Accueil > Reportages >

Résultats du BAC 2007 : Les sciences, la fausse note

jeudi 12 juillet 2007, écrit par : Beniaiche Kamel, El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

Le rideau de l’année scolaire est tombé. L’heure est aux évaluations. Les résultats de la 2e wilaya du pays en nombre d’habitants et d’élèves scolarisés sont, pour les trois paliers, au-dessus de la moyenne nationale.

Les Hautes-Plaines qui pouvaient faire mieux, eu égard aux potentialités dont elles disposent, renouent avec les premières loges. L’implication des parents, qui consacrent une bonne partie du budget familial pour les incontournables cours de soutien, booste quelque peu les résultats de fin de cycle. Occulter ce paramètre est le moins qu’on puisse dire synonyme d’une aveugle fuite en avant. Cela dit, la prise de conscience de la cellule familiale s’est répercutée positivement sur les performances du secteur. Pour l’illustration, plus de 17 brillants candidats, dont 14 filles, ont décroché le BEM avec une moyenne supérieure à 18/20. La mention très bien a été arrachée par 424 collégiens. Avec 326 lauréates, la gent féminine prouve son engouement pour les études. Pour le bac, les filières littéraires se sont, pour la 2e année consécutive, adjugé les premières positions. Avec 65,10%, les sciences islamiques prennent la pole position.

Les langues qui ont obtenu 64,71% arrivent en deuxième position. La filière gestion ferme la marche du podium avec un taux de 59,11%. Les décevants résultats enregistrés par les séries sciences (33 ,64 %), sciences exactes (26,52%) ainsi que les filières techniques ont quelque peu altéré le pourcentage global ayant atteint les 53,80%, permettant à la wilaya de décrocher la 16e place, la même que la cuvée 2005/2006. Et avant de commenter ces données, il est important de mentionner que 16 postulants ont décroché le ticket d’accès à l’université avec la mention très bien donnant droit à une rencontre, ô combien méritée, avec le président de la République. Notons à toute fin utile que ce chiffre représente 8,05% du résultat national. Dans ce lot figurent cinq élèves du célèbre lycée Malika Gaïd (67,97%) qui s’est classé deuxième derrière le lycée de Beni Fouda (69,50%), un établissement d’une localité qui surclasse à l’occasion de nombreux lycées de centres urbains, à la traîne depuis des années. Avec un taux de 67,57%, le lycée Bachir Guessab d’El Eulma boucle l’année à la 3e position. Plus de 500 lycéens ont par ailleurs décroché le fameux sésame avec la mention bien. Dans le lot des satisfactions, il y a lieu de mettre en exergue la performance de la maison d’arrêt qui peut se targuer d’avoir permis à 11 pensionnaires sur les 29 candidats de décrocher le bac qui va sans nul doute leur ouvrir des horizons et pourquoi pas une remise de peine. L’école privée En Nour, qui ferme la marche avec le taux de 27,91%, a déçu plus d’un, tout comme le lycée Mohamed Kerouani qui s’est classé à la 38e position sur les 56 établissements que compte la wilaya. L’établissement précité ayant formé la crème de l’élite du pays mérite mieux que la queue du peloton. Le lycée, qui vient de bénéficier d’une substantielle enveloppe pour réhabilitation, a plus que jamais besoin de sang neuf impliquant de nouveaux managers ou de managers en mesure d’insuffler à la structure en question un autre souffle. Et comme souligné ci-dessus, les « performances » des scientifiques ont non seulement déçu les parents mais délié les langues de certains d’entre eux qui pointent un doigt accusateur à l’encontre des concepteurs du sujet de l’épreuve de physique qui est, selon eux, à l’origine de cet échec à grande échelle. « Après les années de vaches maigres des lettres, c’est au tour de la filière sciences de manger son pain noir. L’inabordable sujet de physique est en grande partie la cause de la déroute de la filière, qu’on met pour une certaine période au frigo... », dira un père d’un élève qui échoue pour la deuxième année consécutive. Cet avis, qui n’émane pas uniquement d’un papa déçu, est partagé par de nombreux élèves ayant décroché le fameux sésame.

Beniaiche Kamel, El Watan


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus