Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Théâtre professionnel à Sétif

Le monologue hors compétition
lundi 4 juillet 2005, écrit par : Nedj

Avec l’entrée en lice des théâtres régionaux, la compétition prend d’autres dimensions au bonheur d’un public avide d’activité artistique d’un certain niveau.

Avant de revenir sur les représentations qui égayent les journées et soirées caniculaires de la capitale des Hauts-Plateaux, on apprend que le théâtre de Sétif sera, à l’instar de ceux de Tizi Ouzou et Souk Ahras, érigé en théâtre régional. La nouvelle qui s’est répandue telle une traînée de poudre a fait plaisir aux Sétifiens qui ont le théâtre dans le sang. Les planches vibrent au rythme des pièces Taiha de Batna, La charogne de Sétif et Tamza de Annaba. Constituée de nombreux lettrés, la très demandée troupe des Aurès a subjugué le public qui s’est marré. L’histoire du faux inspecteur envoyé en mission pour évaluer l’état des lieux, racontée sur un style comique, a mis à nu la crainte des incompétents et leur improvisation à la moindre alerte, annonçant la descente d’une équipe d’inspection. La charogne, qui est une adaptation du Syrien Sadallah Ouanous, est une pièce superbement interprétée par Farès Boussada, Faycel Douag et Abdelmalek Boussahel. Ce trio expose l’aventure de deux mendiants SDF qui squattent le trottoir de l’émir Abderachid. L’un des SDF rend l’âme, le policier qui s’en rend compte tente d’éloigner le cadavre loin du palais royal, en vain. Abderachid qui est mis au parfum tente à travers une macabre vente aux enchères de faire de ce corps inanimé le repas de son chien. Ce mélodrame, qui a impliqué malgré lui un public attentif, a obtenu une belle ovation. La troupe du théâtre régional Azzedine Medjoubi de Annaba a été une fois de plus égale à elle-même. Tamza ou l’ogresse, représentant le mal et la faiblesse que la société véhicule sans l’effort escompté, a été magnifiquement interprétée par des professionnels au sens noble du terme. En marge de ce festival qui a connu son premier accroc avec le monologue qui vient d’être exclu de la compétition, le wali de Sétif, qui a par cette importante rencontre donné un coup de fouet à l’activité culturelle en berne des années durant, a, lors d’un dîner organisé dimanche en l’honneur des représentants des troupes participantes, offert un symbolique présent au célèbre comédien Saïd Hilmi qui a fortement apprécié le geste.

Beniaiche Kamel, Source : El Watan


Partager cet article :

Suite à un probleme technique, l'option des commentaires a été desactivée. Veuillez nous en excuser

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus