Accueil > Reportages >

Hommage au Chahid Amar MARNACHE

lundi 22 mai 2017, écrit par : M.F. TOUMI

Amar MARNACHE qui est né le 04 Février 1934 à Taguitount (1) dans une famille conservatrice de fellahs a fait sa scolarité primaire dans l’unique école de sa localité sans pouvoir poursuivre ses études comme beaucoup d’Algériens de l’époque. Cette exclusion le poussa à aider ses parents dans les travaux de culture. Les massacres du 08 Mai 1945 contre la population pacifique de Sétif, Guelma et Kherrata renforcera son aversion pour le colonialisme d’autant plus qu’après l’attaque du Bordj de Taguitount et quelques édifices publics cette localité a vécu une féroce répression.

En 1954 il a été enrôlé dans l’armée d’occupation dans le cadre de la mobilisation obligatoire imposée aux Algériens. Il a été affecté dans une caserne de la région de Blida où il suivra sa formation militaire. A l’issue de sa conscription, il regagna sa région natale et côtoya le mouvement national d’où son éveil patriotique.

En 1956, après le sabotage du réseau des pylônes de téléphonie entre Amoucha et Kherrata, lui et son frère Tahar sont arrêtés, amenés au centre militaire d’Oued El Bared, ils seront interrogés de manière musclée.

- Amar réussit à convaincre ses tortionnaires de sa disponibilité à collaborer. Une fois libéré, il rejoint directement le maquis de Babor (Région 01, Wilaya 02). Depuis, son champ d’action toucha Megrass et ses environs (Labiyama, Sandouli, Lamhana, Keraïria, El-Sayeh, Ouled-Djelil, Takouka etc...).

En raison de sa formation militaire et sa connaissance du terrain, il est désigné comme Chef d’un Groupe de Commandos qui sévira dans la région de Magress, Ain-Abassa, Kherrata, Draa El-Gaid, Tizi N’Béchar, Beni-Felkaï etc... L’armement de ce groupe se faisant surtout à partir des pièces récupérées après des embuscades réussies contre l’ennemi.

Plusieurs hauts faits d’armes de ce chahid demeurent ancrés dans la mémoire populaire notamment :

Des suites d’une dénonciation le 15 Juin 1959, Amar MARNACHE et ses compagnons sont encerclés dans une ferme à Boukehoula près de Chouf Lamaouche (localité faisant face à El-Batha (Ain-Abassa) où il sera mortellement atteint d’un obus de canon.

La mort d’Amar MARNACHE et ses compagnons a été accueillie avec allégresse par les militaires, colons et collaborateurs de toute la région.
De nos jours, un lycée à la cité Yahiaoui (Tanga) Sétif immortalise le nom de chahid.

M.F.TOUMI

(1) Décision du 24 Décembre 1873 du Gouverneur Général d’Algérie, rattachant l’annexe militaire de Taguitount au secteur militaire de Sétif.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus