Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Des pieds-noirs revisitent leur lycée Kerouani (ex Eugène Albertini)

mercredi 26 avril 2006, écrit par : Fawzi Senoussaoui, Liberté, mis en ligne par : Boutebna N.

Quarante français, anciens élèves du lycée Mohamed-Kerouani (ex-Eugène-Albertini) de Sétif, sont depuis hier hôtes de la capitale des Hauts-Plateaux. L’initiative de rassembler des anciens élèves du lycée Kerouani pour effectuer un “pèlerinage” revient à l’Association des anciens élèves des lycées Malika-Gaïd et Mohamed-Kerouani de Sétif, créée en 1990 et dont la présidence est confiée à M. Toufik Gasmi. Ce dernier a œuvré pour une opération de réhabilitation du joyau de l’Est algérien où ont étudié les ministres Taleb El-Ibrahimi, Belaïd Abdesselam, Benyahia, Ben Mahmoud, Boumaza, Chibane, Benhabylès, Guidoum, Hakimi... Kateb Yacine et M. Faïdi, créateur de Sonatrach, ainsi que d’éminentes personnalités dans tous les domaines.
Nous avons appris, après des démarches entreprises par le bureau de l’association, que le ministère de l’éducation nationale a dégagé une enveloppe “spéciale” d’un montant de 10 millions de dinars pour des opérations de restauration.
“Nous sommes étonnés que les travaux prévus ne soient pas été entamés ; notre lycée se trouve dans un état de dégradation lamentable, c’est inacceptable”, a affirmé le président de l’association. Selon d’anciens élèves du lycée, ce dernier n’a pas été entretenu comme il le le fallait. “La salle de sport était la plus importante de toute l’Afrique avec un parquet en bois recouvert de gerflex, les murs en vitres, sans parler des équipements ; toutes ces belles choses ont disparu. Pis, à la place du bitume dans la cour, on a mis du carrelage et de mauvaise qualité”, dira un ancien élève du lycée, les larmes aux yeux. “Ce n’est pas le lycée que nous avons laissé il y a quelques années, il est de notre devoir de le préserver”, a conclu un autre élève.

Faouzi Senoussaoui


Partager cet article :
2 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°5162 :
La dégradation de ce joyau ne peut être que le fruit d’une très muvaise gestion conséquence de la médicrité qui caractérise le secteur de l’Education dans son ensemble. Ce ne sont pas les moyens financiers qui ont manqué ou qui manquent : la tare est dans l’élément humain .
BOUGUEROUA ZOHEIR ancien eleve de 1979 a 1982 :
salut je suis un ancien eleve de ce lycée qui reste pour moi le meilleur mon pere etait proviseur a l’epoque et beaucoups le connaissent cé mr BOUGUEROUA je suis vraiment surpris de la degradation de ce lycée je demande a tous de s’immobliser pour sauvé du moin ce qui reste merci

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus