Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Affaire ERIAD-Setif : Douze personnes sous mandat de dépôt

mercredi 11 avril 2007, écrit par : Le Soir d’Algérie, mis en ligne par : Boutebna N.

L’affaire dite de l’Eriad- Sétif n’en finit pas de faire parler d’elle ces derniers temps. Ainsi, après la mise sous mandat de dépôt, le 4 novembre dernier, de neuf personnes, à savoir l’ex-Pdg du groupe, le directeur général des Moulins des Bibans, le DG des Moulins des Zibans, le directeur général adjoint du groupe et le DG adjoint des Moulins des Bibans, ainsi que quatre commerçants et ce, pour dilapidation, détournement de deniers publics, leur utilisation à des fins personnelles et passation de marchés douteux (voir Le Soir du 06/11/2006), voilà que le juge d’instruction près le tribunal de Sétif, après audition d’une soixantaine d’individus, a décidé, avant-hier lundi, de placer douze autres personnes sous mandat de dépôt et huit autres sous contrôle judiciaire.

Les mis en cause sont poursuivis pour complicité dans la dilapidation de biens publics. Parmi les personnes écrouées figurent cinq cadres de l’Eriad-Sétif, notamment des ex-directeurs généraux de filiales, et sept commerçants. Sept autres cadres et un commerçant ont été quant à eux placés sous contrôle judiciaire. Les autres prévenus ont été laissés en liberté provisoire en attendant la fin de la procédure. Selon des informations sûres, vingt-cinq inculpés dans cette affaire demeurent toujours en fuite, parmi eux deux directeurs de banque, à savoir le directeur du Crédit populaire d’Algérie (CPA) de Aïn- Oulmène et le directeur de la Banque algérienne de développement local (Badr) de Aïn-El-Melh (M’sila). L’expertise a établi le préjudice causé au Trésor public à plus de 36 milliards de centimes, répartis entre les différentes filiales du groupe, à savoir 52 millions de dinars au niveau de la filiale des Moulins des Hauts-Plateaux, 168 millions de dinars pour les Moulins des Hodna (M’sila), 121 millions de dinars au niveau des moulins d’El- Kentra (Biskra), 1 million 300 mille dinars pour la filiale de Sidi-Aissa et 244 millions de centimes pour celle des Bibans (BBA), ainsi que deux boulangeries appartenant au groupe d’Eriad et vendues au gré à gré à des particuliers et dont le préjudice est évalué à 295 millions de centimes. Notons à la fin qu’un autre dossier relatif à un autre scandale, celui de l’affaire des investissements de l’ENPC (Entreprise nationale des plastiques et caoutchoucs) est actuellement entre les mains du juge d’instruction qui a débuté, hier, l’audition de plus de soixante-dix personnes entre accusés et témoins. A l’heure où nous mettions sous presse, l’instruction n’était pas encore achevée. Nous y reviendrons avec plus de détails sur cette affaire dans notre prochaine édition.

Imed Sellami, Le Soir d’Algerie


Partager cet article :
9 commentaire(s) publié(s)
taiar yacine :
c est les cadres du bled c est pour ca quand est parti salut imad
Commentaire n°1984 :
tous les cadres se ressemble du bled regarder leur train de vie

Réponse de zaouali :

Halfaya l’ex maire de Sétif est le grand voleur de cette entreprise, avec la complicité du l’ex ministre harchaoui qui détient plus de 300 actions dans ce groupe

Réponse de par Belamri de paris :

halfaya l’ex faux maire il faut bien de la precision
La loi au dessus de tous :
Il faut que la reglementation soit appliquée uniformément à tous les voleurs. L’affaire de l’APC de Sétif,jusqu’à présent pas de nouvelles,à l’approche des élèctions,on souhaiterais voir les criminels du peuple payent leurs bavures.
antar :
pour moi ces voleurs de grands chemins sont le mal de notre société,une punition sévere est tres attendue pour décourager les autres cadres,ce qu’ils ont fait a l’algerie ressemble a l’attentat contre le palais du gouvernement,les autres c’est des barbus et ceux la, porte la cravate et un joli costume
el khobza :
c’est honteux pour un etat de ne pas s’inquieter de l’enrichissemnet inexplique de tout responsable des institutions au vue et su de tout un peuple , meme ceux de l’ERIAD s’en melent non pas a partager la part de gateau mais en privant cette population de son PAIN quotidien ...
Commentaire n°2053 :
LES RICHES D’ALGERIE NE SONT PAS DES EX RESPONSABLES DE SOCIETES NATIONALE OU FONCTIONNAIRE MESSIEURS . MAIS DE SIMPLES ANALPHABETES ALGERIENS . L’OUVERTURE BATARDE DE L’ECONOMIE DE MARCHE , L’ABSCENCE DE CONTROLE FISCAUX PAR L’ETAT ET TOUS LES RETARDS CUMULES ONT FAIT QUE DE FAUX RICHES ONT PROFITES DE CETTE IMMENSE TARTE DE GATEAUX . PAR CONTRE BEAUCOUPS DE PROPAGANDE MEDIATISE S’EST RETOURNE VERT LES RESPONSABLES DE SOCIETES ET AUTRES CADRES . IL SUFIT DE VOIR PAR EXEMPLE LES CHATEAUX BIDONS VILLA CONTRUITE A SETIF POUR COMPRENDRE VITE . CE NE SONT PAS DE CADRE DE SOCIETES , NI FONCTIONNAIRES MAIS DE SIMPLES TRABENDISTES ....
Commentaire n°2061 :
LA JUSTICE DOIT ETRE TRES VIGILANTE QUANT AUX MANIPULATIONS ENREGISTRES SUR LE SORS DES CADRES DE L’ENPC SETIF RECEMENT . AU FAITE : DANS CETTE ENTREPRISE IL Y’A UN CONFLIT DE CLANS DE GESTIONNAIRES A HAUT NIVEAU . ( CELA DEPUIS LA RESTRUCTURATION DE LA SONATRACH ET LE TRANSFERT DE LA DG AVEC SES CADRES SUR LA VILLE DE SETIF ) ; SI ON SE RAPPELLE BIEN IL Y’A 10 ANNEES C’ETAIT LE TOUR DES CADRE PRO RCD QUI ONT ETES TOUS INCULPES , AUJOURDHUI LE RETOUR DU REVERS , ON COLLE UNE ETIQUETTE A CEUX DU FLN ET LA MACHINE DE MANIPULATION CONTINUE SOUS LE REGARD DE LA JUSTICE . LE SORS DE LA PLASTURGIE EN ALGERIE EST ALORS BACLE A TOUT JAMAIS AVEC LA COMPLICITE D’UN SYNDICAT TRES ARCAIQUES . LE MIRACLE DANS TOUT CELA C’EST L’ENQUETE QUI A ETE OUVERTE PAR LA JUSTICE SOUS UNE SIMPLE LETTRE ANONYME ; ET LES INCULPATIONS SONT SANS AUCUNE PREUVE JUSTIFIES ; PAUVRE ALGERIE (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus