Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Développement du transport à Sétif

vendredi 16 janvier 2009, écrit par : R. L. / APS, mis en ligne par : Boutebna N.

’ici 2013, la généralisation des gares routières se fera par une moyenne de quatre gares par an, ainsi que des centres d’examen de permis de conduire à travers toutes ses 20 daïras.

Le développement du secteur des transports et l’amélioration des conditions de déplacement des habitants constitue, ces dernières années, un des principaux soucis des autorités locales qui veillent à mettre en place de nouvelles structures ainsi qu’à l’acquisition de nouveaux moyens de transport en commun.

La capitale des Hauts Plateaux, qui a longtemps souffert des défaillances dans les transports, compte en finir définitivement avec cette situation préjudiciable en améliorant « doucement, mais sûrement » la qualité des services fournis aux citoyens. Ainsi, la nouvelle gare routière actuellement en réalisation à Aïn Oulmène (sud de Sétif) sera réceptionnée « dans le courant du premier semestre de l’année en cours », selon la direction de wilaya des transports.

Prévu pour recevoir 95 autobus et 125 taxis par jour, ce projet dont les travaux sont à 90 pour cent d’avancement, a mobilisé un financement de 70 millions de dinars, a-t-on précisé, soulignant que cette nouvelle infrastructure « va améliorer la qualité des prestations de service dans le secteur du transport en commun et permettra une meilleure exploitation du réseau routier de la région ». Il est également prévu, durant la même période, la réception de deux centres d’examen du permis de conduire, dans les communes de Aïn Oulmène et de Aïn Azel. Ces deux projets ont nécessité la mise en place d’une enveloppe globale de 25 millions de dinars, selon la même source.

Les 10 centres « provisoires » pour l’examen du permis de conduire, actuellement opérationnels dans la wilaya de Sétif, connaissent un sous-effectif en matière d’examinateurs dont le nombre ne dépasse guère les 14, selon la direction des transports, donnant ainsi « un seul examinateur pour 100 candidats quotidiennement, alors que la norme est de 30 candidats par examinateur et par jour ». Les autorités locales de Sétif œuvrent , à travers le programme quinquennal 2009 - 2013, à la généralisation des gares routières en réalisant une moyenne de quatre gares par an, ainsi que des centres d’examen du permis de conduire à travers toutes ses 20 daïras, a-t-on encore indiqué. La première phase de ce programme portera sur l’étude et la réalisation de gares routières à Bougâa, Aïn El Kebira, Béni Aziz et Bir El Arch, pour un financement de 150 millions de DA par infrastructure, en plus de la réalisation de centres d’examen du permis de conduire dans les daïras de Sétif, El Eulma, Bougaâ, Aïn Kebira, Aïn Arnat et Hammam Sokhna. La wilaya de Sétif compte actuellement deux grandes gares routières, 5 autres de taille moyenne et 36 arrêts de cars.


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
Sabri :
ROUHI YA STIF ROUHI ZAGET ILIK. PLUS DE GARE, PLUS DE BUS, PLUS DE TAXI...EL HARBA TSALEK.ON VOUS LA LAISSE !!!

Réponse :

Selon votre demonstration, on dirait que setif est egale à NEW-YORK,Alors EL gaada khi.
didine :
C’est bien de faire des Gares routières, mais une question qui se pose : des Gares comme celles de Sétif et d’El Eulma, aussi sales et males gérées (on ne sait même pas qui les gère ?),je pense que....

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus