Accueil > Evénements > Algérie >

Feu vert pour les nouveaux salaires

mardi 18 septembre 2007, écrit par : Le Quotidien d’Oran, mis en ligne par : Nabil Foudi

Le président de la République a donné son feu vert pour les nouveaux salaires des fonctionnaires lors de la réunion du Conseil des ministres.

La décision a été prise par le Président après l’examen du dossier relatif à la classification et à la rémunération des fonctionnaires et agents publics et au dispositif juridique de mise en oeuvre. Au total, cinq projets de décrets présidentiels ont été examinés et approuvés lors de cette réunion : la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires, les modalités d’attribution de la bonification indiciaire aux titulaires de postes supérieurs dans les institutions et administrations publiques, modifiant et complétant le décret exécutif n° 90-228 du 25 juillet 1990 fixant le mode de rémunération applicable aux fonctionnaires et agents exerçant des fonctions supérieures de l’Etat, le régime indemnitaire des fonctionnaires et agents publics exerçant des fonctions supérieures de l’Etat et les modalités de recrutement des agents contractuels, leurs droits et obligations, les éléments constitutifs de leur rémunération et les règles relatives à leur gestion ainsi que le régime disciplinaire qui leur est applicable.

Aussi, le Conseil des ministres a examiné et approuvé le projet de loi relative aux conditions d’entrée, de séjour et de circulation des étrangers en Algérie. Il a aussi approuvé le projet de loi de finances pour 2008 qui introduit de nouvelles mesures fiscales et le maintien à un niveau élevé des investissements publics. Les mesures fiscales proposées sont principalement orientées en direction de la simplification des procédures fiscales, de la baisse de la pression fiscale, de l’encouragement de l’activité économique, du soutien à l’accès des ménages au logement et de la préservation de l’environnement. Dans ce cadre, il est prévu, par exemple, la révision du barème de l’IRG par le relèvement du revenu non imposable de 60.000 DA à 120.000 DA/an.

La simplification des procédures fiscales à travers la mise en place d’un régime au réel simplifié pour les contribuables dont le chiffre d’affaires se situe entre 3 à 10 millions de DA, l’encouragement des opérations de crédit bail par l’exclusion de l’assiette de calcul de l’impôt sur les bénéfices des plus values générées par la cession ou la rétrocession d’actifs, l’exemption de la taxe à la valeur ajoutée (TVA) pour les opérations d’acquisitions effectuées par les banques, les établissements financiers ainsi que la possibilité donnée à ces derniers d’aligner l’amortissement fiscal sur l’amortissement financier dans le cadre des opérations de crédit bail.Un renforcement de la lutte contre l’évasion fiscale et la contrefaçon, via de nouvelles règles de contrôle des prix de transfert entre les filiales et la société-mère, et la prohibition à l’importation et à l’exportation des marchandises contrefaites. Un encouragement de l’activité économique traduit par un soutien aux petites exploitations implantées dans le Sud (prise en charge de 50 % de la facture d’électricité), le soutien aux entreprises et établissements destructurés financièrement et la réduction du tarif douanier.

Des mesures spécifiques en direction des ménages ont été arrêtées : exemption des laits infantiles de la TVA, bonification des taux d’intérêt (jusqu’à 2 %) des prêts bancaires consentis pour la reconstruction des habitations en remplacement des chalets installés suite au séisme de 1980. La mesure touche aussi les prêts accordés aux fonctionnaires pour l’acquisition de logements.

Le Conseil des ministres a décidé de proroger de deux années la période moratoire pour l’interdiction de l’extraction des matériaux alluvionnaires nécessaires à l’approvisionnement des chantiers de construction qui arrive à expiration en septembre 2007. Il a approuvé le projet de loi modifiant et complétant la loi n° 98-06 du 27 juin 1998 fixant les règles générales relatives à l’aviation civile. Le Conseil des ministres a examiné et approuvé, le projet de décret présidentiel relatif à l’avenant n° 1 au contrat du 14 mars 2001 pour la recherche et l’exploitation d’hydrocarbures sur le périmètre dénommé Gara Tisselit (bloc 245 SUD) conclu à Alger le 30 juillet 2007 entre la société nationale Sonatrach et la société Rosneft Stroytransgaz Ltd. Il a examiné et approuvé des décisions individuelles relatives aux emplois supérieurs de l’Etat et a entendu une communication sur le marché de gré à gré attribué à l’entreprise Cosider relatif au projet d’étude et de réalisation du siège du Centre national de production et de gestion de la carte nationale d’identité.

Le Conseil s’est penché sur l’approvisionnement et la régulation du marché et la protection et la préservation du pouvoir d’achat. Le gouvernement a mis en place un mécanisme de suivi de l’évolution des tendances du marché, tant au plan interne qu’international, pour disposer d’éléments d’anticipation pour prendre les dispositions et correctifs permettant de faire face à toute situation. Le président de la République a demandé au gouvernement de poursuivre le développement de l’agriculture, avec comme objectif, la réduction progressive de notre dépendance alimentaire, notamment, en matière de produits de large consommation.


Partager cet article :
10 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°5813 :
messieurs et mesdames les fonctionaires, au travail maintenant !!! Vous êtes au service de la population ( c´est elle qui vous paie) et non l´inverse. Soyez honnêtes (pas voleurs et corrompus) et ayez du respect pour cette population !!!
Algerien :
Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. En réalité, l’augmentation des salaires ne dépassera guère les 20%. A titre d’exemple, dans le cas des universitaires, l’indemnité de sujestion spéciale ISS et l’indemnité complémentaire sur le revenu ICR, qui représentaient 50% du salaire de base.... sont intégrées dans ce dernier (nouvelle grille). Donc cette augmentation ne couvre même pas la montée en flèche des prix des produits de consommation !! Par comparaison à nos voisins (eux ils n’ont pas le pétrole !), le professeur algerien (grade le plus élevé) touche l’équivalent d’un assistant marocain (grade le plus bas). Sans commentaires !!!!!! Cette nouvelle grille n’est que de la poudre aux yeux. C’est un encouragement vers la fuites des cerveaux, non seulement vers l’étranger mais aussi locale vers d’autres secteurs plus porteurs (commerce,....). Lorsque la médiocrité est prise comme référence, il ne faut pas s’attendre à des résultats. Dans d’autres pays, la valorisation du travail est un (...)
aziz :
bonjour revendiquer l’augmentation des salaires c’est bien mais il faut aussi dévelloper le sens de l’honneteté et arréte de sortir du travail à cause pour m’importe quoi et on est des algériens et on se connait et on connait le systeme pourri et on arrete de dire : ma mere est malade.-je vais à la priere - je vais prendre un café avec un ami - ma femme va accoucher plusieurs fois par mois - je vais voir un medecin pour des congés de maladie de complaisance - ma belle mere est malade - de quitter le travail avant le temps..ect.. il faut avoir un salaire HALAL. Je pense etre musulman et honnete, il faut le faire et non pas le dire, ca c’est de HARRAM et MOUNAFEK. merci et saha ftourkoum Donc si vous dites
aures :
c’est vrai ce que vous dites que l’algerien n’est pas bien renumerer et que le cout de la vie est tres cher.....etc. on est tous d’accord.mais n’oublions pas une chose qui est tres importante ; ce qu’il y’a des droits et des devoirs envers notre pays,ils faut qu’on apprend a travailler correctement et servir nos citoyens et ameliorer la production( c’est un cercle vicieux pour le bien de tt le monde).si non il faut pas rever trop que la manne pétroliere ;ou le président va changer quelques choses dans notre vie ou redresser une economie , develloper ce cher pays tt seul.on est condamner a travailler nuit et jour .l’avenir c’est pour les gens qui ont le savoir faire.salam alikoum
Commentaire n°5827 :
Et oui l´Algérien, nos voisins n´ont pas le pétrole, mais ils sont sérieux au travail. Leurs économies marchent sans le pétrole, seulement avec leur travail. N´oubliez pas Mr. l´Agérien, nos universités sont classées dernières dans le monde !. C´est typiquement algérien : revendiquer beaucoup plus que l´on donne, et ceci dans tous les domaines (n´bi3ou ghali !!!). La fuite des cerveaux, ce n´est pas en premier lieu à cause des salaires, c´est plutôt l´ambition de faire quelquechose dans sa vie, ce qui n´est pas possible dans un environnenment aussi destructeur et démotiveur que celui de l´Algérie. La solution à tous les probèmes de l´Algérie : laisser le pétrole dans le sous-sol et ne partager que ce que l on a produit. Au moins nos enfants apprendront à travailler parce qu´ils nous verront travailer, n´est-ce pas (...)
Anis :
bonjour walah ça me fait plaisir de voir des gens qui pensent comme ça ils n’ont me laisser rien à dire que soyez honnetes et serrieux dans votre travail saha ftourkom
Algerien :
Nous ne sommes plus dans les années 70 (gestion socialiste des entreprises). A l’époque, on distribuait les bénifices aux travailleurs même si l’entreprise est déficitaire !! Personnellement, je ne revendique pas le partage de la manne pétrolière (richesse limité et NON RENOUVELABLE). Il doit être préservé pour les générations futures. Au contraire, la seule richesse durable est le TRAVAIL. La valorisation de ce dernier ne doit se faire que sur la base du critère MERITE qui dépend lui des compétences et du rendement de chacun. Dans chaque domaine ou secteur ce rendement peut être apprécié en qualité et en quantité. On doit apprendre à encourager le TRAVAILLEUR et sanctionner son opposé. Pour avancer, il faut tirer vers le haut et non vers le bas, on ne doit pas se tremper de repères !! En respectant ces principes de base, le reste viendra (...)

Réponse de Salah d’Alger :

Vous avez une vision macro du probléme , nous partageons votre façon de voire les choses, vous etes conscient, mais malheureusement le peuple n’a pas encore le niveau et les gens du systeme en profite !
Mus :
Mes chers compatriotes, Comme vous avez tous raison ! AMHA, il faudrait peut-être relativiser un peu. Certes cette révision des salaires n’intervient qu’après plusieurs décennies d’attente, certes elle ne touche que le public et ne comble pas, loin s’en faut, la cherté de la vie et l’augmentation du pouvoir d’achat. Mais notre pays n’est-il pas engagé dans un processus libéral irréversible et que nous n’en sommes qu’à son début ? Demain, le policier, comme l’hôpital et l’école, seront privés. Je crois que le bon choix stratégique serait de réduire le nombre de fonctionnaires, de bien les former et de les payer correctement. Saha Ramdankoum Un patron (algérien de France) social-libéral
A.M citoyen algérien :
Effectivement, je partage l’avis de MUS. Si vraiment on veut être bien payé et valorisé, il faut que tout le monde passe au tableau et voir ce qu’il y a dans sa cervelle.Arrêtz vos contestations inutiles car la loi de la nature ne permettant pas de recevoir beacoup plus qu’on donne, mes frères soyez logique. Par exemple la terre ne peut pas donner plus si on récolte pas plus. Aujourd’hui le monde est devenu sans frontière sur lequel la mondialisation est implantée par tout avec la concurrence déloyale et rude, le vainqueur survevra et le plus faibe disparaitra, donc nous devons se préparer à l’avenir pour se faire valoriser par nos compétances et le savoir faire.Actuellemnt la téchnologie avance d’un pas de géant et celui qui ne suit pas cette vitesse, il va (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus