Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Le président à Sétif

La « charte » sur un haut plateau
jeudi 25 août 2005, écrit par : Nedj

Sétif, première étape du périple présidentiel, s’anthropomorphise. Le chef lieu de la wilaya des 1,5 millions d’habitants se transforme en portrait géant d’un seul homme.

Affiches couvrant les façades d’immeubles, centaines de mini-portraits sur les lampadaires de la ville et de ses tentacules routières, posters datant des campagnes de 1999 et 2004, etc. : l’icône du chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, dit « El Aziz », le « très cher », est partout où porte le regard. La nature a horreur du vide. La communication présidentielle aussi, semble-t-il. Le stade du 8 Mai 1945 qui devra accueillir , aujourd’hui, le meeting du président Bouteflika, dont c’est la neuvième visite à la métropole des Hauts Plateaux, est fin prêt. Couleurs, chaises tapissant la pelouse, des jeunes venus des communes des alentours, et même des wilayas limitrophes, banderoles à la gloire de la « réconciliation nationale », à la « charte pour la paix et la réconciliation ». Deuxième wilaya du pays après Alger en terme démographique, Sétif représente un important réservoir électorale. Pour rappel, la wilaya a bénéficié de 6000 milliards de centimes au titre du plan quinquennal 2005-2009. A quelques centaine de kilomètres plus à l’est, à Constantine, l’ex-chef de l’AIS, Madani Mezrag, animera ce jeudi également un meeting pro-« charte ». « Qui ? Le président ? Ah bon. Nous on ne croit plus aux promesses. Nous vivons, nous tentons de gagner notre vie et c’est tout. Quant à lui... », réagissent deux jeunes sétifiens rencontrés au hasard d’une virée d’après-midi. « La plupart des Sétifiens voteront oui. Il y a beaucoup de oui à Sétif », affirme un correspondant local de presse. Abdelaziz Bouteflika devra aujourd’hui également inaugurer 4000 places pédagogiques à la nouvelle université El Baz et bénéficiera d’un bain de foule au centre-ville du côté de la mythique Aïn El Fouara. La radio locale a mobilisé son antenne pour la « sensibilisation » des masses au rendez-vous. Ambiance de fête donc en l’absence apparente d’un débat contradictoire autour du projet de la « charte » et toujours sous les dispositions liberticide de l’état d’urgence, en vigueur depuis février 1992. N’empêche, la ville s’est faite belle, le bitume tout neuf coule à flot et le wali a invité les journalistes à assister mercredi soir à la cérémonie de clôture du festival d’El Djamila.

Adlène Med, Source : El Watan


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
Faycal Ben Hocine Saffih :
Ghashi qui ne pense (qui a cesse de penser)... C’est foutu et l’avenir repondra que les victim vongerons si on leur respect pas leur HAQ.... pauvre algerie....!

Réponse :

c’est bien de réconcilier les algériens entre eux cela est plus qu’urgent ,car on a perdu énormément de temps et le temps est bien de l’argent,bien sur les autorités des wilayas visitées par le président sont toujours hypocrites,on nettoie,on badigeonne,on mobilise à l’occasion d’une visite éphémère puis après comme si rien n’était,pourquoi ne pas travailler sérieusement li wajhi allah, on est que des passagers sur cette terre,il n’est pas dit que l’amour du pays est de l’imane,enfin ne trompons pas la population et travaillons tous ensemble pour le bien être de la génération montante qui sera l’avenir du pays.
Commentaire n°247 :
Expliquez ce que vous dites ;on n’y comprend rien !La langue que vous utilisez ressemble de loin à du français(je ne parle pas des mots en arabe que vous employez)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus