Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Premier festival du théâtre professionnel

Fouara d’Or revient à Diwan Laâdjeb
dimanche 10 juillet 2005, écrit par : Nedj

Le rideau du 1er Festival du théâtre professionnel de Sétif est tombé. Le jury, qui a eu vraisemblablement du mal à évaluer les productions des 16 troupes qui ont, dix jours durant, égayé le quotidien des férus des planches, s’est finalement prononcé en faveur de la pièce Diwan Laâdjab du Théâtre régional de Constantine (TRC) ayant donc obtenu le grand prix (Fouara d’Or).

Le grand comédien Antar Hellal a, avec le prix de la meilleure représentation masculine, offert un deuxième trophée au TRC, confirmant ainsi qu’il demeure une valeur du théâtre national. Le deuxième grand prix est revenu à la pièce Don Quichotte de la coopérative Masrah Edik de Sidi Bel Abbès. A la troisième position, l’on retrouve le Théâtre régional de Sidi Bel Abbès avec Alla Khouta el adjddad. Le prix de la meilleure mise en scène a été décerné à Taifa du théâtre Afak de Batna. Le théâtre régional de Béjaïa a décroché le prix du meilleur texte Ouhouche.com écrit par Amar Fatmouche. La distinction de la meilleure scénographie est partagée par Tamza du Théâtre régional de Annaba et Gafla fi Hafila de la coopérative El Fouara de Sétif. Le prix de la meilleure représentation féminine a été décerné aux comédiennes Nesrine Belhadj du Théâtre national algérien (TNA) et Nadia Djebili du Théâtre régional d’Oran. Le grand prix du jury a été octroyé à la coopérative Les compagnons de Nedjma (Sétif) qui s’est illustrée avec El Hamel. Le jury a, en outre, primé les comédiens Khadidja Abdelmoulah du Théâtre régional de Sidi Bel Abbès et Mahfoud Berkane du Théâtre de l’univers (Alger). Notons par ailleurs que les prix de cette rencontre, qui a marqué bon nombre d’hommes de théâtre, sont dotés d’une enveloppe financière. Avant de quitter Aïn El Fouara, certains festivaliers considèrent que le renouveau de l’activité théâtrale ne peut provenir que de ce genre de manifestations. « Le festival de Sétif a permis aux comédiens des différents coins du pays de se rencontrer et d’échanger leurs expériences. Cette belle initiative qui mérite les encouragements nous a fait découvrir des jeunes talents pétris de qualité. » Tels sont les propos de Saïd Bouabdallah, président de la coopérative Les compagnons du théâtre et des arts d’Oran. Hacène Assous, le directeur du théâtre régional de Sidi Bel Abbès, abonde dans le même sens : « Le théâtre algérien qui a durant les années de braise payé un lourd tribut n’a pour l’heure pas besoin de compétition. On doit, à mon avis, multiplier les rencontres comme celle-ci qui a été instructive et enrichissante à plus d’un titre. Pour élever le niveau de nos potentialités, il faut offrir des moyens avec des contrats programmes et des cahiers des charges précis. Le Festival de Sétif a été une opportunité pour des jeunes et talentueux comédiens qui ont, en matière de distribution, besoin d’une meilleure prise en charge. » En somme, le théâtre sétifien qui renaît de ses cendres va laisser la place à un autre festival, celui de Djemila, mis des décennies durant en veilleuse. Les troupes et les musiciens d’ici et d’ailleurs se donnent rendez-vous à l’ex-Cuicul du 13 au 20 août prochain.

Kamel Beniaiche, Source : El Watan


Partager cet article :

Suite à un probleme technique, l'option des commentaires a été desactivée. Veuillez nous en excuser

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus