Accueil > Reportages >

Un héros nord-africain méconnu : Hannibal ou le cauchemar de Rome

mardi 24 juin 2014, écrit par : Mihoubi Rachid, mis en ligne par : Boutebna N.

Durant sa longue histoire, Rome qui fut la plus grande puissance politique, militaire et économique de l’Antiquité – en plus du rayonnement de sa civilisation – fut rarement confrontée à un adversaire aussi opiniâtre et valeureux que le fils de Carthage et de l’Afrique du Nord, le grand Hannibal Barca (247-183 av. J.-.C).

A l’aube du IIIe siècle avant l’ère chrétienne, le monde méditerranéen était dominé, en grande partie, par deux puissants Etats rivaux : Rome et Carthage. La première avait étendu son emprise sur l’Italie et quelques territoires en Europe, alors que la seconde était déjà reconnue comme la maîtresse de la mer Méditerranée Occidentale, de ses côtes et de ses îles qu’elle disputait à la Grèce, autre puissance maritime qui imposait, surtout, son influence sur les contrées orientales de cette mer.

Contrairement aux Romains et aux Carthaginois, les Grecs (ou Hellènes) étaient minés par leurs rivalités internes, car divisés en plusieurs Etats-nations qui se jalousaient de façon constante, s’alliaient entre eux pour contrer d’autres Grecs et guerroyaient sans interruption la plupart du temps.
A l’ouest, Rome, fondée en 753 av. J.-C., avait mis en place une organisation politique et militaire d’une rare efficacité, solide et durable et qui lui a permis de dominer la Péninsule italienne, en balayant tout sur son passage, jusqu’à empiéter sur les terres carthaginoises, ce qui provoqua le long et tragique conflit avec Carthage appelé les guerres Puniques.

Entre-temps, sur le versant méridional de la mer Méditerranée, se développait cette dernière, la grande métropole, Carthage, fondée, elle, par des Phéniciens venus de Tyr (Liban) et emmenés par la princesse Elissa Didon, vers 814 av. J.-.C., pour s’établir au nord-est de la Tunisie actuelle.
Très rapidement, cette ville portuaire connut un essor remarquable et devint probablement la plus grande cité de l’époque habitée, selon des historiens, un million d’habitants (chiffre certainement exagéré). Sa richesse, elle la tirait d’un arrière-pays riche la Numidie, de sa position géographique, de son commerce, des tributs que lui payaient ses villes-colonies disséminées un peu partout, de l’exploitation des métaux, en particulier le cuivre, le fer et l’étain des lointaines contrées (Maroc, Espagne, Portugal, Angleterre et dans plusieurs autres îles). Seul point faible : Carthage ne possédait pas une armée nationale, mais employait des milliers de mercenaires de différentes nations, et parmi eux, les Numides avec leur habile cavalerie qui n’avait pas, alors, son pareille et jouissait d’une renommée incontestable.

Ma cette situation lui a été fatale tout au long de son conflit avec les Romains, conflit qui connut trois phases et appelé les guerres Puniques.


La célèbre expédition d’Hannibal durant la IIe guerre Punique (218-201 av. J.-C.)

A l’aube du IIIe siècle avant l’ère chrétienne, ces deux grandes villes antiques étaient si développées qu’un conflit armé était à craindre — et même inévitable — pour l’une ou pour l’autre et qui amènerait à les départager. Jusqu’alors, elles entretenaient des relations cordiales, faisant face aux Grecs qu’elles voulaient évincer de la toute la région. Leurs ambitions devaient nécessairement les conduire à une confrontation directe d’autant plus que les Carthaginois, forts de leur emprise maritime, avaient pris pied dans les îles de la mer Tyrénienne, la Sardaigne et la Sicile, très proches des côtes italiennes. Rome, jeune Etat fort et ambitieux, rêvait d’en découdre avec sa rivale pour s’emparer de toutes ses possessions et imposer sa suprématie sur le Bassin méditerranéen et sur tous les territoires alentours.

Un obscur conflit en Sicile entre des protagonistes locaux (l’un et l’autre allié à Rome, d’une part, et à Carthage, d’autre part) amena la guerre entre les alliés d’hier, et ce fut le déclenchement de ce qui fut appelé les guerres Puniques (du latin punicus qui signifie carthaginois ou une altération du mot phénicien). Cette première phase dura 23 ans et se déroula en Sicile et en mer. Curieusement, la ville du Latium, grande puissance terrestre et sans expérience maritime, parvint à vaincre sur son terrain la maîtresse des mers qu’était Carthage qui dut se résigner à quitter la grande île méditerranéenne, après une série de défaites subies par sa flotte (notamment durant les premières années du conflit), à Mylae (-260) et à Ecnome (-256). Les Romains portèrent, alors, la guerre en Afrique du Nord par leur général Régulus qui subit une défaite cuisante à Utique (grand port, au nord de Carthage) et un statu quo militaire s’imposa entre les deux belligérants, durant lequel émergea le généralissime carthaginois, Hamilcar Barca. Le père d’Hannibal parvint rapidement à redresser une situation dramatique (de -249 à -241) et défait ses adversaires plusieurs fois mais il ne put éviter le désastre de la bataille navale des îles Aegates (-241) qui mit fin à une guerre désastreuse et ruineuse, surtout pour la cité punique qui se résigna à signer un traité humiliant en faveur de Rome et à reporter ses efforts d’agrandissement de son empire dans la Péninsule ibérique. Mais le héros de cette guerre fit jurer à ses enfants, surtout Hannibal, de prendre la revanche sur Rome ultérieurement, quand sa patrie aura repris des forces suffisantes et sera capable d’écraser son éternelle rivale.

Hannibal, héros de la seconde guerre Punique (218-201 av. J.-C.)

Avant de poursuivre cette brève narration de l’un des plus grands conflits de l’Antiquité, rappelons en quelques lignes qui était Hannibal. Ce grand héros africain appartenait à une illustre famille carthaginoise et naquit vers -247 quand son père guerroyait contre les envahisseurs romains. Il reçut une éducation exemplaire et grandit sous l’influence de la culture hellénistique et de l’exemple paternel, admirateur d’Alexandre le Grand et de ses conquêtes grandioses. Hannibal accompagna, très tôt, son père Hamilcar Barca, en Espagne pour reconstituer la puissance et la richesse de sa patrie et reprendre la guerre contre Rome. Aux côtés de son paternel, il s’initia rapidement à l’art de la guerre, démontrant des qualités rares comme le courage, la bravoure, l’intelligence, la sobriété, l’endurance et un grand sens des responsabilités envers ses soldats avec lesquels il partageait les dures conditions de la vie militaire et auxquels il montrait l’exemple à suivre. A cause de cela, il était très aimé d’eux et admiré de tous, malgré qu’ils soient issus d’horizons et de sociétés différentes, car la plupart étaient des mercenaires recrutés par Carthage et ne se battaient que pour l’argent et le butin.

Quand, en -218, éclata la IIe guerre Punique, Hannibal était âgé d’une trentaine d’années et se trouvait en Espagne où il avait pris possession de la ville de Sagonte, alliée des Romains. Ces derniers s’empressèrent de déclarer la guerre aux Carthaginois car décidés à en finir avec eux pour de bond. C’est, là, qu’apparut le génie militaire d’Hannibal et qui fit de lui l’un des plus grands généraux de tous les temps (au même titre qu’Alexandre le Macédonien, Gengis Khan, Salah Eddine el Ayoubi, Napoléon Bonaparte, et quelques autres grands chefs et stratèges militaires). Et pourtant, ce généralissime ne disposait pas de moyens énormes, ou de troupes rompues à la discipline militaire et moins encore de lieutenants capables de lui venir en aide (sauf, peut-être son frère et son beau-frère).

La célèbre expédition d’Hannibal durant la IIe guerre Punique (218-201 av. J.-C.)

Hannibal est célèbre pour avoir pensé à attaquer Rome non pas frontalement, mais en essayant d’en prendre possession par le nord de l’Italie, en suivant une longue courbe qui le conduisit de l’Espagne à travers les hautes montagnes des Pyrénées et des Alpes, après avoir traversé tout le sud de la France. Il avait à peine à sa disposition 90 000 fantassins, 12 000 cavaliers numides et une quarantaine d’éléphants qui devaient semer la terreur parmi les légions romaines, pourtant valeureuses et disciplinées ! Ni le long trajet long de milliers de km ni le froid et la neige, et encore moins la maladie et le manque de ravitaillement n’entamèrent sa volonté et sa fermeté. La tactique qu’il avait suivie surprit complètement les Romains et leurs alliés qui subirent plusieurs défaites cuisantes (Tessin, Trébie, Trasimène et, surtout, dans la bataille de Cannes, en -216). Alors, ses adversaires adoptèrent une nouvelle stratégie qui consistait à éviter de se mesurer à lui directement mais plutôt à mener une guerre d’escarmouches qui fut bien payante par la suite.

Retournement de situation, solitude et mort d’Hannibal

Ayant subi beaucoup de pertes car n’ayant pas reçu de renforts potentiels de la part de sa patrie, Carthage, Hannibal commit, selon les historiens, une erreur fatale et demeurée inexplicable à ce jour : au lieu de se diriger vers Rome et de l’occuper, il temporisa ce qui permit à cette dernière de se ressaisir et de porter la guerre en Afrique du Nord, par son général Scipion l’Africain qui assiégea Carthage. Celle-ci appela Hannibal au secours et il dût quitter l’Italie précipitamment et en grand désordre. Sur la plaine de Zama (centre de la Tunisie), eut la bataille décisive, en -201, qu’il perdit car les Romains s’étaient alliés à l’aguellid numide, Massinissa, désireux de s’affranchir de l’emprise punique et de fonder un Etat berbère indépendant. Ses fameux cavaliers berbères permirent aux Romains de remporter la victoire finale et d’imposer un traité de paix humiliant à leur rivale. Ce traité imposait à la grande cité punique, entre autres, de chasser Hannibal de sa patrie. Alors, ce dernier dut s’exiler dans la lointaine Bithynie (en Turquie actuelle) où il se donna la mort quand il apprit que son hôte, le roi de ce pays, voulait le livrer à ses ennemis jurés, les impitoyables Romains, en 183 av. J.-.C.

Trois décennies après sa disparition, les Romains menèrent la 3e guerre Punique contre Carthage et l’incendièrent après un long siège qui dura trois années. L’emplacement de cette ville glorieuse fut rasé et interdit à jamais à l’implantation humaine, mais le souvenir de Carthage et celui d’Hannibal continuèrent, durant des siècles, à hanter la mémoire de Rome et de ses descendants.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus