1873) est situé à l’angle des rues des rues d’Aumale et Cardinal Lavigerie, en face (coté sud) de l’ancienne poste et l’actuelle mosquée Ben Badis. LE LYCÉE EUGÈNE ALBERTINI Contruit sur l’actuel site en 1913 comme nouveau collège ( il prit le nom de collège colonial) et devint par la suite le Lycée Eugène Albertini Voir ci -dessous l’écrit de M Villard & Y Bassard, 2002, in Les hauts plateaux sétifiens page 378-379 Le premier janvier 1873 fut créé un Etablissement scolaire à l’angle des rues d’Aumale et Cardinal Lavigerie, le Collège Municipal. Devant l’importance sans cesse croissante de l’effectif scolaire et l’impossibilité de l’agrandir dans l’espace (...)
Commentaire n°205359 :
C’est la femme de Messali Hadj,Emilie ... Qui a confectionne le 1er drapeau Algerien cocu et avalise par un conseil.
nostal :
Pour plus de précision le collège communal c’est l’actuel CEM Allam mansour
OULED Gacem :
C’est trop redondant. Il me semble que ce papier est du pur plagiat. Le net en a déjà par divers papiers eu a remémoré ce lycée et ses résidents. Vous êtes dans une affaire tellement trop consommée, qu’elle devient lassante et rébarbative. L’auteur s’inspire mal en voulant coute que coute entrainer le lecteur vers un sentiment émotionnel. Peine perdue ! Comme Il ne fallait pas citer les personnes, car vous avez oublié nombreux de ceux qui ont eu à connaître ce lycée. Et puis ce lycée par le biais de son association à son propre site, alors pourquoi venir ici et exacerber davantage un débat qui, sachant bien et d’emblée, qu’il va dévier de sa trajectoire éditoriale. Harkis ou pas, nostalgiques etc… Monsieur Gasmi trouvez autre chose pour booster votre « club » d’association, puisque vous allez inviter le 2 novembre (pourquoi pas le 1 nov ?) a Sétif, Denise Morel, la juive, celle qui traite les « Aurès » de (...)
Abdelhamid Mezaâche :
Réponse à M.Toufik Gasmi Vous êtes le président de l’association des anciens du lycée Mohamed Keroauni et je vois que vous n’aviez pas cité le Chahid Abdelhamid Douhil,qui a été l’un des premiers lycéens à booster le mouvement de propagande anticolonial au sein du lycée. Ce jeune lycéen a préféré quitter les bancs du lycée , échanger sa plume contre une mitraillette. Pourquoi cet oubli ??? Et pourtant il a été très actif dans le lycée Eugène Albertini, très jeune a quitté les bancs du lycée, monter au maquis et tombé au champ d’honneur les armes dans les mains près de la mosquée de Lanegare. Qui ne connait pas Lekhberi ??? Lisez la biographie du Chahid Abdelhamid Douhil visible sur le site www.ain-oulmene.com et sur le blog www.villagedecolbert.unblog.fr J’espère avoir un écho de votre part. Abdelhamid Mezaâche de (...)
Alber Rouani Malik Gaid :
Fils ou petit fils de Bachagha ou de harki ce n’est pas un héritage ; Il faut dire qu’à l’heure actuelle en Algérie fils de Moudjahed est devenu un héritage et il revendique des droits ( ce sera bientôt le tour des petits fils et arrières d’exiger encore et encore ! ) . A quel titre ? Alors évitez de dire n’importe quoi et de diffamer pour mieux conserver des acquis mal acquis. Il y a de toutes façons conflits d’intérêts. En ce qui concerne le lycée ; certains ravivent la bonne guéguerre qu’on évoquait à une certaine période entre la trop fameuse université de Guedjal qui a formé tant de savons ( je dis bien de savons ) et les lycées de l’époque à Sétif.
hamou :
vous dites quand parlent que de fils de bachaghas,et on oublie le plus important que tous ces commentaires prouvent que tous les intervenants ont la nostalgie et l’amour du colonialisme et tous ouled franca,la preuve albertini albertini,la statue d’ain elfouara
imène messaoudi :
bonjour tristesse... que de nostalgie et d’émotion...traîtresse ! merci 1000 fois mr. toufik gasmi. nous ne pouvons que nous incliner et saluer la mémoire de ces jeunes gens et jeunes filles - à peine sortis de l’enfance - ont choisi de quitter la quiétude et la douceur du foyer, l’école, les copains, l’insouciance, les jeux et toutes les folies de leurs âge...pour rejoindre le maquis , pour la plus grande cause de l’existence : la liberté !! se battre et mourir pour l’indépendance de l’agérie..allahoma arham chouhadaana..puisse dieu , les acceuillir en son vaste paradis.
Antidote :
M. Toufik Gasmi a le droit de parler de son lycée et d’exprimer ses sentiments sur ce site de Sétif Info. Personne n’a le droit de le lui interdire sauf l’administration de Sétif Info. Personnellement, le sujet ne m’intéresse pas, mais ceci ne me donne pas le droit de le critiquer ou de le décourager. Je trouve très méchant et très impoli de reprocher aux gens d’écrire sur des sujets qui n’intéressent pas certaines personnes. Enfin, où est le mal d’être nostalgique de sa jeunesse, de son école ou lycée, etc.? Ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir raconter sa vie par écrit. L’écriture est art ; et dans le monde civilisé, toute personne capable d’écrire est très respectée quel que soit le sujet sur lequel elle écrit.
hammou :
Au troisième âge, on sent un délaissement et un dépassement.... on fuit les souvenirs du passé.... et parfois on oubli que la date a changé et que nous sommes qu’une minorité qui vit dans un monde parallèle. Je demande à Sétif.info d’inviter un psy pour nous éclaircir ce phénomène .
Commentaire n°205422 :
Arrêtez de tromper les gens Mr Gasmi Toufik ! et arrêtez la brosse à reluire ! Abdelhamid Kara est citoyen américain à part entière, sa femme et ses enfants sont de trés riches citoyens américains d’une part, et il possède un ranch aux Etats Unis grace à SONATRACH quant à son passé révolutionnaire douteux les citoyens de Ain Oulmène le connaissent trés bien pour avoir vendu ses compagnons aprés avoir été emprisonné au camp militaire de Ain-Oulmène (ex Colbert) et passé un accord avec les services secrets français en contrepartie de sa liberté.
Commentaire n°205423 :
Il y a un CEM Douhil à AO, Deux rues Douhil dont l’une à Sétif .....Alors que la majorité des véritables Chahids sont méconnus ....
Algérien :
Que c’est beau de lire de tels textes à travers lesquels on apprend beaucoup de choses sur notre Belle ville. Que Monsieur Sadoudi soit remercié pour sa précieuse intervention, sans oublier, bien entendu, l’auteur de cette superbe histoire à relent nationaliste et ... nostalgique.
Commentaire n°205492 :
Bientôt l’Université El Bez portera le nom du héros et martyr (Chahid) Abdelhamid Douhil ! Et que les traîtres se taises !!!
hamou :
allahou akbar,c’est ce que j’ai toujours voulu que tous les algeriens sachent : abdelhamid kara citoyen americain : ca c’est un exemple de milliers de valeureus soit disant revolutionnaire
Dali Osmane :
Salam, J’etais de la Wilaya de Setif, maintenant BBA. J’ai freconte Lycee Said Zerrouki a BBA ; j’etais intern et puis un eleve extern. J’ai beaucoup apprecie ce livre. J’avais des experiences similaires de Mr Toufik. Tres Bon Livre !
Hidhab 19. ORAN. :
Ayant l’occasion et le privilège de travailler sous la responsabilité de Mr Hadjout Salim ; dans la région de Béchar dans les années 2000 et 2001 et 2002. Il s’agit d’un des collègues de Mr Yahia chérif Mohamed ben Abdellah que dieu lui accorde : santé et langue vie) ; ancien lycéen de Kerouani ex : Albertini ; descendant de la grande famille des Ouleds Bibi ; dans la commune ex : Righa. Ancien fonctionnaire ; comptable à la saline d’El malah / ex : Guemal ; non loin de ksar el abtal ; actuellement malade et ne pouvait sortir de son domicile. Les deux personnes citées ci-dessus ont marqué un passage dynamique au niveau du mouvement de la jeunesse étudiante de sétifienne .Pour plus d’informations dans le cadre de l’écriture de l’histoire ; il convient de consulter Mr Mohamed Y.C. à Ksar el abtal ; un des piliers de l’histoire algérienne et de la région de Sétif ; à ne pas manquer (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus