Accueil > Evénements > Algérie >

Des augmentations jusqu’à 56% du salaire initial

jeudi 13 septembre 2007, écrit par : M. Chekir, La Tribune, mis en ligne par : Nabil Foudi

« L’augmentation la plus conséquente pourrait atteindre les 56% du salaire initial », a déclaré, hier, le porte-parole du gouvernement, lors du point de presse hebdomadaire sanctionnant les conseils de gouvernement. Interrogé sur la mise en application de la nouvelle grille de salaires, décidée à l’issue de la récente bipartite UGTA-gouvernement, Abderrachid Boukerzaza a précisé que la totalité des travailleurs concernés par cette grille, estimés à 1,5 million, tirera profit des nouvelles dispositions contenues dans ladite grille. Cette dernière, a-t-il ajouté, sera effective une fois avalisée par le président de la République, dans le cadre du Conseil des ministres. Convié, par ailleurs, à donner la liste des importateurs de pomme de terre exonérés des impositions, ce dernier a affirmé que tout citoyen algérien en possession d’un registre du commerce peut importer ce produit. L’intervention du porte-parole a eu lieu, faut-il le noter, en marge de la présentation par le ministre des Finances, Karim Djoudi, de l’avant-projet de la loi de finances 2008, lequel devra être soumis ultérieurement pour adoption aux deux chambres du Parlement lors de la session d’automne. Pour cette année aussi, les dispositions de cette loi sont basées sur un prix du baril de pétrole à 19 dollars, le différentiel de prix étant reversé au fonds de régulation des recettes ; un taux de change de 72 DA pour 1 dollar et un taux d’inflation de 3%. Entre autres grandes lignes de la nouvelle loi, il est indiqué que les importations de marchandises ont évolué de plus de 10%, situant les flux à près de 26 milliards de dollars. Il y est, en outre, constaté une croissance du produit intérieur brut (PIB), en termes réels, de 5,8 et de 6,8%, hors hydrocarbures, induites essentiellement par les valeurs ajoutées des secteurs du bâtiment et des services.
Une progression de 5,1% de la ressource budgétaire est enregistrée. Elle passe de 1 831 milliards de dinars en 2007 à 1 924 milliards en 2008. La progression constatée est le fait de la fiscalité ordinaire (hors produit de la fiscalité pétrolière) et ce, sous l’effet combiné de la variation de la valeur ajoutée du secteur des hydrocarbures (+2,6%) et de celle du taux de change, appréciant la monnaie nationale de 2,7% par rapport au dollar américain. Les dépenses budgétaires ont, quant à elles, augmenté de 8,8%, passant de 3 947 milliards de dinars en 2007 à
4 296 milliards en 2008. Le budget de fonctionnement progresse de 21,4% par rapport à 2007 alors que celui de l’équipement s’élève à 2 290 milliards de dinars. Le ministre des Finances informera, par ailleurs, que l’avant-projet de loi de finances 2008 prévoit une réduction de l’impôt sur le revenu global (IRG) en fonction du niveau des salaires perçus par les travailleurs. Les catégories concernées par la réduction de l’IRG, a-t-il précisé, sont « les travailleurs à faible revenu ou ceux à revenus intermédiaires ». Et d’ajouter que la révision du système de l’IRG couvre en même temps le niveau de cet impôt ainsi que le nombre des tranches de ce barème.


Partager cet article :
8 commentaire(s) publié(s)
Staifia de Paris :
Augmenter les salaires a pour conséquence une augmentation des prix, puis une baisse de la valeur du dinars ! Il faut penser aussi au pouvoir d’achat et limiter l’inflation qui ne cesse d’augmenter
hind :
Vous verrez en fin de compte que des décus par cette nouvelle grille .
tafet19 :
Ca y est, la pompe à fric est mise en branle.Ou est l’équivalence en terme de production ou de plus value ?Les dates importantes des élections approchent.Ils faut bien choyer un petit peu les fonctionnaires qui font tourner la lourde machine de l’état.Zerhouni la graisse pour les prochaines echeances.On se bouscule autant à l’état civil,que pour retirer une carte grise ou de souffrir pour une simple radio à l’hopital,les classes recoivent toujours plus de 40 eleves et j’en passe pour ne pas augmenter votre engoisse en ce debut de ramadhan.Tant que nous n’avons pas compris que l’amelioration de nos conditions de vie se mesurent en termes de quantité et de qualité de travail,il y aura toujours quelques entraves pour nous renvoyer vers l’arrière .Ne pas le saisir,c’est se cacher du soleil avec un tamis.Ceci dit je suis heureux pour les fonctionnaires qui peinent à souffrir le calvaire qui, en l’éspace de 15 ans ,sont passés du stade de la pauvreté au stade de la misère.mais je reste persuadé que ce (...)
ABDESLAM :
les déclarations de ce responsable demandent beaucoup plus de clarté....les chiffres et les sommes astronomiques n’ont jamais amélioré la vie du « pauvre » citoyen....
Algerien :
Tafet19, je suis entièrement d’accord avec votre analyse. Avant de parler d’augmentation de salaires, le citoyen a besoin avant tout d’être considéré comme tel !!! Le mérite doit être le critère essentiel, à prendre enconsidération, pour la valorisation du travail. Je classerai le travailleur algérien dans quatre quatégories : 25% travaillent au sens noble du terme, c’est à dire font 8h de travail. 25% font semblant de travailler, ils passent 8h au travail (pardon sur le lieu de travail). 25% ne travaillent pas du tout (absence, congés de maladies fictifs,...). 25% sabotent, c’est à dire ils font tout pour que les 25% (cité en premier) ne travaillent pas ! Le comble, c’est qu’à la fin du mois le salaire est identique pour tout le monde !!! Au lieu de parler d’augmentation de salaires en terme absolu, les décideurs doivent plutôt voir le pouvoir d’achat du citoyen qui s’effrite de jour en jour. NB : Toutes les civilisations passées ont pu reigner sur le monde en maitrisant le savoir. Chez nous, (...)
minouche :
Je partage absolument l’avis de Tafet.C’est vrai qu’à court terme augmenter les salaires contribuera à une amélioration ( même à peine perceptible pour certains)des conditions de vie du citoyen.Mais à moyen et long termes ? On s’apercevra que l’argent puisé dans la rente pétrolière risque de faire défaut et bonjour l’inflation, la dévalorisation du dinar.On aurait souhaité que parallèlement à ces décisions se développe une véritable économie productrice de richesses, favorisant l’emploi et mettant fin au diktat des importateurs pratiquant l’économie de bazar. Il existe des solutions pour sortir le pays de ce marasme, à titre d’exemple je peux rappeler qu’un certain investisseur de l’ouest du pays a expliqué que le problème de la pomme de terre est dû à un choix stratégique sciemment adopté par des importateurs qui ne pensent qu’à remplir leurs poches(ce qui en soi n’est pas condamnable si cela ne met pas en péril toute une économie nationale).La solution réside dans la récolte de la tubercule en Algérie, chose qu’il (...)
mohamed le fidel :
faut pas mettre tout le monde dans le meme sac cette augmentation ne concene au faite que la fonction publique et non le secteur productif les fonctionnaires son les moins payes comparativement au autres secteurs il ne s agit au fait que d un simple reajustement des salaires de la fonction publique avec 5 annees de retard on attend cette nouvelle grille des salires depuis une decenie ce n est en nous payant noblement que le pays va s appovrir on en a mare d etre le parent pauvre en algerie
yacine :
Ce n’est que des racontares afin d’appeser les esprit d’un pauvre malheureux citoyen ou salarié. Rien de vrai à cela puisque aucune augmentation depuis l’independance n’a accedé les 10%brut du salaire. Ce qu’a ete declarer par le gouvernement ne concerne ni la fonction publique ni le secteur publique ou meme pas le privé. Peut etre que c’est une realitée pour eux une augmentation sur mesure. Le pauvre citoyen n’attend plus rien de ces dirigeants Malhonnête. Losque j’endends un ministre qui declare que je suis pas responsable des augmentations des prix sur le marché. Donc ce n’est pas lui ni un autre qui va défendre cette augmentation des salaires. Nous tenons à vivre à ce jour et dieu merci. l’absence du gouvenement est flagrant vu les inflations,les vols,l’alcolisme,la drogue et les crimes... Au lieu de parler des augmentations des salaires il vaut mieux reguler les marchés et punir les responsables de ces actes et suveiller les contners provenant de l’importe ou et contenant n’importe quoi. Merci de (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus