Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Le recteur de l’université de Sétif

« Pour un maximum d’encadrement de qualité »
mardi 10 juillet 2007, écrit par : H. Mustapha, La Nouvelle République, mis en ligne par : Boutebna N.

Ce secteur n’a pas été en marge des préoccupations premières des autorités de la wilaya du fait de la dimension de « ville universitaire » désormais acquise par la capitale des Hauts-Plateaux.

Ainsi, les ambitieux programmes inscrits à l’indicatif de la wilaya et réalisés dans les délais raisonnables ont contribué à asseoir la dimension régionale de la ville de Sétif. L’université de Sétif compte 40 000 étudiants répartis sur 39 filières avec 3 000 étudiants inscrits dans la filière LMD encadrés par 11000 professeurs. Nous avons contacté le recteur, Baki Chakib Arsalan, qui nous a éclairés sur les perspectives de l’université qui vient de bénéficier de 10 000 places pédagogiques.

« Une place pédagogique est une place physique, et son environnement, il faut qu’il est sa place d’envergure avec surtout son encadrement à la hauteur ajouté à cela au transport, la restauration et l’hébergement ». Abordant le volet du rôle de l’université envers les entreprises M. Baki dira : « Il y a une ouverture entre ces deux pôles pour recenser les besoins de ces entreprises, un forum a eu lieu en février. Les liens se tissent davantage par une nouvelle coopération qui portera ses fruits. »
Quant à l’ouverture de nouvelles filières, le premier responsable de l’université affirme : « Il faut avoir un encadrement spécialisé et à la hauteur, notre but est de renforcer ce qui existe car notre politique est rationnelle et a pour but d’améliorer la qualité des filières existantes ».

L’université de Ferhat -Abbès compte pour cette année une sortie d’une promotion de 5 000 étudiants, 130 professeurs ont eu leur magister. Pour la post- graduations, l’université a bénéficié de 14 bourses dans le programme national et 3 autres algéro- françaises. Pour un échange des connaissances, 3 universités de la région de Lyon (Rhônes-Alpes) avec Sétif sont inscrites ainsi que le jumelage de Rennes (France) avec la ville où des rencontres multidisciplinaires sont programmées entre le 6 et 11 novembre 2007.

10-07-2007
H. Mustapha, La Nouvelle République


Partager cet article :
9 commentaire(s) publié(s)
hani.anis :
salam est ce que les responsables ne peuvent pas jeter un petit regard aux étudiants en pharmacie ? vous savez on nous a promis el baaz avec ses labos et un bon matériel adéquat ect...mais jusqu’ici, nous n’avons rien.on nous trimbale d’ un institut à un autre... puisque vous dîtes sétif ville universitaire alors pourquoi nous sommes la seule ville où il n’ y a pas de résidanat ni de spécialité pour la branche de pharmacie, nous sommes obligés de galérer pour ça c’ est à dire aller à alger , oran ou constantine... chers hauts résponsables pensez à nous et facilitez nous les choses et donnez nous les moyens pour qu’ on vous donne ce qui y’ a de mieux en nous... que dieu nous préserve et nous couvre de sa miséricorde...amine
Meksa :
C’est vrai que l’université de Sétif est l’une des plus grandes du pays en termes du nombre d’étudiants !! Mais, dans ce domaine c’est la qualité de la formation qui compte. Avec la concurence et la mondialisation, les diplômés les mieux formés réussiront forcément. Pour arriver à cette exigence, la place pédagogique est une condition nécessaire mais pas suffisante. La qualité des formateurs et des moyens pédagogiques (équipements)sont indispensables !!! Le jour ou le Mérite retrouvera sa place à l’université, à ce moment là on aura fait un grand pas.... dans la bonne direction. Le mérite à l’université se mesure en termes de publications, communications, encadrement de thèses, rédaction d’ouvrages, mise au point de nouveaux TP,..... A l’université algérienne, ce n’est pas forcément les plus compétents (pédagogie et recherche) qui évoluent..... NB : Bonne chances bour les diplômés de cette année et..... bienvenue aux nouveaux (...)

Réponse de Lahcen :

Bonsoir Je dois dire que l’université a rendu l’âme il y’a si longtemps, ce n’est qu’un petit cycle de formation comme la crèche, le primaire, le secondaire, ect. Je n’ai jamais cru a cet pseudo-université, il y’a une grande complicité dans la mediocrité. Le rôle essentiel est devenu simplement former pour dire qu’on a formé et avec le nombre d’étudiants on se compare à MIT, Harvard, UCLA, quel bla bla. J’aimerais poser une question à Monsieur le recteur : est ce que l’année université a une durée qui depasse les 3,4 mois. Je regarde avec amertume une université qui a perdu son rôle et son âme. Best Regards, Un ancien Maître assistant à l’USTHB
Hannachi :
Salam. En lisant cet article, on constate avec regret que les chiffres avancés sont erronés. Il y a seulement 1 100 enseignants à l’université tous grades condus ( Maitre assistant, maitre de conférence et professeur) et ce chiffre de 1 100 enseignants est largement insuffisant pour encadrer 40 000 étudiants. Autre confusion dans l’article : 130 professeurs ont eu leur magister. Un professeur, svp, est déja titulaire d’un doctorat et ce depuis plusieurs années. Avec mon meilleur salut
Commentaire n°4372 :
Sallam ; Mr le journaliste,vous voulez dire que le nombre des professeurs (11000)depasse celui des étudiants inscrits en master-doctorat (3000),cela veut dire que chaque etudiant est encadré par 4 professeurs, c’est insensé,d’une part on n’a pas ce chiffre imaginaire d’enseignants du rang magistral,d’autre part un seul professeur voire maitre de conférence pour le master peut encadrer plusieurs étudiants,une autre remarque à propos de 130 professeurs vous dites ont eu leurs magister,à l’université et vous le savez autant que moi Mr le journaliste,ceux qui ont le magister(1ére post-graduation) on les qualifie seulement de maitre assistants,les professeurs (2éme post-graduation :doctorat d’état )c’est le grade le plus élevé et leurs nombre ne pourra pas etre à travers le territoire 11000 wa (...)
Commentaire n°4418 :
MONSIEUR LE RECTEUR DE L’UNIVERSITE DE SETIF ON VEUT LA QUALITE MAIS PAS LES CHIFFRES ( LA QUANTITE ) . LE NIVEAUX DES ENSEIGNANTS DONC CELUI DES ETUDIANTS EST TRES MAUVAIS . DONC L’ALGERIE EN CRISE . MERCI
fonctionnaire univ :
salam monsieur le recteur ce que je veux dire c’est que vous n’ete pas a la hauteur de ce poste parceque vous former une equipe de voyous surtous le vice recteur de pedagogie est son entourage veillez verifier avant que ne soit trop tard
ziton :
en ma qualité de docteur de l’université de Paris, ex maître de recherche et enseignant unversitaire en Algérie ( je ne le suis plus, car j’ai quitté l’Algérie pour divreses raisons) ; je reste effarouché devant les chiffres avancés. 11000 professeurs à l’université de Sétif, c’est un chiffre imaginaire. Il ne faut pas mélangé les choses. le rang professoral exige des diplômes et des compétences ( doctorat d’état, publications dans des revues internationnales...). Le plus important est la qualité des enseignements, les programmes, les stages... De par mon expérience, j’ai remarqué plusieurs points, d’une importance capitale : 1/ Une absence totale entre l’université et son environnement extérieur, c’est à dire l’industrie, l’agriculture, l’éducation... les futurs diplomés sont formés avec des programmes incompatibles avec les besoins de nos entreprises. 2/ absence d’une politique de formation claire, selon des objectifs précis. 3/les étudiants arrivent à l’université avec un bagage trés insuffisant, qui engendre (...)

Réponse de Algérien fidèle à son pays :

D’abords, je tiens à remercie monsieur le recteur pour les efforts qu’il a fournée. Je voudrai répondre à ce docteur de paris qui a oublie que son pays a besoin de lui et d’autres docteurs ou chercheurs qui ont été formés par l’Etat algérien pour être les encadreurs du futur, mais pas de quitter le pays et aller servir les autres gratuitement. Est-ce que c’est comme sa qu’on peut développer notre pays c.a.d ; Par les critiques destructifs et derrière l’autre coté de la mer ? je vous demande m. le docteur d’être réaliste, si vous avez un savoir-faire, un bagage scientifique et des compétences de collaborer avec vous confrères que se soit ds le pays ou à l’extérieur pour préparer le plan Marchal algérien dont le but est d’utiliser vos compétences sur tout les plans pour aider le pays qu’il reste un pays trop jeune et en développement, SVP, ne comparez pas l’Algérie aux pays développés qui ont commencés leurs révolutions académiques dans le 19em siècle alors que l’Algérie a pris son indépendance que récemment. Tout (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus