Accueil > Evénements > Monde >

Sixième sacre pour l’Egypte

lundi 11 février 2008, écrit par : R. S. Le Quotidien d’Oran, mis en ligne par : Boutebna N.

Le rideau est tombé hier sur la 26ème édition de la Coupe d’Afrique des nations avec la consécration de l’Egypte qui s’est drapé du sixième titre de son histoire. Durant trois semaines, le football africain a vécu au rythme de ce rendez-vous continental qui a connu un franc succès tant sur le plan sportif que populaire avec des rencontres de haut niveau aussi spectaculaires les unes que les autres et des buts à profusion à tel point que le record des buts marqués dans une CAN a été déjà battu lors de la petite finale de samedi entre le Ghana et la Côte d’Ivoire. Outre ces aspects, même l’arbitrage si décrié lors des précédentes éditions a nettement progressé en se montrant à la hauteur de l’événement avec l’émergence des deux jeunes Algériens Benouza et Haïmoudi. De l’avis de tous les observateurs avertis, le football africain avance à pas de géant. Après avoir passé le mur psychologique du premier tour en phase finale de la Coupe du monde, ce football qui recèle de grandes potentialités est appelé à bouleverser la hiérarchie, comme l’attestent les pronostics de Mourinho qui voit un pays africain atteindre les demi-finales lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud.

Pour en revenir à cette finale placée sous le sceau de la revanche entre deux géants du football africain, le dernier mot est revenu à l’équipe la plus entreprenante, l’Egypte. En première période, malgré la volonté des deux formations, l’enjeu l’emporta sur le jeu. Même si la possession du ballon était nettement à l’avantage des Egyptiens, ces derniers se créant plus d’occasions que leurs vis-à-vis. Dans le camp opposé, la sortie d’Alexandre Song perturba les plans d’Otto Pfister qui lança l’ex-libero du MCO, Gilles Augustine Binya, pour soutenir sa défense. A l’inverse d’El Hadari qui joua un rôle prépondérant dans la qualification de son équipe pour cette finale, cette fois-ci c’est au tour de Kameni de lui voler la vedette en permettant au Cameroun d’atteindre la mi-temps sans dégâts. En seconde période, les Egyptiens poursuivirent leur ascendant en dominant les débats face une à formation camerounaise qui ne se manifesta que par des contres sans danger pour El Hadari. Arriva la 77’ qui verra le tenant du titre matérialiser sa domination par une réalisation signée Abou Trika servi sur un plateau par Zidan. Malgré le forcing des Camerounais dans les dernières minutes, le résultat n’évolua pas au grand dam des supporters égyptiens qui saluèrent comme il se doit ce sixième sacre.


Partager cet article :
2 commentaire(s) publié(s)
kikou :
dégouté ke l’égypte a gagné il laisse tué nos frére paléstiniens sans rien dir o juif

Réponse de kamel :

tu n’as qu’a aller attaquer les juifs , pourquoi c’est tjr l’egypte qui va vers les geurres et les autres regardent ; n’oublie pas l’histoire de la gurre d’algerie c’est l’egypte qui a soutenu l’algerie ma tankorche elkhir

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus