Accueil > Reportages >

Aïn Fouara, une histoire et un mythe

mercredi 6 juillet 2005, écrit par : Z.S. Loutari, Le Quotidien d’Oran, mis en ligne par : Boutebna N.

Statue de marbre, « Aïn Fouara » représente une femme nue aux formes délicates et harmonieuses. Elle a été sculptée par l’artiste français, Francis de Saint Vidal, et a été achevée le 26 février 1898. Selon une légende, la jeune femme dont il s’est servi comme modèle était une Française de Sétif. Un jour que la statue était exposée au musée du Louvre, le gouverneur militaire de Sétif tomba en extase devant elle et demanda au sculpteur de l’offrir à Sétif pour en faire une fontaine monumentale.

L’artiste accepta volontiers. La statue entreprit alors un long périple à destination de sa ville d’adoption. Elle partit en juillet 1898 de Paris vers Marseille puis embarqua à bord d’un bateau vers Philippeville (Skikda). Elle fut reçue au port, en grande pompe et fanfare, par de nombreux notables de Sétif. Son destin de sétifienne venait de commencer. De Philippeville, elle fut transportée par les moyens de l’époque jusqu’à Sétif. Le voyage dura plus de dix jours, mais finit en apothéose. Toute la communauté européenne était là pour l’attendre. La curiosité se le disputait à l’admiration. Son sort était scellé. Elle venait de captiver le coeur des Sétifiens toutes communautés confondues. L’architecte franco-italien Francissionni sera chargé du site de son emplacement. Plusieurs artisans de renommée seront mis à contribution pour parachever l’oeuvre de Saint Vidal et dresser la statue et son piédestal sur une fontaine quadriforme, dont chaque bouche se trouve en face d’un point cardinal. Par une journée glaciale de fin d’automne, l’assistance nombreuse vit d’épaisses volutes de vapeur monter de la fontaine, sous l’effet du froid intense ; des voix de Sétifiennes autochtones montèrent : « Fouara, fouara... » (elle fait de la vapeur). Cette femme nue, superstition aidant, allait prendre au fil des ans une valeur incroyable aux yeux non seulement des autochtones mais même des Européens. Surtout parmi les femmes. Celles qui n’avaient encore pas trouvé un mari venaient, sans même s’en cacher, lui demander de leur en ramener un. Et lorsque leurs voeux étaient exhaussés, les femmes revenaient en habits de fête avec youyous, passer du henné sur les mains et les pieds de la belle fée.

Malgré sa totale nudité, Fouara ne choquera pas, Pourtant, elle ne se trouve qu’à une cinquantaine de mètres de la grande mosquée de Sétif. Mais à l’aube d’une journée d’avril 1997, à moins d’une année du centenaire de la statue, le centre de Sétif fut secoué par une forte déflagration. Aïn Fouara avait été dynamitée. Les Sétifiens découvrirent avec une douleur non dissimulée que cette fée qui faisait partie de leur patrimoine, de leur vécu et de leur personnalité, avait été déchiquetée. Ils la pleurèrent, hommes et femmes, comme un être cher. L’identité de ceux qui avaient voulu frapper l’âme même des Sétifiens ne sera jamais connue. En ces temps de troubles et de violence, tout était possible pour lâcher les démons.

Mais c’est grâce aux élèves de l’école des beaux arts, que la statue fut restaurée. C’est à peine si l’on en voit encore quelques cicatrices. Mais, émus par ce qui lui a été infligé, les Sétifiens ne l’en aiment que plus.

Z.S. Loutar
Quotidien d’Oran


Partager cet article :
12 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°189 :
Vous dites que sétif est une belle ville.Regarder autour de vous,et dites moi le nombre d’espace vert creer par nos élus en manque d’imagination. M.Z
Commentaire n°207 :
charmate histoire mais n’en reconnaitons pas la grandeur d’Allah ? les femmes la priaient pour avoir un mari ! c’est de l’association et cela a provoqué la colère de dieu qui la réduisit en pièce.

Réponse :

dieu n’est en rien responsable des actes commis par l’homme. il est aisé de dire a tout va que dieu cautionne les mefaits de l’homme. ce sont les hommes et seulement les hommes qui ont détruit cette statue les mêmes qui ont détruit les grandes statues en afghanistant. elle est le témoignage d’une partie de l’histoire de l’Algérie voyons la en tant que telle en plus d’y voir une oeuvre d’art. le fait qu’elle soit en face d’une mosquée depuis nos grands parents met en évidence que l’Algérie est un pays de tolérence et le restrea n’en déplaise à ceux qui voudrait que cela change. détruisez, nous reconstuiront ! c’est cette Algérie que je défendrait toute ma vie.
Faycal Ben Hocine Saffih :
Est ce que vous pouvez (sans Heshmah or Hayaa) voir cette image de ’femme totalement’ NUE, avec : 1- ta fille ? 2- ta mere ? 3- toute ta famille ? Certainement, si vous etes un respectueux Setifien (Hurr) Libre, vous direz NON avec une grande voix ! Quelle est l’honneur d’etre fiere de ce symbole de notre aggresseur qui ne nous treates qu’a des animaux et meme moins ? Quelle est cette honneur, de fermer notre Concience pour reflechir a travers la concionce de notre aggresseur ? Quelle honneur/liberte on a si on accept tous ce qui a ete enforcees en nous : nudite... etc ? Setifien = Libre (Hurr) + Niff (Honneur) est NON pas ain el-fouara est son Origine ! Malheureusement, la realite de ce status dit le contraire. Nos Ancien Ahrar (Libres) ne passaient pas a travers ce symbole de l’inferiorite de l’aggresseur Francai.. mais grasse a des ignorants qui nous gouverne comme des animaux (exactement comme les francais on fais) ce symbole continue dans cette place (originalement pour (...)

Réponse de fadi :

ne seriez_vous pas islamiste dans ce cas vous n’avez rien au coran quant vous etes avec votre femme n’avez vous pas honte d’avoir envie d’elle ? les memes pensées vont quant on est en famille devant ain fouara ou presque...

Réponse :

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته الله يجزيك كل خير قلت ووفيت
Commentaire n°306 :
Les islamistes poseurs de bombes connaissent l’enfer ici-bas et connaîtront l’enfer une deuxième fois lorsque ces zombies seront définitivement mort. Le Coran brûle leurs sales mains à chaque fois qu’ils le touchent.
Tayeb :
Ça ne fait pas très longtemps, comme chaque année d’ailleurs, tout le monde dénonçait les affres de la France durant le 8 Mai 45, France qui crie aujourd’hui haut et fort les oeuvres civilisatrices de la colonisation. Nous savons tous, que le 8 Mai 45 n’est qu’une date symbole et qu’en réalité cette journée n’a rien à envier aux autres journées des 130 ans de colonisation. Soyons sobres et objectifs. Ain El Fouara a été sculptée par le français Saint Vidal et importée par un gouverneur français pour la ville ``française`` de Sétif et installée pas loin de la mosquée qui était là bien avant elle, mais que le sort à voulu qu’elle ne soit pas aussi symbolique que Ain El Fouara, et pourtant... Quel rapport, S.V.P il y a entre une femme complètement dévêtue exposée dans un espace publique et une mosquée qui se trouve à quelques pas, si ce n’est qu’un rapport de dénigrement et d’oppression et de manque de respect envers une culture qui est à une année lumière de la culture de la nudité publique. Si les sétifiens de (...)

Voir en ligne : Aïn Fouara, une histoire et un mythe

Réponse de KARIM :

pourquoi ne pas prendre cette statue de ain fouara comme une simple oeuvre d’art.Pourquoi s’offusquer de la nudité d’une statue,dut elle représenter une femme ?Ceux qui fantasment devant une telle oeuvre doivent l’éviter tout simplement.Si la population de Sétif, et même mainten&nt de toute l’Algérie sont amoureux de ain fouara ce n’est simplement que parcequ’ils considèrent qu’elle fait partie de leur patrimoine.Cessons de jouer aux Tartuffe.
Yazmina :
...mais aussi un symbol de la tolérance - Tolérance et le bon sens des sétifiens musluman(e)s. Tolérance qui me sert de confronter mes compatriotes européens - même à ma famille, qu’après ma conversion à l’islam et mon marriage avec un algérien de la Wilaya (il y a déjà sept ans), me présentait plusieurs livres qui devaient donner preuve du maltraitement envers les femmes, de la arriération mentale des musulmans et des souffrances qui m’attendèrent un jour dans le future - avec leur propre mythe : Celui d’un islam intolérant, agréssif, inhumain, qui ne respecte pas d’autres cultures ni pensées. Le mythe européen, selon lequel les musulmans (surtout les hommes) seraient incapable de faire la différence entre une statue de pierre, expression artistique d’une époque passé - dont chacun est libre d’interpréter ce qu’il veut, car il doit rendre compte qu’à Dieu - de faire la différence avec une femme réelle. Merci de lui laisser sa place au centre, et en face de la mosquée. Chaque année, pendant mes (...)
Mohamed :
en dehors de toute considération religieuse ou ethnique, je dirais que le maire francais de Sétif de l’époque (1898) qui croyait que l’ Algérie est devenue Française pour l’éternité à cru bon d’embélir sa ville bien aimée, il a travaillé avec cœur,il a présenté ses arguments et défendu avec acharnement son projet , il s’est déplacé à Paris pour choisir du musée de louvre cette statue selon sa culture et ses convictions et les autorités françaises le lui ont accordée....... je me demande que depuis l’indépendance une nuée d’élus et de responsables se sont succédé à la tete de l’APC de sétif qui a oser faire mieux pour embellir la ville et faire oublier à la population setifienne ce chef-d’oeuvre ???
sayad :
quel est la signification de cette statue ? je suis contre la construction en fin de 1800,je contre la destruction en 2017

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus