Accueil > Evénements > Monde >

Commémoration du 8 mai 1945 à Rennes

jeudi 10 mai 2007, écrit par : Sétif Info, mis en ligne par : Boutebna N.

Une affluence inattendue a marqué la journée du 8 mai 2007 qui s’est déroulée à Rennes (France), organisée par le trio Toufik HEDNA, Djamel ZEBIRI et Chérif NAIT ABDALLAH, pour la commémoration des massacres du 8 mai 45.

Cette journée qui s’est voulue être avant tout un travail de réflexion, d’action et de recueil, a attiré plusieurs associations algériennes en majorité du Grand Ouest, des associations locales françaises ( l’association des anciens combattants français à Rennes était présente avec le drapeau français), le consul et les représentants consulaires, le représentant du culte musulman européen et représentant de la mosquée de Paris, et les représentants locaux de la mairie de Rennes.

Cette diversité nationale à permis d’enrichir la matinée du 8 mai 2007 . Les participants ont engagé une réflexion sur des sujets importants qui touchent au passé, au présent et à l’avenir.

PASSE, PRESENT, AVENIR Enjeux de l’immigration

Deux thèmes ont été proposés autour desquels se sont engagés les débats qui ont pu aboutir, après un constat et une étude approfondie, à des décisions engageant les associations à œuvrer dans le sens des pistes de travail retenus à partir des objectifs proposés et enrichis. Ce travail d’analyse et de réflexion sera poursuivi. Il pourra concerner d’autres associations algériennes d’autres régions auxquelles il sera proposé.

Voici le travail proposé par Djamel ZEBIRI qui a servi comme base au débat :

DEVOIR DE MEMOIRE Le 8 mai 1945

Aujourd’hui, il paraît inimaginable d’occulter ce qui s’est passé le 8 mai 1945 à Sétif, Guelma et Kherrata. Le devoir de mémoire somme toutes les consciences éprises de paix, de fraternité et de justice à assumer ces faits historiques. La dissimulation de cette tragédie n’aura de but qu’accentuer les sentiments xénophobes.
Il est temps et urgent que vienne la reconnaissance des drames coloniaux. Cette reconnaissance n’est autre qu’un acte de justice permettant de bâtir sans arrière-pensées une véritable amitié entre les peuples des deux rives de la méditerranée.

Propositions d’axes et de pistes de travail :

Soutenir la démarche d’historiens et d’associations œuvrant dans le sens d’une écriture d’une histoire fidèle relatant les actes commis durant l’ère coloniale.
Participer à l’écriture de cette histoire par le recueil de témoignages et la collecte d’éléments permettant d’y contribuer pour un travail de mémoire honnête et impartial ;
Commémorer les dates historiques phares pour éviter l’oubli en s’assurant d’une large participation aux cérémonies de commémoration ;

PERSPECTIVES Les jeunes issus de l’immigration

Une partie de ceux qu’on appelle les jeunes issus de l’immigration rencontre des difficultés d’insertion à tous les niveaux. La discrimination qu’ils ressentent est vécue par eux au quotidien dans tous les domaines qui les concernent. Ils se sentent exclus de la société. Les partis politiques et les associations communautaires n’ont pas su répondre à leurs attentes. Ils ont besoin de repères. Il est donc important de se pencher sur l’aspect identitaire. Il est de notre devoir de les aider, de répondre à leur volonté réelle de participer à la vie de la société et de la politique.

Propositions d’axes et de pistes de travail :

- Etudier l’impact des différentes politiques mises en place (politiques de la ville, contrats urbains de cohésion sociale...) ;
- Mettre en place un observatoire pour l’analyse des politiques en matière d’intégration et d’insertion ;
- Contribuer à la mise en place de dynamiques d’intégration et d’insertion en cours ou à venir ;
- Analyser les mesures en matière d’accès aux droits, de soutien à la scolarité, d’apprentissages, de formation et d’emploi ;
- Travailler avec les différents partenaires institutionnels et associatifs afin d’apporter en commun des réponses aux besoins recensés ;

Le débat était émouvant et intéressant, nous avons pu constaté les conséquence d’une telle réflexion sur des témoignages vivants présents de Guelma, de Kherrata et de Setif.

Le travail fait à Rennes à aboutit à un consensus entre les diverses associations, et restera ouvert à d’autres associations sur le territoire français, l’objectif principal est de bâtir une vraie organisation en relation avec la fondation du 8 mai 45 à Alger.

Toufik HEDNA
Pour Sétif.Info


Partager cet article :
1 commentaire(s) publié(s)
TOUHAMI Djamel :
Je soutiens de tout coeur l’initiative des conclusions, que formule cette noble assemblé,afin que l’amitié, des deux rives puissent se construire dans de bonne conditions, nous devons oeuvré pour le rapprochement des deux peuples qui s’aiment. Dans un esprit de justice, d’égalité ,d’économie,et de justice sociale. Setifien par ma naissance et mes origines, Lyonnais d’adoption et militant de base a la CIMADE,qui est de tous les combats contre les injustice. BRAVO !

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus