Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Un pôle universitaire en devenir

samedi 5 janvier 2008, écrit par : Info Soir, mis en ligne par : Boutebna N.

Les projets en cours de réalisation au niveau des deux pôles universitaires de Sétif ont permis la création de 1 817 postes de travail.

Le secteur de l’enseignement supérieur a enregistré en 2007 dans la wilaya de Sétif, un bond remarquable à la faveur notamment de la livraison de plusieurs réalisations permettant à la capitale des Hauts-Plateaux de figurer parmi les plus grandes villes universitaires du pays.

Le secteur vient ainsi grâce aux différents programmes de développement consentis pour la wilaya, de porter sa capacité d’accueil à 50 000 places pédagogiques, contre 40 000 en 2006. C’est surtout au niveau du second pôle d’El-Bez (à l’ouest de la ville) que l’effort est le plus important avec la réception d’infrastructures pour les étudiants en sciences, lettres et sciences sociales. Ces nouvelles réalisations, financées à hauteur de 1,6 milliard de dinars, comportent 12 amphithéâtres, 58 salles de cours, 14 laboratoires, 2 salles polyvalentes, 2 autres pour l’informatique et 1 bibliothèque centrale. L’année 2007 a également été marquée par l’inauguration du nouveau siège du rectorat dont les travaux ont nécessité 325 millions de dinars, ainsi que d’un grand auditorium de 600 places. S’agissant de l’hébergement, une résidence universitaire de 2 500 lits et un restaurant de 500 couverts ont été également réceptionnés sur le même site d’El-Bez durant l’année écoulée. Le troisième pôle universitaire de Sétif, en construction à l’Est de la ville a vu, de son côté, le lancement de nombreuses infrastructures dont 10 000 nouvelles places pédagogiques pour les étudiants en lettres, langues étrangères, sciences humaines et sociales, sciences de l’information et de la communication, ainsi qu’en électronique. Sept résidences universitaires totalisant 14 000 lits complètent les projets lancés au niveau du troisième pôle qui a nécessité une enveloppe de 6,6 milliards de dinars et dont la réception est prévue au début de la prochaine rentrée universitaire. Selon les responsables locaux du secteur, les projets en cours de réalisation au niveau des deux pôles universitaires de Sétif ont permis la création de 1 817 postes de travail et permettront d’améliorer les capacités et conditions d’accueil des étudiants, notamment ceux des wilayas limitrophes (Béjaïa, Bordj Bou-Arréridj, Mila et M’sila). L’année universitaire 2006-2007 avait été marquée, dans la wilaya de Sétif, par la remise de 5 500 diplômes en graduation dans les différentes filières, tandis que 130 étudiants avaient soutenu des thèses de magistère et 39 autres des mémoires de doctorat d’Etat. Quinze encadreurs pédagogiques avaient été également promus en 2007 au grade de professeur d’enseignement supérieur, rappelle-t-on.

R. L. /Agences


Partager cet article :
17 commentaire(s) publié(s)
H H CANADA :
LE NIVEAU DE LA FORMATION EST A PRENDRE EN CONSIDERATION EN URGENCE ET DANS SA TOTALITE MERCI

Réponse de la conscience :

excellent ! j’adhère entierement à votre appel. mais s’il vous plait CANADA avez vous des propositions concrètes dans ce sens.

Réponse de tafet19 :

Comment l’élever avec des gens qui foutent le camp à chaque fois qu’ils arrivent à en etre utils.? Dites vous comment on pourrait y contribuer.Nous avons bien conscience que si l’Algerie n’a pas disparu ,c’est grace à ces enfants mais pas de tous ses enfants.Ceux qui vivent à l’étranger doivent apporter leur pierre à notre maison Algerie au lieu de se morfondre ou d’observer passivement la decreptitude de beaucoups de secteurs et notamment celui de l’enseignement superieur qui, il n’y a pas si longtemps ,était une reference dans le monde.Pourquoi sont-ils partis ,c’est une autre question.L’Urgence serait de s’inserrer dans un chainon ou une organsation à meme d’asssuer la fourniture d’un apport à l’essort et l’elevation du niveau des étuiants surtout qui jonclent pour l’instant entre les differentes options et les choix de ces enseignements qui ne les qulifient pas souvent dans leur future vie active.Ou comment parainer un ou deux étudiant ? en leurs fournissant conseils,orientation,assistance et (...)

Réponse de Adl :

AVANT DE DIRE QLQ CHOSE POSEZ VOUS LA QUESTION : QU’AVEZ VOUS FAIT VOUS !!!! POUR AIDER VOTRE PAYS OU AMLIOREZ LE NIVEAU , C FACILE D’OUVRIR SA BOUCHE DE LOIN et merci pour le pay qui vous a donnee ou vous a aide pour le 1er pat salam adel (rennes france )

Réponse de Halim :

Le dicton dit : -les absents ont toujours tort-. Alors, circulez y a rien à voir, autrement dit, vos avis ne servent plus à rien devant ceux qui émanent des présents, ceux qui endurent la réalité quotidienne

Réponse de tafet19 :

Ami Halim,ton jugement est un peu sévère,ce n’est pas de gaité de coeur que parfois on vit l’exil, loin des siens , de sa terre natale ou de son pays.Nous sommes tous quelque peu redevables.Ceux d’ici ou d’ailleurs.Avec l’outils formidable qu’est internet ,les rapprochements et les contributions sont plus aisés.j’en connais qui s’y consacrent corps et ames .Il faut juste penser et mettre en place un systeme à meme de prendre en charge ces preocupations et de les traduire dans les faits au benefice de tous.Les dures realités que nous vivons ,sont sans doute perçues dans toutes leurs étendues par ceux qui sont loins car, tout comme nous ,leurs racines baignent ici et nul ne saura me dementir pour affirmer que cet éloignement est encore plus dur .La solidarité quoi.Pour ma part,je salue tous ceux qui sont loins du pays en leur disant que leurs avis sont les biens venus car plusieurs experiences valent mieux (...)
DEGOU :
JE VOUS ASSURE QUE JE ME SUIS PROMENAIS,DISCUTER,ET ECHANGER PAS MALS D IDEES AVEC DES GENS SUR LA WILLAYA DE SETIF CROYER MOI JE N AIS A AUCUN MOMENT PENSER QUE CETTE VILE D ALGERIE AVAIT AUTANT DUNIVERSSITES ET DE LYCES JE PENSER QUE J AVAIS A FAIRE A DES GENS ILLITRES D UN AUTRE MONDE ;VU,LEURS FACON DE CONDUIRE,DE TRAVERSSER LES CHAUSSEES,LEURS TENUES,ET J EN PASSE SI IL Y A AUTAN DETUDIANTS ET D NTELLECTUELS OU SONT PASSES LES NON INTELLIGENTS LES RUREAUX ET LES SIMPLE CITOYENS ??????
staifi de lyon :
bonne anneé ya kahla ,bonne année a tous les setifiens en general, et les bennani en particulier
les miroirs devraient reflechir avant de reflechir :
on fait que compter et d’ailleurs dans tous les domaines meme maccabre jusqu’a quand on doit s’interesser a la qualite vous dites professeurs combien de livres ont’ils ecris qu’elle est leur contribution au sein de l’universite sans aller au dela .saissons s’ils vous plai de compter
Halim Benyelles :
Il est toujours aisé d’avancer des chiffres en milliers de millierds, comme vous l’aviez si bien fait, mais essayez quand même d’évaluer le volet pédagogique inhérent au degré de compétence des étudiants formés et les moyens mis en oeuvre pour leur formation. En sus de la qualité de l’encadrement des futurs journalistes, à titre d’ex vérifiez si le département dispose d’ordinateurs.
imad de L’ism de setif :
comment ausé parlé des infrastructures alor que le niveu reste a disiré ; on prle par example de la faculté de medecine de setif ou deja on etudie dan des condition lamentable meme pas un amphi et san oublié des proph qui sont audessou de la moyenne dans leur apretissage ni stage ni cour bien élucidé dans ce cas il vaut mieu fermé ces facultés
Expert comptable... :
Continuez à compter les différents troupeaux : d’étudiants et d’enseignants, comptez les places,comptez les dépenses et passez à coté du plus important : le coté pédagogique et scientifique qui souffrent sous le joug des médiocres qui s’érrigent en maîtres. Comptez plutôt les jours férriers et les mois de vacances, comptez le nombre de livres que lit un enseignant en moyenne par an, comptez le nombre de livres que lit un étudiant par an en moyenne, comptez le nombre de reçus par an qui ne fait que s’accroître refléttant sans doute le niveau qui ne fait que s’améliorer sic...comptez le nombre de CP, comptez le nombre de conférences qu’animent nos éminent professeurs par an, comptez le nombre de manifestations scientifiques qu’organisent nos laboratoires de recherche, comptez le nombre de voyages dont bénificient nos grands chercheurs, comptez le nombre de recherches émanant de ces grandes structures, 39 doctorats d’état quelle honte, un champs de pommes de terre, une usine de gaufrettes...comptez mais comptez (...)

Réponse de aide expert comptable :

ahdag mdag lkhamsine bousekcine ...jusqu’a l’infini on continuera a compter et tourner en rond et le resultat est toujours le meme -o- dire que c’est un chiffre invente par les arabes
Ce n’est pas important :
Tout a fait monsieur Imad de l’ISM de Setif. Le seul probleme est qu’on devrait commencer par des gens comme toi. Wallah c’est un desastre ! ou plutot un malheur d’avoir des etudiants qui maitrisent la langue de Moliere comme tu le fais. C’est malheureux
Commentaire n°8717 :
Salam Aleikoum, Tous ces efforts considérables qui ne font que le bonheur que des « entrepreneurs » et les affairistes dans le batiment ne servent absolument à rien si ce n’est à la gabégie économique et ne peuvent etre, selon moi, considérés comme des investissements. Je m’explique : Quel le secteur en Algérie actuellement qui fait appel à l’université pour résoudre ses problemes. Aucun. Tout est importé de l’étranger y compris la patate pourris. Alors messieurs les responsables de ces programmes souvent onereux, sachez que que vous n’etes là que pour les deux raisons suivantes : 1/ Pour saboter le Pays et veiller sur son sous dev. jusqu’à... 2/ Ou parceque vous n’avez absolument rien à voir avec les postes que vous occupez. Il est impossible que ça ne soit pas l’un ou l’autre des deux cas. Je ne comprends pas pourquoi on dépense autant d’argent pour un secteur dont beaucoup de « hauts responsables » pensent qu’il ne sert à rien. Pour ceux qui se rappellent, une fois un ministre, et il est tj ministre, a dit (...)
Walid 69 :
Bonjour’ je trouve remarquable qu’on parle de l’université algérienne mais avant de commencer de parler de cette institution, dans un souci de clarification, il me semble indispensable de dire ce que une université ? en effet, dans les démarches scientifiques et de recherche la premiére étape avec laquelle il faut commencer est : la définition du sujet. dans le monde entier et plus particulèrement dans les pays qui se respectent on définit l’université comme : un lieu où on dispense le savoir et où de surcroit on crée le savoir à partir de là on comprend très bien que l’université se ne sont pas des batiments ou des salles de d’enseignement. l’université c’est la recherche et la création scientifique une mission que, hélas, les universités algériennes n’assurent plus pour de multiples raisons parmi lesquelles :manque considérable de professeurs compétents, une politique de la recherche quasi absente, manque de valorisation flagrand des diplomes et enfin la matérialisation sauvage de la socièté algérienne et (...)
Hdeg Mdeg Zdeg :
Bonjour à tous et à toute, Ce qui est très remarquable ici, c’est que l’Etat a dépensée des milliards de Dinars pour mettre en place des infrastructures afin de résoudre les problèmes liés aux étudiants par contre ceux liés aux enseignants ne le sont pas notamment le coté social (logements, salaires etc.)…………………………

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus