Accueil > Evénements > Algérie >

Massacres du 17 octobre 1961 : un crime colonial encore occulté

samedi 17 octobre 2009, écrit par : APS, mis en ligne par : Boutebna N.

’Algérie commémore samedi le 48ème anniversaire des massacres du 17 octobre 1961 à Paris, alors que l’Etat français continue d’opposer une fin de non-recevoir à l’exigence de reconnaître les crimes commis durant la longue nuit coloniale.

Ce jour-là, plus de 80. 000 Algériens déferlaient sur les grandes artères parisiennes dans une marche pacifique, à l’appel des dirigeants de la Révolution algérienne, pour protester contre le couvre-feu imposé aux seuls Algériens par la Préfet de police, Maurice Papon.

Les manifestants, hommes, en majorité des ouvriers, femmes et enfants étaient venus de Nanterre, Aubervilliers, Argenteuil ou Bezons ou dans les quartiers les plus miséreux de Paris comme la Goutte d’Or ou Ménilmontant, pour défendre leur dignité et leur liberté,-mises à mal par un décret dans une démocratie occidentale", rappellent les historiens.

"Cette manifestation pacifique se soldera, le 17 octobre et les jours qui suivront, par- plusieurs centaines de morts et autant de disparus et plus de 1000 blessés alors que 14.094 Algériens furent arrêtés par la police française", témoigne Ahmed Arrad, ancien militant de la Fédération de France du FLN.

Pour Ali Haroun, ancien dirigeant au niveau de cette structure, il y a eu-"200 morts au minimum", parmi les manifestants. Haroun relève cependant,-la difficulté d’avoir un chiffre exact des victimes de ces manifestations car, dit-il, de nombreux Algériens comptaient parmi les disparus".

Acteurs, historiens et chroniqueurs de presse de ces journées sombres, sont unanime à dénoncer le chiffre de 2 tués, annoncé quelques jours après, par Papon, qui avait commandité et suivi de très la répression.

L’historien français, Jean Luc Einaudi, relève pour sa part, qu’"officiellement, les registres du service médico-légal ne signalent aucun mort pour la journée du 17 octobre 1961".

Il ajoute néanmoins, que-les cadavres acheminés vers la morgue étaient tout simplement jetés dans la Seine à partir des fenêtres du bâtiment abritant la morgue". L’historien rappelle que-cette pratique de noyade a été largement utilisée en 1958 lors d’un premier couvre-feu imposé à Paris sur les Algériens, arrêtés puis torturés au Vel d’hiv".

48 ans après, cette tache sombre demeure toujours chez les rescapés du massacre, encore vivants.-Même les femmes et les enfants n’on pas été épargnés puisque près de 1.000 épouses, mères et soeurs ont été interpellées ainsi que 500 enfants", témoigne Haroun.

De nombreuses associations aujourd’hui, en France même, n’oublient pas ces sombres évènements qu’elles commémorent régulièrement, par des rassemblements sur les lieux même du crime, mais aussi dans d’autres villes de France, où se sont déroulées aussi, des manifestations pacifiques similaires.

Cette année également, elles sont 20 organisations françaises, des ONG, associations et partis politiques, a avoir appelé à un rassemblement demain samedi au Pont Saint-Michel à Paris, en hommage aux victimes.

Ces organisations se rassembleront-pour exiger la reconnaissance officielle par la France de ces crimes d’Etat perpétrés par les forces de police", selon le texte de leur appel.

Elles déplorent à cet égard, que-48 ans après, la France n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les guerres coloniales" menées, en particulier en Algérie.

Elles déplorent également le fait que-certains osent encore aujourd’hui continuer à parler des +bienfaits de la colonisation+ et des honneurs +officiels+ sont rendus aux criminels de l’OAS.

Malgré un discours, parfois ambigu et contradictoire, sur le passé colonial de la France, la politique menée par le président Sarkozy témoigne d’une réelle volonté de sa réhabilitation", selon le texte.

Les signataires du texte, qui rappellent qu’"un certain nombre de collectivités locales ont baptisé des places à la mémoire des victimes du 17 octobre 1961", appellent au-développement de ces lieux de mémoire ainsi que la mobilisation de la population" sur ces places, pour demander notamment l’accès effectif aux archives pour tous, historiens et citoyens et le développement de la recherche historique sur ces questions".

La recherche de la vérité-s’impose pour cette période sombre de notre histoire comme elle s’est imposée pour la collaboration vichyste avec l’Allemagne nazie", relève une association basée à Lyon qui a appelé à un rassemblement samedi.

"Ce n’est qu’à ce prix que pourra disparaître la séquelle la plus grave de la guerre d’Algérie, à savoir le racisme dont sont victimes aujourd’hui nombre de citoyens ou de ressortissants d’origine maghrébine ou d’anciennes colonies", conclut-elle.

En Algérie, le 17 octobre baptisé, journée de l’Emigration, sera commémorée par différentes activités, notamment un hommage au philosophe français et fondateur du réseau des-porteurs de valises", Francis Jeanson, décédé en août dernier et une journée consacrée à des témoignages de moudjahidine, à l’APN, sur ces évènements.


Partager cet article :
14 commentaire(s) publié(s)
TSUNAMI :
EN FAIT CA SERT A QUOI DE COMMEMORER CE GENRE D’EVENEMENTS. PEUT ETRE A HAMHAM ET A RECLAMER LA NATIONALITE FRANCAISE. CE QU’A FAIT LE TERRORISME ENFANTE PAR LE F.I.S ET SES SBIRES EST PIRE ET LES ALGERIENS SONT MARQUES A JAMAIS. LE DENOTE LA RECRUDESCENCE DE LA CRIMINALITE ET LES ACTES D’INCIVISME.

Réponse de karim :

la france championne du monde des reconnaissances de crime de guerre ne reconnait pas ses crimes de guerre mais elle reconnait volontiers celle des autres( turquie serbie allemagne chine etc...) comment donner des lecons aux autres si on reconnait deja pas les siens ??
Medien :
Se rappeler les massacres du colonizateur est bien, mais encore mieux se rappeler des massacres des generaux Nezar et compagnie de 1988 et demander qu’ils soient juger.

Réponse :

!!!!ChttttttttttttttttET FAIT GAFFE.
kamel :
salem ; encors un autre massacre par la france coloniale à l’egard du peuple ALGERIEN en ce jour du 17 octobre 1961 ,si en regarde l’ephemeride c’est 365 jours de l’année que notre peuple a ete massacré par la france et cela pendant 132 ans Il es de notre devoir et droit de demander qu’il soit recnnu le genocide do valereux peuple ALGERIEN et cele sur tous les forums , les instances internationales des droits de l’homme sans relache et tant que la france n’a pas reconnue ces crimes de guerre pendant son occupation de l’ALGERIE.(wa salateala rassoul ALLAH.)
Ikad /SI. :
L’Algérie a commémoré le 17 Octobre, date du massacre sanglant dont on fait l’objet des centaines d’algériens,sortis en cet automne de 1961, pour réclamer l’indépendance de leur pays, dans une manifestation pacifique. Les quidams de Maurice Papon les ont accueillis avec des balles et de gourdins. Ce massacre n’est que le énième épisode du génocide et des crimes contre l’Humanité perpétré par le colonisateur à l’encontre du peuple algérien pendant 132 ans. Aujourd’hui, le premier devoir envers les victimes de cette répression et tous les Chouhada qui ont versé leur sang pour leur pays et pour sa liberté, est de nous incliner respectueusement devant leur âme en priant l’Eternel de les couvrir de sa bénédiction et les accueillir dans son vaste paradis. C’est le lieu ici de rendre aussi un vibrant hommage et d’exprimer toute notre gratitude aux amis de l’Algérie, d’hier et d’aujourd’hui, notamment en France. Aujourd’hui, on entend ça et là, y compris malheureusement parmi nos siens des petites âmes s’exprimer (...)
Ikad /SI. :
Suite et fin de mon envoi précédent/ La réparation de ce génocide contre l’Algérie, doit inclure le paiement de la dette contractée par le France à l’Algérie avant 1830 et non encore payée, l es crimes de sang depuis l’époque de L’Emir Abdel Kader, en passant par les révoltes populaires, les enfumâtes du XIXe siècle, les massacres du 8 mai 1945 et l’assassinat de millions de Chouhada de la révolution du 1ere novembre de 1954 et les victimes de la torture. Bien plus, l’on doit se pencher parallèlement à estimer toutes les ressources pillées durant cette période, les œuvre d’art, la restitution des archives et tous les méfaits coloniaux pour que justice soit rendue chaque méfait commis, qu’il soit a caractère de sang, de mémoire, d’archives ,de nature économique ou culturelle. Concernant le débat algéro-algérien sur cette page épique du parcours de l’Algérie vers son Destin, Si notre révolution et notre lutte de libération sont méconnues des générations de l’indépendance (ce qui reste à démontrer), la (...)

Réponse de Gharib :

Un joli discours ! IL FAUT L’ENVOYER AU SULTAN QUI SE SOIGNE DANS LES HOPITAUX MILITAIRES DE FRANCE. Il faut envoyer aussi une copie à tous ses vizirs et ses généraux, sans oublier par la même occasion d’envoyer une copie à M. Tahar Ouatar qui se soigne actuellement à Paris, lui qui abhorre la France et qui a dit à propos de feu Tahar Djaout, lors de son décès, que c’est une perte pour sa famille et pour la France. Hypocrisie ! Finissons le Métro d’Alger tout d’abord, garantissons notre autonomie alimentaire, nettoyons nos villes, trouvons du travail à nos jeunes qui se suicident ou se jettent en mer, sauvons nos écoles de la médiocrité, protégeons nos citoyens contre les accidents et je vous assure que nos martyrs seront très contents. Les discours creux n’apportent rien à cette Algérie malade depuis sa naissance. C’est de la poudre aux yeux pour détourner les Algériens des vrais problèmes. Enfin, puisque que vous faites d’Okba un héro national du même rang que Massinissa et Jugurtha, pourquoi ne pas (...)
kamel :
salem ;je partage entierement votre analyse et en particulier << la faute incombe aux adultes qui n’ ont pas « pu,su,ou voulu ,leur transmettre les valeurs et la foi de leurs ainés, pour perpétuer le devoir de mémoire. ça c’es autre chapitre doulereux de notre histoire contempotaine lire le livre << l’independance confisqué du feu F-A et j’en suis sur que ces deja fait ; accepter ma parfaite consideration . (wa salate wa salam ala rassoul ALLAH ).

Réponse :

مهما فعل الاستعمار لن يكون اسوء مما فعلت الجزائر في ابنائها بعد الاستقلال و الله لم اجد اي شيء ايجابي او مدروس او مخطط له بعد الاستقلال سوى الارهاب الذي دمرنا و جعلنا نعيش سنوات الجمر ان ما فعلته فرنسا يبقى في اطار الاستعمار فهل يوجد استعمار جيد و استعمار سيء المل سواء اما ما نعيشه في الجزائر فهو استعمار تحت اسم الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الفردية و ليس الشعبية لان الشعب لا يقرر شيء حتى نتائج الانتخا

Réponse de كمال :

السلام : مهما يكن من ضلم أو إتلاف حقوق الفرد في الجزائر المستقلة لا يساوى 0.01% ما فعله الاستعمار الغاشم لمدة 132 سنة من التدمير و النهب و القتل جماعي إستبداد شعبا كاملا . المطلوب من فرنسا أن تعتذر لشعب الجزائر الأبي (و الصلاة و السلام على رسول الله )
Medien :
L’Algerie s’est debarasse de la France, mais elle n’a jamais acceder a l’independance et la dignite. Un autre 88 est indispensable, parce que nous savons que la junte au pouvoir ne cedera jamais le pouvoir volontairement.

Réponse de h.n :

Oui mon frere Medien,je suis tout a fait d’accord avec votre analyse qui est logique, la France 1ere colonisatrice de l’algerie depuis 1830 a 1962 soit 132 ans d’occupation.Mais,la france avait bien quitter l’algerie en 1962, mais elle a laissee sa 2e puissance colonisatrice sous tutelle algerie-francaise qui regne depuis 47 ans maintenant depuis 1962 a ce jour 2009 pour continuer a torturer et dominer ce noble peuple courageux et fidele a son pays. Ce pouvoir seme les memes pratiques de tortures pour les algeriens sous dictature forcee de l’armee algerienne,et les priver de tout droit. Un sacrifice de 1.5 million de nos martyrs chouhadas morts pour rien a cause de ce pouvoir fantome.
Ali :
Intervention de Mme Sabiha AHMINE, conseillère régionale de Lyon, qui s’est toujours battu pour cette reconnaissance, lors de la commémoration citoyenne du 48ème anniversaire « des massacres 17 octobre 1961 », sur le Pont de la Guillotière de Lyon, le samedi 17 octobre 2009. Un appel à la vérité et la reconnaissance : Nous somme rassemblé ici aujourd’hui, en cette commémoration citoyenne du 48ème anniversaire « des massacres 17 octobre 1961 », pour rendre un hommage républicain à toute les victimes de cette journée noire, cette tache noire dans notre histoire commune, mais aussi pour la vérité et pour la reconnaissance. Cette reconnaissance qui est en elle-même la défense de nos valeurs républicaines contre l’oubli et contre le mépris. En effet, si la date du 17 octobre 1961 est dramatiquement gravée dans la mémoire commune des peuples algériens et français, c’est parce qu’elle évoque une page noire de notre mémoire, celle du sort tragique d’une des manifestations pacifiques pour l’égalité, la dignité et (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus