Accueil > Evénements > Algérie >

Sétif ou la nouvelle « capitale du crime » en Algérie

vendredi 12 février 2010, écrit par : Karim Aoudia, Le temps, mis en ligne par : Boutebna N.

a capitale des Hauts Plateaux se décrit désormais comme étant le nouveau pôle criminogène du pays. C’est ce qui ressort d’emblée du bilan des activités de la Gendarmerie nationale répertoriées pour l’année 2009 et se rapportant à la lutte contre la criminalité de droit commun. 

La wilaya de Sétif émerge en effet comme étant la circonscription où il y a prolifération de différents genres de criminalité, à telle enseigne où l’on pourrait la taxer de nouvelle « capitale du crime » sans le moindre risque d’être démenti. Du bilan communiqué hier lors d’un point de presse tenu au commandement de la Gendarmerie nationale,

Sétif occupe en effet la tête du peloton en matière d’agression contre les personnes que l’on désigne aussi en termes de coups et blessures volontaires (CBV) dont le nombre d’affaires recensées dans cette wilaya s’élève à plus de 670. Idem pour ce qui est de affaires d’atteinte aux bonnes mœurs où la capitale des Hauts Plateaux se place aussi à la même position avec près de 120 affaires de ce genre traitées en 2009 par les éléments de la Gendarmerie nationale.

La même wilaya est aussi la plus touchée par les fléaux de vols de véhicules, de vols de cheptels et autres affaires d’atteinte contre la tranquillité publique. Cela dit, et en sus du langage des chiffres, le constat que développe le colonel Zeghida, chef du département de la police judiciaire au commandement national de la gendarmerie, pour ce qui est de l’évolution de la criminalité sous toutes ses formes dans la wilaya de Sétif est sans équivoque.

« C’est une wilaya qui réunit une panoplie d’infractions aussi bien en matière de criminalité de droit commun qu’en termes de crime organisé », dira le conférencier. L’évolution à caractère gravissime de tous ces fléaux à Sétif s’explique, selon lui, par le fait que cette wilaya est située sur un axe de communication important, la RN5 en l’occurrence. A cela il faudra ajouter que la même wilaya a fait l’objet de beaucoup d’efforts en matière de développement économique et social, ce qui n’a pas été sans « générer des comportements de délinquances », appuie le colonel Zeghida.

Recul de la criminalité de droit commun en 2009

Avec plus de 50 000 affaires traitées en 2009 dans le domaine de la lutte contre la criminalité de droit commun, les responsables de la Gendarmerie nationale parlent d’un recul en la matière qui est de l’ordre de 5,21%. Commentant cette baisse, le colonel Zeghida, quoiqu’il se félicite du travail accompli par les gendarmes sous son commandement, fera savoir que le but n’est pas encore atteint. « Il reste encore beaucoup d’effort à fournir pour sécuriser l’environnement immédiat du citoyen », dira le conférencier.

Le taux de couverture sécuritaire qu’assure la gendarmerie à travers tout le pays a quant à lui augmenté de 4% en 2009. Il est donc de l’ordre de 88% alors qu’il ne dépassait pas les 84% en 2008. Pour ce qui est des personnes arrêtées à l’issue du traitement des 50 000 affaires citées plus haut, leur nombre ne dépasse pas les 65 000, dont plus de 2100 femmes et quelque 3227 enfants mineurs. Les gendarmes sont en outre parvenus à la résolution de près de 84% des affaires de criminalité de droit commun recensées en 2009.

Durant cette même année, les éléments relevant de cette même corporation ont enclenché quelque 2528 opérations coup-de-poing contre les noyaux durs de la criminalité. Celles-ci se sont traduites par l’arrestation de quelque 4000 personnes à travers la totalité du territoire national.


Partager cet article :
9 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°63660 :
je suis tout à fait d’accord. Les kabyles m’seken sont tous innocents. Il n’y a qu’à voir les noms impliqués dans les grands détournements depuis l’ofla de 1968 à sonatrach 2010 en passant par khalifa. Il n’y a pas un kabyle.
Commentaire n°66180 :
Je ne sait pas d’où viennent ces statistiques sur la delinquance à Setif...! S’agit il de crimes par Habitant ou de nombre de crimes ? Parcequ’il ne faut pas oublier que Setif c’est 60 communes. En comparrant avec Constantine par exemple qui n’a que 12 communes, on voit bien que le rapport manque de précision. C’est sûr que Setif contient le nombre le plus elevé de Kafarjia mais, s’agissant de criminels, je ne crois pas qu’elle en contient plus que d’autre ville en terme de poucentage.
Commentaire n°66658 :
et si on commencait par le commencement. l education des jeunes et des moins jeunes. les injures et autres maux de la societe ne sont pas l apanage de la ville de setif. la ville se trouve etre un carrefour qui ramasse de partout. c est une ville ou il est facile de vivre et qui attire du monde. la bonne question est la suivante. qu a t on fait des generations de l independance. et pourquoi nos responsables se lavent les mains de tous ces maux sociaux. peut etre parce que ils ont autre choses a faire ou qu ils s en foutent tout simplement de la vie des citoyens que ns sommes. un jour viendra ou ce mal les touchera eux aussi.
wahrani :
comment la ville de setif capitale du nationalisme algerien. devenu capitale du crime en algerie ? (ya adjaba) allah yestor hed elwatan el azziz. merci

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus