Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Quartier populaire Yahiaoui ou Tandja : Circulation en débandade

dimanche 28 septembre 2008, écrit par : M. Ben Mohamed, El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

a cité Yahiaoui, Tandja pour les intimes, est parmi les plus vieux quartiers populaires de la ville de Sétif et parmi ceux qui comptent le plus grand nombre d’habitants. C’est aussi l’un des rares qui conserve le style de construction et le mode de vie de l’ancien Sétif, dont les rassemblements et rencontres entre voisins.

Le principal lieu de ces rencontres est l’artère principale qui traverse le quartier, l’avenue Zaâbat Ramdane (plus connue chez les Sétifiens sous le nom de Route de Sillégue). Cet axe représente une issue pour les habitants des nombreuses ruelles étroites de Tandja, le tiers de la population de Sétif. Ce qui en fait un lieu de rencontres de la jeunesse locale. Seulement, comme Tandja est en train de perdre ses spécificités, ces sorties ont perdu leur saveur d’antan. La circulation sur cette voie devient impossible, au vu du grand nombre de véhicules qui l’empruntent à toutes les heures de la journée. Ces bouchons sont la cause de désagréments quotidiens aux habitants, surtout ceux qui ont pignon sur rue, le long de cette voie et sur la longue distance entre Souk El Asr (ouest) et l’horloge de la cité des 1006 logements.

Ces encombrements ne sont ni occasionnels, ni dus au Ramadhan, mais une caractéristique de la Route de Sillègue, à longueur d’année, ils sont le fait d’une forte concentration de bus du transport urbain, qui encombrent et entravent la circulation durant de longues heures. Les bus des lignes 2 et 3 et ETUS 103 desservent des zones à forte concentration d’habitants et aussi de nouvelles zones d’habitations, telles El Hidhab et Ain Mouss. La circulation à sens unique sur cet axe important n’a, en rien, réglé la situation. Les propriétaires des bus urbains sont la principale cause de ces bouchons, qui ne respectent pas les arrêts qui leurs sont destinés, ni les horaires de stationnement.

L’absence de contrôle et de suivi encourage ce comportement irrespectueux de toute loi et ce malgré la proximité du 3éme arrondissement de la sûreté nationale et du groupement de gendarmerie. Les automobilistes sont eux aussi partie prenante dans cette anarchie, eux non plus n’ont aucun respect du code de la route et ils gênent, souvent, la fluidité de la circulation pour plus d’une demi-heure en s’arrêtant au milieu de la chaussée. Tous ces désagréments ont poussé beaucoup de citoyens à abandonner les transports en commun pour une bonne marche à pied. Le danger que représente les autobus, surtout les tas de ferraille roulants qui datent, pour la plupart, des années 1980, se répercute non seulement sur les voyageurs, mais aussi sur la santé du citoyen et sur l’environnement.

Il convient de signaler la forte présence le long de l’avenue Zaâbat Ramdane de commerces en tous genres : légumes, épiceries, cafés, restaurants, boucheries… Les marchandises sont arrosées le long de la journée par les gaz d’échappement des milliers de véhicules empruntant cette route. Les commerçants, eux aussi, ont une grande partie de responsabilité dans cette situation, ils se sont accaparés les trottoirs pour exposer leurs marchandises et poussent ainsi les piétons à utiliser la chaussée, exposant ceux-là, ainsi, perpétuellement au danger de la route.


Partager cet article :
13 commentaire(s) publié(s)
Djamel de 1006 :
En dit à Sétif =Tandja Wilaya=

Réponse de meada un enfant de tanja :

pour moi tandja c’est un patrimoine non pas setifienne mais national il faut que les résponsables prennent soin d’elle

Réponse :

On dit bien quelque part TANDJA EL KHAMDJA ;
daudet :
salem ailaikoum le probléme s’étant malheureusement non pas que a tandja mais dans la plupart des ruelles de sétif on voit de plus en plus de stand sauvage déballant devant les mosquées carrement sur la route les policiers eux méme faisant leurs achats cela prouve que l’interdit et rentré dans le normale comme dans beaucoups de choses l’état doit étre radical ou reconstruire les chaussés avec trente métre de large pour que chacun s’y retrouve
Commentaire n°17639 :
IL FAUT TOUT DEMOLIR CE NEO-VIEUX CARTIER SANS AUCUN CHARME NI VIE HUMAINE .
malek :
bonjour , En parcourant cet article on a l’impression que l’auteur est soit habitant de la région , soit il a promit à l’un de ses amis habitants de la rue de la rue de SILLEGUE de le faire un article , bref ! En tout état de cause , il a soulevé un point qui nuit gravement à la santé de notre ville et qui est l’espace publique qui est carrément accaparé par les pseudo-commerçants et ce , non pas seulement dans les rues de Tandja mais pratiquement partout où l’on va à se demander si les autorités de la ville font leur courses en ville ? Outre ce phénomène , il ya aussi celui des chouaya dans chaque coin de rue qui , à mon sens , ne font qu’augmenter le trou qui existe déjà dans la couche d’ausone . Enfin les mosquées , oui un véritable terrain vierge pour ceux qui veulent échapper au fisc ,rendant ainsi ce lieu sacré comme des souks . Moi , je suggère à l’APC de louer carrément tous les trottoirs de la ville à ces gens puisque personne ne veux lever le petit doigt pour défendre les droit de ce pauvre (...)
staifi de grenoble :
il n’y a pas que tandja sous cet aspect meme les neo-cites sont agressives par leur masse de beton et de ferrailles et l’absence de veritables espaces verts bien verts.savez vous qu’en france par exp pour construire 100mc il faut posseder un terrain de 600mcdonc il faut laisser 500mc d’espace vert alors quand on vous attribue un lot de terrain de 150 ou 200mc qu est ce qu’on aura:une cité bidonville je m’excuse
Setamir :
Cette artère principale dite « route de Sillègue » est l’exemple type de l’anarchie qui y règne à Sétif. D’autres axes routiers sont en voie de le devenir du fait de l’incivisme généralisé. Je n’ai pas une seule fois vu des policiers s’occuper de cette route. Elle est même incontrôlable du fait de sa configuration et des pratiques insensées qui s’y sont incrustés dans les consciences. Comment alors résoudre cette équation ? Un axe routier d’environ 2000m et large pour 02 minibus. Théoriquement à sens unique mais pas dans les faits. Le stationnement est théoriquement alternatif (coté pair et impair) mais jamais respecté par les automobilistes. Des bus « épaves » dans leur majorité, qui ne respectent ni les horaires ni les arrêts. Des trottoirs étroits et squattés par les commerçants de tous genre qui par endroits débordent même sur la route. Ajouter à cela une forte population qui ne sait plus où donner de la tête et des pieds. L’absence continue des services de sécurité, de contrôle, de sanction, fait dire aux (...)

Réponse de didine :

Entierement d’accord avec l’article du journaliste qui habite bien Sétif et aussi Ould Bled, aussi entierement d’accord avec l’internaute SETAMIR pour son écrit. Messieurs soyons logique, jettez un coup d’oeil du côté de la Rue Zaabat Ramdane !!! c’est la réalité, plus de 2000 m de longueur jusqu’à Aïn mous il ya que la Racaille des Bus qui circule, disons la Feraille ! la Pollution des echappement, le non respect de arrêts, le doublage de ces Bus dangereux durant le trajet pour soit disons arriver les premier au Terminus et gagner une place pour un futur retour à la Gare routière.La cambine entre ces Bus (quels Bus ) des Privés sur les Novaux Bus Flamboyants de l’ETUS en les gênant pour s’accaparer la clientèle ! il faut mettre terme à cette débandade, Aucun policier sur cette avenue (...)
mousito :
Bonjours, la solution est trés facile, c est de démolire quelques maisons sur la rue qui contourne le cimetiaire de sidi saide a coté de souke el maghreb, et la on va avoir deux rues une qui vient de 1006 vers souk el asre et l autre qui vient de CEM bakhouche just qu a 1006 a cote du cimetiaire de sidi saide, pour ca il existe un plan fait par un bureau d’etude bulgare a la wilaya de setif. Merci

Réponse :

je ne sait pas si vous avez vus ou pas , ? mais on a même construit des promotions immobilières parallèles a la rue zaabat ramdane ,on est fort nous !!!!franchement , ?

Réponse de didine :

Oui Moussito vous avez raison, c’est une solution, mais lors de la demolition de certaines maisons,disons une douzaine environ ?? + ou - ; il faut les indemniser n’est ce pas ? mais le problème c’est qu’il va y avoir des intrus qui vont s’incrire pour pouvoir bénéficier d’un logement ! il faut un contrôle très sévère pour cette opération.Pour le moment essayons de résoudre le problème de cete rue ( Zaabat Ramdane ), en injectons quelques Policiers tout au long de cette Avenue jusqu’à Aïn Mous.

Réponse de mousito :

Merci Didine, t’as l’air d’une personne qui connait Tanja, il faut des policiers et aussi des responsables de la wilaya car tout les pseudo responsable habite a dallas, et il ne connait rien de notre pauvre quartier, Aussi on trouve ni espace de jeu pour nos enfants ni meme un terain de foot, il ya just le cimetiaire de sidi said pour jouer , je vous dit quelque chose on est tous responsable et on doit bouger pour changer les chose, au moin une association. et Saha aidekoum mes frére.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus