Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Piétons cherchent trottoirs

jeudi 14 juillet 2005, écrit par : Nedj

La capitale des Hauts-Plateaux reste un pôle économique incontournable, où les activités commerciales sont d’une grande intensité et obéissent à une demande sans cesse grandissante, donnant lieu à une véritable explosion de commerces en tous genres. Des centaines de magasins, locaux commerciaux, activant dans tous les créneaux, ont ainsi vu le jour, générant une véritable frénésie, pour attirer, de plus en plus, une société de consommation mal préparée à ce changement qui s’est fait d’une manière vertigineuse. Cela n’a pas évidemment manqué de se répercuter sur le paysage urbain de la cité, détériorant l’environnement en causant de nombreuses nuisances, réduisant chaque jour la qualité de la vie. Cette floraison de commerces, telle une pieuvre qui a déployé ses tentacules, à travers tous les quartiers périphériques, à commencer par le centre, le premier étouffé. Le citoyen sétifien se plaint de cette agression de marchandises diverses qui ont envahi tous les trottoirs et squattés d’autorité, en disputant la chaussée aux véhicules, avec tous les risques encourus. La notion de trottoirs espace pour piétons a totalement disparue. Ces derniers sont remplacés par les meubles, les produits électroménagers, les matériaux de construction, les articles d’habillement, la quincaillerie, les produits alimentaires, les fruits et légumes, les bibelots, quand ce n’est pas les tables et les chaises des cafés et les inévitables, mais désormais figures habituelles du paysage, les tables de marchands de cigarettes. Mieux, certains commerçants ont tout simplement érigé, de par et d’autre de leur local, une murette obstruant totalement l’accès et l’interdisant aux piétons. De même que d’autres les ont surélevés en ajoutant des escaliers, les transformant en espèce de montagnes russes, défiant toutes les lois.
Même pour le carrelage, chacun y va de son mauvais goût. Résultat, de véritable mosaïque, un mélange détonnant de couleurs et de qualité.
À Sétif, ville connue pour ses hivers rigoureux, l’on a dénombré une centaine de victimes de fractures dues aux glissades sur le verglas, ses trottoirs étant conçus avec de la dalle de sol (mode oblige !), où l’adhérence est nulle, surtout pour les personnes âgées. Il ne faut pas oublier le problème des sempiternels produits alimentaires (pain, laitages, boissons, conserves...) exposés, par tous les temps, au gaz brûlé des véhicules et leur répercussion sur la santé des citoyens. Dès l’arrivée des grandes chaleurs, de nouvelles mœurs s’installent tranquillement et insidieusement. Des personnes adultes, équipées de petites barres et d’une petite meïda, s’installent sur les trottoirs, particulièrement aux abords du lycée Késouani, et jouent des parties de dominos en tenue légère (short, gandoura ramenée au-delà des genoux ), tout en sirotant des boissons. Tout ceci sans vergogne, ni pudeur. À tel point que des personnes accompagnées de leurs épouses et de leurs enfants, n’osant plus s’aventurer dans ces lieux pourtant incontournables, nous ont approchés pour dénoncer le manque de civisme. Aussi, beaucoup se posent la question : “existe- t-il des autorités dans cette ville ? Où allons-nous avec ces comportements, où se hasarder dans la rue en famille relève de la gageure ? Il est grand temps de réagir.” Effectivement, l’on assiste à une véritable dégradation du quotidien des citoyens.

Farid Benabid, Source : Liberté


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°193 :
je suis completement d’accord, parceque chez nous c’est lecite de faire tout sauf devant ma maison et ma famille le reste on s’en fous, il faut poser une autre question importante a mon avis,il ya des projets de constriure des hotels soit dans la ville que au niveau de la wilaya pour ramner des touristes surtout etrangers coment voulez vous avec c’est gens jeter par terre a jouer le dominos, les insultes !? on as pas ne le sens de civisme ne la tradition d’une fois vis a vis la femme et les familles.

Réponse de fille de sétifiens :

en tant que touriste je prèfère voir des jeunes gens épanouis. N’ont -ils pas droit de cité ? Ne sont-ils pas citoyens algériens ?
fille de sétifiens :
Dans une ville où l’été est plus que caniculaire comment ose-t-on reprocher à ces jeunes gens de montrer leurs mollets ?

Commenter cet article
الرد على هذا المقال

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus