Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Sétif. Mois du patrimoine

Rôle des médias et protection
samedi 24 avril 1999, écrit par : Boutebna N.

dimanche 24 avril 2005.
Le musé national de Sétif organise les 24 et 25 avril courant, un séminaire national inhérent au rôle des médias dans la protection du patrimoine culturel. Le rendez-vous de l’antique Sitifis sera sans nul doute une autre opportunité pour les journalistes ayant à travers leurs écrits tenté d’attirer l’attention des responsables, et ce, pour sauver ce qui reste à sauver d’un patrimoine enterré par le béton et de tirer une nouvelle fois la sonnette d’alarme. Car la protection et la mise en valeur des vestiges peut dans le cadre d’une industrie touristique fiable et sérieuse, valoir au pays qui possède en la matière d’incommensurables richesses, de substantielles rentrées en devises fortes. « Le rôle des médias dans la protection et la promotion du patrimoine », « Le patrimoine à travers la presse écrite » et « Les médias et le musée » sont les principaux thèmes de la rencontre. Pour revenir à l’axe principal du séminaire, on doit souligner que les médias, la presse écrite notamment ont, à maintes reprises, crié au scandale, en vain. Car l’Etat a, à travers ses représentants locaux, causé d’énormes préjudices au patrimoine. Pour l’illustration, l’actuel siège de la wilaya de Sétif est édifié sur des vestiges. Un autre site situé en face de la Maison de l’enfance a été dans les années 1980 « massacré » par un wali qui voulait le transformer en théâtre de verdure. Et les exemples de ces différentes atteintes aux monuments hérités des différentes époques sont légion du côté des Hauts-Plateaux où l’on a ouvert les débats relatifs au patrimoine qui n’attire les feux de la rampe qu’une fois l’an. Le conclave de Sétif sera l’occasion idoine pour les journalistes des différents titres pour constater de visu les dégâts occasionnés à la nécropole qui n’existe plus, au mausolée de Scipion l’Africain datant de la fin du IIIe et début IVe siècles après Jésus-Christ, qui est à moitié enseveli, au quartier du Temple n’ayant échappé ni à l’oubli ni au manque d’entretien, ainsi que le quartier de la Citadelle byzantine qui était le noyau de la cité Romaine transformé par les éminences grises en parc d’attractions...

Kamel Beniaiche


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus