Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Démantèlement d’un réseau de prostitution à Sétif

Une bijouterie transformée en lieu de débauche
lundi 6 août 2007, écrit par : Imed Sellami, Le Soir d’Algérie, mis en ligne par : Boutebna N.

Les éléments de la brigade criminelle de la Sûreté de wilaya de Sétif ont réussi, en ce début de semaine, à démanteler un important réseau de prostitution. En effet et agissant sur renseignements faisant état de l’utilisation d’une bijouterie, sise à la cité Yahiaoui (ex- Tandja), en tant que lieu de débauche avec tournage de scènes, les enquêteurs de la brigade criminelle après avoir obtenu un mandat de perquisition délivré par le procureur de la République près le tribunal de Sétif, ont investi le lieu et découvert plusieurs preuves compromettantes, telles que des CD et des téléphones portables comportant des scènes pornographiques de couples illégitimes filmées dans la bijouterie.

Après l’exploitation et visionnage des bandes et séquences vidéos, les policiers sont parvenus à identifier et arrêter les membres de ce réseau de prostitution composé de 16 personnes, 8 hommes et 8 femmes dont 4 mineures. Selon les investigations de la police, la tête pensante de ce réseau n’est autre que le propriétaire de la bijouterie ayant servi de lieu de débauche, identifié sous les initiales de H.L, âgé de 40 ans, surnommé « El Afghani ». Ce dernier qui fut un militant du parti dissous avait longtemps séjourné en Afghanistan avant de rentrer au pays et changer complètement de ‘’vocation’’. Présentés samedi devant le magistrat instructeur, les huit hommes, âgés entre 20 et 40 ans, ont été placés sous mandat de dépôt. Tandis que les quatre femmes majeures, C.F (40 ans), A.N (20 ans), H.S (20 ans) et T.F (20 ans) elles ont bénéficié de la liberté provisoire en attendant leur comparution devant le tribunal criminel. Les mis en cause sont poursuivis de création de lieu de débauche, incitation de mineures à la débauche, prostitution, exposition et racolage. Les quatre filles mineures sont, quant à elles considérées, aux yeux de la loi, en tant que victimes dans cette scabreuse affaire.

Imed Sellami, Le Soir d’Algérie


Partager cet article :

Suite à un probleme technique, l'option des commentaires a été desactivée. Veuillez nous en excuser

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus