Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Les directeurs à l’école… de la bonne gouvernance : La gestion des lycées en débat à Sétif

jeudi 25 décembre 2008, écrit par : F. Senoussaoui , Liberté, mis en ligne par : Boutebna N.

“Le directeur qui ne se sent pas le père de tous les élèves de son établissement n’a pas le droit de dire qu’il est un bon gestionnaire pédagogique”.

Cette réunion, qui entre dans le cadre d’une série de 6 rencontres régionales organisées par le département de Benbouzid, est une première dans les annales du secteur de l’éducation nationale.
Il s’agit de regrouper 1700 directeurs de lycée au niveau national pour une meilleure gestion pédagogique des établissements du secondaire afin d’améliorer le rendement scolaire notamment pour les classes d’examen.

Ainsi, la wilaya de Sétif a abrité, avant-hier, les travaux de la rencontre régionale des proviseurs de lycées des wilayas de Biskra, Béjaïa, M’sila, BBA et Jijel sur la gestion pédagogique dans les établissements du secondaire. En présence des directeurs de l’éducation des wilayas précitées, les représentants du ministère ont transmis aux participants une lettre de Benbouzid. En effet, l’inspecteur général qui a rappelé aux participants les efforts consentis par le département et les réformes entreprises par la tutelle a appelé les proviseurs de lycée à améliorer la gestion pédagogique dans leurs lycées respectifs.

Pour ce faire, les représentants du MEN ont donné les ingrédients qui faciliteront cette tâche aux directeurs. “Passez périodiquement dans les classes, soyez près des élèves, réactivez les associations des parents d’élèves, impliquez- les dans la gestion de l’établissement, ouvrez les portes du dialogue entre les professeurs et l’administration, parlez aux délégués des élèves, participez à la formation du personnel en présidant les conseils et les réunions de coordination”. Tels sont les conseils et recommandations de M. Benrabeh Benmira inspecteur général du ministère à l’encontre des proviseurs. “Le directeur qui ne se sent pas le père de tous les élèves de son établissement n’a pas le droit de dire qu’il est un bon gestionnaire pédagogique”, a renchéri l’inspecteur général. Par ailleurs, le ministre, dans sa lettre a participants, a indiqué qu’après l’accomplissement des réformes, l’ouverture de nouveaux établissements et l’installation des nouveaux programmes, la bataille de l’amélioration de l’enseignement a commencé. Le ministre qui a été très clair dans sa missive n’a pas écarté de recourir aux sanctions contre les directeurs qui feront preuve de mauvaise gestion pédagogique. La décennie 2000 est celle des ressources humaines. L’école est cette usine qui fabrique cette intelligence à même de développer le pays. Le cas contraire, elle donnera à la société des monstres, dans le sens figuré du terme.


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
flek :
De quelle gestion parlez-vous ? il faut bien préciser le thème , dites plutôt la gestion des vols organisés des lycées et CEM là on comprendra bien .

Réponse de Inspector :

Si vous soulevez le problème des détournements, il y a la justice pour trancher. Mais pour ce qui est de la qualité pédagogique et des résultats scolaires, le directeur n’est pas responsable directement de la situation de l’échec. Tout un système devrait être mis en place. Il est composé essentiellement de l’association des parents d’élèves, des délégués des élèves et du rôle prépondérant de l’inspecteur de la matière. Encore une fois les mesures répressives à l’encontre du directeur ne sont qu’une fuite en avant en faisant sauter -le- fusible.

Réponse :

A Inspector. Exellente replique

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus