Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Déchets médicaux déversés sur les artères urbaines

vendredi 24 avril 2009, écrit par : Khalil Hedna, mis en ligne par : Boutebna N.

algré l’instruction provenant, conjointement du ministère de la santé avec celui de l’Environnement, à l’égard des structures sanitaires pour se doter d’incinérateurs ou autres équipements permettant le traitement des déchets médicaux, on continu malheureusement à relever des quantités considérables de déchets médicaux ou autres produits polluants déversés dans la nature ou sur les artères urbaines.

Comme ce fut le cas d’ailleurs à la cité Bel Air de Sétif, plus précisément à proximité de l’école Zighmi où, des tubes remplis d’urines et autres produits pour analyses et même de poches de sérum et des seringues, utilisées probablement par des structures de santé ou cabinets privés, ont été jetés aux bords de la rue, ce qui présente un réel danger pour la santé des habitants notamment pour les enfants qui fréquentent cette école et qui, soit par curiosité, ou par distraction, ramassent, viscéralement ces objets. Contacter à cet effet par nos soins, les services compétents, affirment que l’abandon des déchets infectieux et d’actions de soins dans la nature est un acte très grave, et les mesures à prendre vont jusqu’au retrait de l’agrément pour les cliniques et cabinets privé et la radiation pour les responsables du secteur publique. Ces même services renchérit que la gestion des déchets infectieux et d’actions de soins s’opère de façon rigoureuse, sachant que le rayon d’action touche, en plus du CHU Sâadna Abdenour de Sétif qui génère à lui seul l’essentiel du volume des déchets, les cliniques, les polycliniques, les centres de santé, les salles de soins et les laboratoires d’analyses médicales.

D’après une source fiable, la collecte et le tri des déchets se font en fonction de certains paramètres. Dotés de l’unique incinérateur dans la wilaya, le centre hospitalo-universitaire de Sétif opère au quotidien et de façon rigoureuse la collecte et le tri des déchets infectieux et anatomiques voués à l’incinération. Quant aux déchets hospitaliers considérés sans risque, ils sont acheminés vers la décharge de Sidi Haïder où ils subissent, par mesure de précaution, un chaulage avant leur enfouissement comme le stipule la loi 19-01 réglementant la gestion des décharges publiques. Toutefois, devant de tels actes « irresponsables » de certains opérateurs de la santé, un contrôle systématique et drastique quant à la gestion des déchets infectieux et d’actions de soins, devrait être mener par la tutelle à travers les structures sanitaires, car si ces déchets polluent l’environnement, ils présentent également un danger réel sur le plan de la santé publique.


Partager cet article :
5 commentaire(s) publié(s)
Amina :
mais ou sont les servives de l’hygienne de la commune, la DDS et l’environnement ?????quelle cata....
Sacia :
la question que je pose, ou jettent les cliniques privé leurs déchets ???? à ma connaissance ils sont soumis à un programme (une fois par semaine) pour incinérer leurs déchets au CHU ? Et le reste des jours comment ils font ?
boudmagh :
Ce n’est pas la première fois que cela se passe les services compétents doivent mettre un hola immediat et prendre les décisions rapides et radicales qui s’imposent.
HTM :
En regardant bien la photo, on remarque qu’il s’agit de tubes à vis contenant des prélévements de liquides biologiques destinés à un ECB (Examen Cyto-Bactériologique). Et en regardant bien le quartier, on remarque que l’école ZIGHMI Lamri (en question) est située dans la même rue et à quelques dizaines de mètres du Laboratoire (dit labo d’hygiène ou aussi labo de wilaya) chargé d’effectuer ces mêmes ECB (ECBU etc...). Les agents dudit labo ont dû jeter ces tubes à la poubelle pour qu’ils soient incinérés ou détruits, mais comme beaucoup de reservoirs à déchets sont régulièrement visités par les enfants du quartier, et bien... Ces tubes sont arrivés là, du fait des agissements de petits voyous dont les parents ont confié l’éducation à la rue. La rue n’éduque pas. Alors, mes chers concitoyens, arrêtons d’accabler la DDS, l’APC, ou même l’ONU. Le problème n’est pas chez eux, il est dans nos foyers. Arrêtons de faire des enfants si on n’est pas f... de les éduquer. Bien à (...)
staifi :
ah bon je vois bien que vous étes connaisseur ou du métier, mais selon la loi en vigueur les déchets médicaux comme c’est le cas doivent au moins être renfermer dans des sacs bien fermés et non pas jeter dans la poubelle mais transporter et jeter à la décharge avant b sur d creuser un trous et procéder au chaulage et autre chose comme l’a bien précisé M. Hedna dans son article....et vous venez mtn nous dire que c’est la faute aux enfants et je ne sais pas quoi....c’est la pure ignorance et surtout de l’impunité ....je demande à ce que les responsable de ce labo comme vous le dites soient punis pour cette incompétence. Un habitant de la cité 750logts

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus