Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Transport urbain à Sétif : Le grand cafouillage

samedi 20 octobre 2007, écrit par : F. Senoussaoui, Liberté, mis en ligne par : Boutebna N.

En dépit des efforts de la direction des transports et le parc important dont dispose la wilaya de Sétif, l’organisation de ce secteur stratégique est loin de répondre aux attentes des usagers, las d’attendre un nouveau plan de circulation.

En effet, une réorganisation de cette activité s’impose, afin d’améliorer les prestations et mieux servir les usagers, souvent, obligés de prendre leur mal en patience. Selon les dernières statistiques, Sétif compte 2 344 véhicules de transport de voyageurs. Le nombre de licences attribuées dépasse, quant à lui, les 2 755 et le nombre de licences exploitées est de 2 283 répartis sur tout le territoire d’une wilaya qui, faut-il le souligner, compte plus de 1,5 million d’habitants et pas moins de 3 470 kilomètres de routes, à savoir les RN 9, 5, 28, 77 et 75.
Le transport urbain compte à lui seul 34 lignes exploitées sur trois périmètres urbains : El Eulma, Sétif et Bougâa.

Cependant, plusieurs autres lignes restent inexploitées, car elles ont été enregistrées, selon les responsables de la direction des transports, sans étude préalable. Une situation qui risque de durer dans le temps, puisque le wali de Sétif a affirmé, lors d’une récente sortie sur le terrain, que le nouveau plan de circulation ne sera pas opérationnel avant la fin des travaux de réalisation des nouveaux axes routiers, trémies, échangeurs et, bien évidemment, le lancement des travaux du tramway. “Il est illogique, voire absurde, de parler d’un nouveau plan de circulation avant la réception de ces projets structurants. Des projets qui mettront un terme à l’anarchie qui caractérise ce secteur”, précise-t-il.
Dans le même contexte, la qualité des moyens de transport urbain dont dispose la wilaya de Sétif laisse à désirer.
En effet, même si la direction des transports a exigé le renouvellement du parc, estimé à plus de 500 véhicules, le citoyen est loin d’être satisfait car les bus utilisés jusque-là sont qualifiés “d’objets roulants non identifiés” et un danger pour les usagers, sans parler du confort. Les statistiques sont plus que révélateurs : 88 places pour 1 000 habitants au chef-lieu de wilaya.

Par ailleurs, le secteur du transport, où les lignes relient les 60 communes et 20 daïras au chef-lieu de wilaya, compte respectivement plus de 765 bus, avec une capacité de 16 514 places et 838 bus avec 23 745 places. Les lignes de wilaya ont, quant à elles, connu une baisse de 3,48% en 2006. Ce sont les résultats d’une opération menée par la wilaya qui vise à assainir le parc de transport urbain et qui, rappelons-le, s’inscrit dans une nouvelle politique nationale.

Actuellement, les services de la direction habilitée à délivrer les licences n’octroient d’agréments que si le bus est neuf. Cependant, il est difficile de convaincre les transporteurs de la nécessité de renouveler le parc. L’annonce d’une nouvelle régie de transport urbain avec une flotte d’une cinquantaine de bus n’a pas été bien accueillie. Les transporteurs ont, aussi, annoncé une grève pour dénoncer cet état de fait.


Partager cet article :
13 commentaire(s) publié(s)
Ahmédée :
La pénurie des moyens de transport n’est pas en cause mais certainement leur répartition inégale sur le territoire de la wilaya, la vétusté des engins polluants ainsi que l’absence d’un plan de circulation pour réguler le trafic. Quelles normes sont imposées aux transporteurs propriétaires de ces tas de ferraille ? Cette information est à relier avec l’augmentation record à Sétif des maladies respiratoires dont l’une des causes est la pollution atmosphérique générée par l’ensemble des tacots en service. Le lecteur serait intéressé à comprendre le dilemme et la crise qui menace le transport privé qui refuse de s’appliquer quelques règles de bonne conduite. Intervenir sur une situation afin de la corriger, comme veulent s’y employer les autorités, a fatalement des répercussions sur un groupe l’obligeant à réviser sa pratique. Il peut etre accompagné. Quant à faire grève, ça gêne qui ? C’est même une très bonne (...)
Commentaire n°6355 :
ENGINS POLLUANTS OUI , INSECURITE DANS CES CARAVNES OUI , TRES MALS REPARTIS OUI . TOUT CELA C’EST DE L’INCOMPETENCE AUX NIVEAUX DE LA DIRECTION DES TRANSPORTS A LA WILAYA CHEF LIEU . MERCI
Ahmed :
Le transport urbain de la région est une vrai catastrophe, liée au nombre de bus-poubelles qui circule, à un manque d’un plan cohérent de circulation urbaine et inter-urbaine, bref à un développement urbain massive et anarchique, Sétif au jour d’aujourd’hui n’a pas de plan directeur. Prenant le facteur écologique : Les transports à Sétif, sont responsables du quart des émissions de gaz à effet de serre. Si nos moyens de transport sont accusés d’effet de serre, réduire la vitesse, peut être un remède, parmi tant d’autres, au réchauffement. Si, demain, la vitesse maximale doit être ramenée de 130 à 120 km/h sur la future autoroute et de 80 km/h sur voies rapides, « l’économie » en émission de CO2 serait de plusiers milliers de tonnes... Pour le transport urbain les bus-poubelles doivent cesser de circuler, des couloirs de bus sont nécessaires pour faciliter le transport en commun, le tramway doit être mis en circulation le plutôt possible avec un doublement des kilomètres de tramways et de couloirs de bus, (...)
bilal :
plus vite il y aura le tram voire même 2 lignes de tram indépendante l’une de l’autre exemple 1 qui traverserai sétif d’est en ouest et une autre du nord au sud et plus vite on résolura ce problème qui enfin espéront le anéantira ces vieux tacots qui pollue la ville.
salim :
la question à poser aux responsables(pourris par la corruption) qui gèrent le transport urbain à sétif. comment ce fait-il que de vieux engins polluants pour reprendre le même terme que mon consitoyen, circulent toujours à sétif ,bienqu’on sait que leurs propriétaire gagnent trés bien leurs vies et pourquoi on leur exigent pas d’utiliserde nouveaux bus .Je ne rentre pas dans les détails car je sais que c’est un milieu tellement pourri que ça m’ecoeure rien que d’y penser .Je sais que le problème et au niveau des résponsable qui n’ose pas frapper dans la fourmilière pour protéger leurs business.
le miroir :
C’est à la direction du transport qui leur revient la première responsabilité. On n’oubliera jamais comment les licences ont été attribuées et à qui. Pour résoudre ce problème, demander d’abord des comptes à ses résponsables qu’aucun sétifien d’origine ne pourra leur pardonner. Heureusement il y a la mort, et toute personne sera jugée sur ses faits.
Boutamra :
C’est l’INCOMPETANCE CARACTERISEE associée à une corruption qui mène vers cet état de deliquescence des transports de Sétif. Comment peut on expliquer que ces vieux tacots qui polluent plus qu’une usine ( savez vous que des particules lachées par les pots d’échapement dues à la mauvaise combustion du diesel sont hautement cancérigénes. C’est du poison qui est laché par leur pots d’échapement) ont ils pu obtenir leurs certificats de contrôle ? alors qu’à vue d’oeil on voit qu’ils sont à reformer. Aucun pays qui se respecte et qui respecte ses citoyens ne permettrait à de tels empoisonneurs de circuler . Mais tout est possible au pays des mouadjizates. De toutes les manières la facture nous la payerons tôt ou tard par un nombre croisant de cancers, d’asthme et de morts sur les routes.Arretons dès à présent le massacre (...)
Commentaire n°6378 :
oh reveillez vous mes freres vous etes en algerie alors arretez. nabil

Réponse de YACINE :

JE SAIT QUE JE SUIS EN ALGERIE .MAIS LE PROBELEMME QUI SE POSE MAITENANT C’EST IA VILLE DE SETIF ET LES CITOYENES EUX MEME ..ABSENCE DE CONSCIENCE. ET DE SENSIBILISATION..................
Sofiane13 :
Bonjour a tous ce qui m’étonne c que personne n’a propose de solution je vous pose la question comment faire pour régler le problème ou plutôt les problèmes, on vire tous les responsables du transport et après, le problème c n’est pas que les responsable c aussi les gens qui monopolise le transport a Sétif des moins que rien des illettrés dans la plupart des cas leurs bus refaite bien leur niveau d’instruction sal polluant dangereux…. On devrait faire preuve de responsabilité et de civisme avant de pouvoir conduire, ou gérer une ligne
Commentaire n°6445 :
vraiment c’est avec une grande peine d’affirmer que la plupart des gens qui monopolisent ce secteur y compris chauffeurs ; receveurs...sont des gens qui n’ont aucun niveau d’instruction , impolis,agressifs,et la liste est longue....mais ici je tiens a signaler aussi la complicite du citoyen qui ne reclame jamais ses droit d’etre respecter...tout ce qu’on peut dire c’est l’anarchie totale...et personne ne peut la changer tant que les responsables du secteur sont des gens de cheepa .......
mus1916 :
Mes amis il faut que l’administration crée la Régie des transports de Sétif à l’image de l’ETUSA ex-RSTA d’Alger ,meme à Paris(Une des plus grande Cité du Capitalisme) la Régie des transports éxiste (RATP), Sétif n’est pas plus royaliste que les Rois, celà va créer des emplois et desserrer le chantage qu’éxercent les privés sur le citoyen. Cette entreprise servira de guide et de modéle aux transporteurs privés.Elle sera au service exclusif du citoyen par le respect des normes fixées par les lois (respect du service public, respect des horaires, respect des arrets, régularité etc...).les privés n’auront qu’un choix suivre ou disparaitre,mais les autorités doivent rester ferme et ne pas céder au chantage de la gréve c’est celà également un ETAT de DROIT (DEFENDRE LES DROITS DU CITOYEN), parce qu’il paye en monnaie sonnante et trébuchante et faire abstaction des soit-disants problèmes sociaux des entrepreneurs privés,qui doivent assumer leurs responsabilités et respecter le cahier de charges qui fixent leurs (...)
M.A citoyen :
D’aprés cet article, il n’y a aucune preuve d’urbanité en matière du transport. Le privé en Algérie n’a jamais donnée un résultat satisfaisant, pourquoi ? Parceque l’essentiel pour lui cherche à remplir ses poches par n’importe quel moyen (( La fin justifée les moyens)). Ce privé veut travailler et gérer ces affaires dans un climat anarchie là où il n’y a pas l’organisation du tout, il ne veut pas se faire contrôler par quiconque. En revanche, l’état doit s’imposer cette régie de transport avec une flotte bien déterminée si on veut mettre fin à cet état de l’anarchie qui règne presque à toutes les Wilays d’ALGERIE. Actuellement les véhicules qui roulent pour le transport des citoyens n’ont ni commodité ni confort mais en réalité c’est des cercueils ambulants pour pour les pauvres citoyens. Le parc roulant de l’Automobile de l’Algérie laisse à désirer et les statistiques effectuées concernat les accidents au niveau de la route peuvent témoigner ça. Aussi il y’a lieu de signaler qu’il faut jamais de vendre la peau de (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus