Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Un désastre urbain à Aïn El Fouara

vendredi 1er décembre 2006, écrit par : Farid Benabid, Liberté, mis en ligne par : Boutebna N.

La capitale des Hauts-Plateaux a perdu ses repères au même temps qu’elle a perdu de sa splendeur. Sétif, ville séculaire avec son carrefour et son pôle économique géostratégiques et incontournables, subit le revers de la médaille et paye chèrement son statut de ville refuge.

C’est avec beaucoup de nostalgie et d’amertume que les Sétifiens observent, impuissants et dépassés, la triste image de la cité d’Aïn El Fouara, transformée en gros souk où les transactions commerciales douteuses sont légion. Ce qui a produit l’enrichissement rapide de certaines gens, où le seul credo est la réussite sociale, ostentatoire et agressive, par n’importe quel moyen.
Sétif subit ce fatalisme. Jamais le dicton “les apparences sont souvent trompeuses” n’a été aussi pertinent et collé à la peau de la ville.
Les visiteurs d’un jour ou de quelques heures sont subjugués, voire envoûtés par un charme de façade qui voile une cité pourtant minée et gangrenée par de multiples maux.
Les cités-dortoirs, dénommées froidement 600,1000, 1014, 300, 750, 240, 80... logements, où les êtres sont devenus de simples quotas, les lotissements et autres coopératives qui ont poussé comme des champignons, les centres commerciaux qui fleurissent à la place des rares cinémas existants, les librairies transformées en fast-foods, les vides sanitaires en salons de coiffure et pizzerias, les trottoirs détournés de leur véritable vocation et où faire ses emplettes, relève de l’exploit. À ce désastre urbanistique et social s’ajoutent de nouvelles mœurs et comportements favorisés par la passivité et la complaisance des responsables locaux, donnant lieu à une floraison de placards publicitaires vantant les mérites de tel ou tel produit.
Ce phénomène a atteint des professions aussi nobles que la médecine, la justice... Vous en avez de toutes les dimensions, de toutes les couleurs.
Des panneaux de 5 m2 accrochés aux... arbres, murs, poteaux électriques, balcons, rambardes, allant jusqu’à éclipser les plaques de signalisations. On pourrait presque lire la ville à travers ces plaques anarchiques, sur lesquelles le dentiste, le pharmacien, l’avocat, le mécanicien, le gargotier, le gynécologue, le notaire, le taxiphone, le salon de coiffure, le neurologue, le magasin de pièces détachées, le cybercafé font bon ménage avec les bizarreries de l’orthographe française (Ristoran, Vulganisation, taulier...) L’essentiel étant de se faire connaître. Devant ce désordre impeccable, la capitale des Hauts-Plateaux attend toujours.
En matière d’urbanisme, les choses sont loin d’aller dans le bon sens et on pourrait même affirmer qu’elles se dégradent chaque jour davantage. Devant des pouvoirs publics imperturbables, l’anarchie s’installe et s’accommode bien avec l’absurde. Une virée dans les cités qui ceinturent la ville vous laissent tout simplement pantois. Presque tous les rez-de-chaussée des immeubles ont été confisqués par les locataires. Ils se sont d’une façon délibérée octroyé le droit d’ériger des jardins, les délimitant, qui par une muraille, qui par un “barraudage”, qui par un grillage métallique, transgressant ainsi la réglementation qui régit le domaine public. D’autres installent de nouvelles ouvertures, tout en supprimant les issues et les portes d’accès qui figurent sur le plan originel. Dans certaines cités, de véritables villas ont vu le jour avec un mur d’enceinte, un garage et une entrée individuelle ornée de sculptures importantes en pierres.

Farid Benabid, Liberté


Partager cet article :
7 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°977 :
Salam aleïkoum, La passivité et la complaisance des responsables locaux n’est pas à elle seule la cause de ce chaos urbanistique.Le citoyen doit prendre conscience qu’il a un rôle indéniable à jouer dans son quartier, sa cité, sa ville, sa région, son pays. Seule une prise de conscience collective peut aider à une transformation progressive de notre socièté. L’image de Sétif et de toute autre ville en Algérie ne peut être améliorer que si le fatalisme cesse d’être érigé en une doctrine immuable. Le fatalisme divin est certes immuable mais ce qui releve de l’humain peut être changé. Dieu ne change le comportement d’une personne que si celle-ci désire vraiment changer. Citoyens de Sétif votre ville mérite beaucoup mieux.La passion du lucre et du gain ne doit pas vous faire oublier que l’esthétique et la beauté sont des éléments essentiel à l’épanouissement humain. Salam (...)
Moj :
Indeed, this is the sad reality. It is complete anarchy ! Where is the time when Setif used to be praised for, amongst other things, its cleanliness and pure air ? Just a big thank you to the reporter for his accurate description of the varied problems facing the city. The authorities are called on to act quickly. Similarly, the population should also have its share of responsibility in what has happened to the city.
Commentaire n°983 :
Le constat est amer et la situation est terriblement grave. Néanmoins, est-ce-que réellement, c’est le problème des responsables locaux, uniquement ? Moi, quand j’entends M. Le Président de la République, Premier Magistrat du pays, citer comme modèle à suivre la ville des Hauts plateaux, je tombe des nus en me disant, n’est-ce pas une incitation à l’anarchie et au chaos ? Tout en étant tout à fait d’accord avec tout ce que relate cet article, je me pose la question, est-ce-que Sétif n’est pas la victime d’un système dont l’organisation essentielle est la désorganisation totale.
MOMO :
je suis totalement avec tous ce que vous dites mais que faire ? sans commentaires la loi du plus fort est toujours la meilleure. C’est tout simplement malheureux à qui se plaindre ! c’est du n’apporte quoi. L’anarchie totale. Dépassé par les évènements, par les gens faux c’est vrai vous le dite bien on ai perdu ! bon courage.
MIHOUB :
TAHIA AIN EL FOUARA MALGRE TOUT .
Commentaire n°994 :
On aurait put donner des noms aux cités 1014, 500, ect ... Tout en restant original pour ne pas tomber dans l’excés des nom de martyres car je pense qu’il est temps de tourné la page et d’avancer.Comme Belle Air
Commentaire n°999 :
J’aimerai bien que le président de l’APW, le professeur, réagit à cet article et nous fait savoir son point de vue, si il en a...

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus