Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Lutte contre le travail des enfants à Sétif

Une journée de sensibilisation
samedi 21 juin 2008, écrit par : I. S. Le Soir d’Algérie, mis en ligne par : Boutebna N.

l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants célébrée le 12 juin de chaque année, l’Etablissement public de santé de proximité de Sétif (EPSP) a organisé, mercredi dernier, sous l’égide de la direction de la santé et de la population, une journée d’information et de sensibilisation sur la prévention et la lutte contre le travail des enfants.

La rencontre a eu lieu au niveau de la maison de jeunes du 11 Décembre 1960 de Sétif. Plusieurs interventions, ayant trait à la sensibilisation, ont été programmées durant cette journées, et ont porté sur le thème de l’édition 2008 de la Journée mondiale contre le travail des enfants, une journée instituée en 2002 et a pour objectif principal de mieux faire connaître le problème du travail des enfants en vue de réfléchir sur les stratégies mises en œuvre pour éradiquer le phénomène. Intitulé « L’éducation est la bonne réponse au travail des enfants », ce thème a été jugé « pertinent » par les différents intervenants. « Ce thème est très important en ce sens que le travail des enfants, un phénomène qui perdure dans les pays en voie de développement comme le nôtre, laisse peu de place à la formation des enfants à l’école. Avec un âge compris entre 5 et 14 ans, les enfants victimes exercent dans plusieurs domaines d’activité et travaillent dans des conditions exécrables qui nuisent à leur santé », ont-ils laissé entendre dans leurs exposés. Après avoir défini l’éducation et fait son historique, les conférenciers se sont appesanti sur le rôle de l’éducation dans la lutte contre les pires formes de travail des enfants. Il ressort, en ce qui concerne cette dernière partie de l’exposé, que la réforme du système éducatif en cours en Algérie pourrait contribuer à lutter efficacement contre le travail des enfants. Cette réforme qui vise « la réalisation de l’éducation pour tous afin de satisfaire aux besoins de développement socioéconomique et culturel de l’Algérie » a des atouts dans ce sens. La gratuité de l’éducation, l’obligation scolaire et la promotion des filières professionnalisantes sont des moyens à mettre à l’actif de la réforme du système éducatif et qui peuvent contribuer à lutter contre le travail des enfants. Un phénomène mondial (environ 250 millions travaillent précocement dans le monde !). L’aspect législatif de la lutte contre le travail des enfants a quant à lui mis en exergue les normes qui régissent le travail des enfants au plan international et national. Au niveau international, on note les conventions 138 et 182 de l’Organisation internationale du travail (OIT) ratifiées par bon nombre de pays, la convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant et la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant adoptée en 1990. Dans l’ensemble, ces textes réglementaires garantissent aux enfants de moins de 18 ans, une protection qui s’attaque à toutes les formes d’esclavage, au trafic et aux travaux dégradants. « Les éventuels contrevenants à ces textes s’exposent à des sanctions pénales et civiles », a rappelé M. Boudour, inspecteur du travail.


Partager cet article :
6 commentaire(s) publié(s)
staifi/nocéen :
Il faudrait pour cela que leurs parents aient déjà un emploi . L’échec scolaire , la pauvreté , la misère qui s’est installée et qui augmente chaque jour , occasionnera des laissés-pour-compte , que nul séminaire , colloque ou conférence résoudra. Voir des enfants de 5 à 10 ans jouer à des heures tardives n’est qu’un aspect de la démission des parents et l’égarement de ces chérubins. Notre société manque de repères , de responsabilités ,de projets et aussi de perspectives et ces constats de démagogues à la gomme , me confortent dans mes convictions . Nous avons écarté et foulé à nos pieds des valeurs ancestrales et nous en payons le prix actuellement. Cordialement .
Commentaire n°15687 :
LE SMIC DOIT ETRE D’AU MOIN 30 000 DINARS .
ESS :
il faut sensibiliser les parents
yas :
si on veut ke nous enfants travail pas, il vedra faire de projet de travail pour les parents et les étudent qui se trovent a la rue et ils sont luer déplome pour rien. et alors les enfants ne penserent pas à travails pour nourrire sa familles. PS : pour quoi il n’y a pas des ecole apartire de 3 ans.
Madame X :
Journée organisée pour qui ?Dans quel but ?pour quels résultats ?Est ce que les concernés (parents et employeurs d’enfants)étaient présents pour être sensibilisés ?Y a t-il eu évaluation de cette journée ?c’est pour vous dire que si on continue à organiser journées,colloques ou autre ,pour marquer le coup,rien ne changera.
STAIFI :
Bonjour, Les enfants travaillent dans le monde entier, avec la bénédiction des parents et des autorités et ils continueront à le faire. Mais si les adultes se mobilisaient pour faire front contre ce fléau, il y aura qlq chose (souvenez-vous de l’affaire de Nike en Chine et ses répercussions aux USA !Il y a aussi bcp d’autres exemples). Une des solutions très réaliste est une prise de conscience de la société dont l’élément déclencheur est le mouvement associatif. Le personnel retraité inactif peut être d’un très grand apport, il suffit de lui faire signe et de lui montrer qu’il a encore un rôle à jouer dans la société pour former la génération de demain : il peut prendre en charge ces enfants quitte à les organiser de façon à ce qu’ils aient une activité professionnelle encadrée par des adultes de façon à générer une rente pour satisfaire en partie les besoins des parents. La législation doit aussi s’adapter à la réalité et non se murer et pondre ou suivre des lois et règles qui ne s’appliquent pas du tout à (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus