Accueil > Evénements > Algérie >

Hammam Sokhna : Les travailleurs sans salaires depuis 6 mois

jeudi 27 janvier 2011, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

Plus d’une dizaine de travailleurs des ateliers du parc de la commune de Hammam Sokhna sont sans salaires depuis le mois de juin dernier. Une situation inextricable que vivent les travailleurs se compliquant avec le début de cette année marquée par la hausse des prix des denrées alimentaires.

Selon des travailleurs, plusieurs requêtes ont été adressées aux autorités locales mais en vain.

Selon des indiscrétions, certains travailleurs se sont même inscrits sur la liste de familles démunies pour bénéficier des aides accordées par l’état.

D’autres ne savent plus à quel saint se vouer. Enfin, nous avons appris que les travailleurs vont prendre contact avec l’Inspection du travail de la wilaya afin qu’elle intervenir auprès de l’administration locale.


Partager cet article :
11 commentaire(s) publié(s)
khelifa albeurri :
Salama 3alaikoum, Et pendant ce temps, leurs enfants, ils mangent des cailloux ? Il faut que ça péte une bonne fois pour toutes !!! Y en marre de ces guignols qui font la pluie et le beau temps comme bon leur semble. En France, si la paie est virée avec 2 jours de retard, on leur fait un scandale, et on peut retirer un acompte sans probléme, et des excuses nous sont faites.... Fi bled Mickey, 6 mois sans salaire c’est NORRRRRRRRRRRRRRRMMMMMMMMMMAAAAAAAAAAAALLLLLLLLLLLL !!!!!
Commentaire n°88709 :
1-2-3 viva algérie ! 99% aux élections ! Maak ya Djazaïr dhalima aw madhlouma !il faut accepter !
Commentaire n°88719 :
normal c’esr tout ce que nos jeunes ont retenu de la langue française pourtant si riche....Ils en paient le prix fort..
Commentaire n°88721 :
SVP Est-ce de vrais billets ou des faux ?Parce que on ne sait plus .....tout ce qui est rose n’est pas du fric...
pas fier du tout de mon pays :
Et pendant ce temps,leurs enfants à eux d’en haut,ils mangent des biftecks et des pizza au club des tchichis et se promènent en 4x4.Leurs parents se font payés à la pelle !!
Ammar :
je ne sais pas comment notre bled mrache.ya 153 milliards de dollar comme reserve est les salaries n,en pas reçu leurs salaire.c,est quoi sa ?
pas fier du tout de mon pays :
Si j’étais à leur place,je volerai de ce parc tout ce qui me tombe sur la main pour le vendre !Ouallah Hlal même si je ne suis pas un mufti
Commentaire n°88784 :
Ne savent plus à quel saint se vouer la formule est toute trouvée,c’est d’aller devant l’inspecteur du travail,le saint des saints mais on nous dit pas pourquoi il y a ce blocage d’autant que l’organisme est un service public.
amar :
la commune de hammam sokhna est en cours de negociation d’un partenariat avec une commune européenne ( comme la ville de setif) pour l’eclairage et le nettoyage de la commune ( autrement dit,invitation et hebergement de la delegation) ce qui explique le retard de paiement des ouvriers.
amar :
la commune de hammam sokhna est en cours de negociation d’un partenariat avec une commune européenne ( comme la ville de setif) pour l’eclairage et le nettoyage de la commune ( autrement dit,invitation et hebergement de la delegation) ce qui explique le retard de paiement des ouvriers.
Secateur :
Face a cette situation catastrophique, ou est l’UGTA ? N’est ce pas leur role de defendre les interets des travailleurs. Avec ce batiment futuriste qu’on vient d’eriger pour ces parasites, ils devraient avoir vue sur tout. C’est une situation alarmante que vivent ces travailleurs et qui risque de s’aggraver durant cette période marquée par la hausse des prix des denrées alimentaires. Il faut saisir toutes les instances syndicales et pourquoi pas le patron de la Centrale syndicale Sidi-Saïd d’intervenir pour la prise en charge des arriérés de salaire de ces travailleurs.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus