Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Diar Enakhla, le bourbier

mardi 20 juin 2006, écrit par : El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

Erigée en plein centre-ville, à quelques mètres de Aïn El Fouara, Diar Enakhla (maisons du palmier), une cité de 203 logements où s’entassent des centaines d’âmes, menace ruine. Construit en 1958, pour être des logements de transit, les quelques mètres carrés de chaque appartement se sont vite transformés en fourmilière.

L’état des lieux va de mal en pis. Les ordures où pullulent les rats jonchent les rues. Les rats, les rixes, l’insécurité et l’incivisme sont les maux qui caractérisent Diar Enakhla. Totalement abîmés, les escaliers et les balcons peuvent à tout moment s’écrouler. Les occupants et les enfants notamment encourent à cet effet un réel danger. Smaïl, un père de famille qui partage les 47 m2 de son minuscule F3 avec les 7 membres d’une famille moyenne, nous interpelle : « Jadis, la cité était belle, propre et conviviale. Aujourd’hui, ce n’est ni plus ni moins qu’un trou à rat. En sus des maux sociaux qui empestent la vie des habitants ne se sentant plus à l’aise même chez eux, les plafonds comme les murs tiennent à peine le coup. Cette désolante situation ne nous donne plus envie d’y rester. Les informations, qui circulent à propos d’une éventuelle démolition de Diar Enakhla comme cela a été le cas pour l’Andréoli, demeurent, à notre grand dam, au stade de la rumeur. » Mme Zineb ne mâche pas ses mots : « Ces cages à poules ne répondent plus aux aspirations et besoins des citoyens des temps modernes. Ces nids ont fait leur temps. Les autorités doivent prendre en charge notre calvaire tant qu’il est temps. Les responsables sont invités à visiter les lieux pour constater les fissures qui ne sont plus camouflées par la peinture qui s’est effritée. Diar Enakhla qui est abandonnée à un triste sort mérite l’attention. » La wilaya de Sétif, qui vient de constituer une commission chargée de l’éradication des bidonvilles et de l’habitat précaire, a-t-elle inclus la cité sus-nommée dans la feuille de route ciblant 5462 habitations dont 954 sont implantées à Sétif, Aïn Oulmène et Aïn El Kebira ?

Leïla Benani, El Watan


Partager cet article :
2 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°625 :
salem alikoum c est vrai les batiments sont hors normes facades perfores pour differents travaux fuites d eau entre les etages on attend qu un drame se produise pour que les autorites prennent les dispositions necessaires j ai vecu a diar enakhla bat b2 porte107 la population s est appauvri et marginalisee avec les benefices du petrole on peut construire des logements au lieu que la mafia politico-financiere investissent a tokyo dans l immobilier pour leur besoins personnel bref tant que le bled sera dirige par ces bandits l algerie n avancera pas dieu vous garde et bon ramadhan signe abdelmalek de st etienne

Réponse :

oui c est vrai se que dit le paragraphe precedent cesimmeubles ont ete construits avec un systeme de pause de dalles en beton qui sont juste posees et qui sont actuelement les etages quand lavoisine du dessus lave a grande eau son sol toute l eau passe a l etage du dessous se qui engendre des disputes entre voisins qui peuvent s aggraver l etat va les detruire quand dans 10 ou 20ans ou plus se n est pas une urgence d abord l algerie a ete pourri par une partie du peuple et le pouvoir voleur et corrompu bouteflika n est qu un pantin la nomenklatura l a envoye une fois a l hopital de paris pour qu il se calme et les laisse faire leur bizness qui dure depuis 45ans de pere en fils saha hidkoum signe bourdousen rebahi

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus