Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Tandja : Les trottoirs squattés par le commerce clandestin

mercredi 18 août 2010, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

A l’instar des autres quartiers de la ville de Sétif, les habitants de la cité Tandja sont condamnés à affronter les risques de la chaussée. Certains trottoirs se sont transformés en lieux de commerce. C’est devenu une habitude dans pratiquement toutes les villes algérienne, notamment à chaque temps du mois sacré de ramadhan.

Les trottoirs se sont pratiquement transformés en lieux de commerce où les différentes activités commerciales battent leur plein. Vendeurs de vêtements, de produits cosmétiques et même de fruits et légumes et d’autres s’y installent. Ils concurrencent les étals des commerces « légitimes » et gênent sérieusement les piétons en les condamnant à affronter les risques de la chaussée. Et ce sont les piétons qui en paient le prix. En essayant d’éviter les obstacles, ils descendent sur le bitume et affrontent les risques de la chaussée. Chose qui gêne la circulation et met en réel danger leurs vies.


Partager cet article :
19 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°75570 :
pourquoi pas, TIDJARA HLAL ! tout est permis, toutes les nuisances et accaparations
Salim :
Le trône de la République est squatté ; Le coffre fort de la République est squatté ; La conscience du peuple est squattée. Alors pourquoi les petites gens se refuseraient le squat des trottoirs. Le citoyen algérien n’a qu’un seul droit, celui de se taire. Dans un Etat laxiste voire absent, ce genre de choses et d’autres bien plus graves, ne peuvent que prospérer.

Réponse de ALI :

Tandja (cité yahyaoui) au temps de la France, c’était la cité des indigènes et en meme temps la cité des fellagas. Apres l’indépendance cette cité historique n’a vu aucune amélioration ; la preuve elle est tellement délaisée qu ce n’est plus quelques trottoirs qui sont squattés mais tous les trotoirs. De plus elle est exposée aux inondations, au banditisme etc.... ELLE nécessite une action de grande envergure pour améliorer le cadre de vie et la sécurité. C’est pour cela que sétif a besoin d’un wali qui s’occupe de ce genre de cités et non de l’ESS et et des quartiers riches de Sétif. Pour moi un bon wali c’est celui qui dès son installation il commence par une visite à tandja au ras idour, chouf legdad... et doit s’attaquer à lamélioration de l’architecture de ces cités qui cachent les misères de sétif. Le Centre ville et ces environs (angar cheminots, boumarché) appartenaient aux français et avant 1962 n’étaient accessibles qu’aux frainçais el leurs (...)

Réponse :

Sahit khouya Ali.Saha ftourek men 3ndi mine Bariz.

Réponse de lilia :

tandja adore ca je suis passee une fois avec une amie jetais sideree cest un dour dans la ville meme la mentalite est differente de celle de la ville et il ya beaucoup de barbus on dirait kaboul.rabi yestar.

Réponse de tanoudj a lilia :

YA LILIA cest quoi ton histoir .? jai passé a atandja jai vue des barbu et mentalité pas comme au centre ville . pour quoi tes une parisienne ou tu est du new work. je suis de tandja . pour quoi wech fih centre ville taa3 la rue 08 mai 1945 quelle rue tu le fait en 5 minute a pieds. tandja elleest conue mm dans les ville de louest algerien . cest la casbah de setif cest hiya li rahi refda setif. staifiat hadou il se prenne pour top femme . (barbue) mest cest yaura quelqun de tandja qui vien te demandé au mariage et qui vis a letrnager la tu va accepté vite nest ce pas ? cest tu est une setifienne en vrais.

Réponse de petit "a" :

Ou ça les barbus ?,il n’y a que des dragueurs -des yeux- a rue de silegue
Commentaire n°75600 :
Non les commerçants ambulants ne squattent rien du tout,ils font l’ambiance du Ramadan ! Cette rue devrait etre fermé pendant ce mois.

Réponse de kheiro staifi :

saha ftourkoum, mais tu viens de toucher un problème crucial. y’a t’il des rues piétonnes en algérie ou du moins occasionnnellement. les pouvoirs publics et surtout les élus locaux devraient se pencher sur cela

Réponse de mimi :

salam moi je trouve désolant ce que vous dites sur tandja ,tanja ne vous plait pas n y aller pas un point c tout !centre ville pas centre ville vs vous prenez pour qui ceux du centre ville rayhine tweliwelna gwere avec votre facon de parler de penser et de vous habillez rayhine tirou hotou kara3ikom fi laadel blédard tu es blédard tu restera un point c tout centre ville rassi dor cheminot ou tandja rakom kifkif !!!!! saha ftorkom
tandjaoui :
l’abssence de l’etat

Réponse de valdo :

certe , vous dites l’absence d’autorité , mais pourquoi vous ne posez pas la question ,que fait l’état pour ces jeunes gens.donc malheureusement ces jeunes gens n’ont trouvé qu’un seul revenu c’est de vendre sur le trottoirs.vaut mieux vendre que d’aller voler, que préfériez vous !
Commentaire n°75651 :
C’est la présence et l’autorité de l’état qui déborde....

Réponse :

ces jeunes sont les enfants de leurs parents pas de l’état, la faute de l’état est de ne pas avoir initié une vrai politique nataliste dans les années 1970/80. sur les 36 millions d’habitants que compte l’algérie, il y en a 20 millions qui sont de trop
salim centre ville :
cest vrai lilia moi aussi je ne passe jamais a tandja jettoufe djini el ghouma .

Réponse de ghrib oubarani :

Vraiment totalement déçu, pour que mon commentaire sur Tandja ne soit pas inséré ,mon écrit respecté les regles de déontologie sans porter atteinte à quiconque sauf dénoncer l’incurie et l’irresponsabilité dans la gestion de la ville de Setif et j’assume mes responsabiltés lorsque j’ai soulevé le problème de délocalisation du sinistre souk bizar ou andréoli veritable plaie que des commis de l’Etat désignés pour representer la République et faire respecter ses lois n’ont pas pu solutionner et se cachent derriere un club sportif pour soigner leur image de marque sans compter les parking sauvages le non respect élémentaires des regles régissant l’hygiène et l’environnement , le chomage la crise du logement et la liste et tres longue !nous aimons Setif car nos parents et nous, sommes nés et pour l’independance de l’Algerie s’était une ville bastion du nationalisme et elle a payé un lourd tribut ainsi que toute sa region !alors de grace pour tout ce qui est (clandestin) appliquez seulement les lois.Ramdhane (...)
Commentaire n°75734 :
Bonjour, premièrement Ramadhan Moubarak pour tout le peuple algérien. S’il y avait de grandes surfaces commerciales les gens ne seraient pas allés dans ces endroits pour acheter ce dont ils ont besoin. C’est drôle avant dans les années 70, il y avait les Monoprix. Pour aller chercher ce que ma mère me demandait d’acheter, je montais dans des escaliers en marbre, toujours bien propres, ou des escaliers roulants pour accéder aux étages supérieurs, je ne me promenais pas sur des trottoirs bondés sous un soleil accablant, je pouvais y aller à deux en marchant. Il y avait un tout près des trois horloges(BEO) et l’autre sur ce qu’on appelle maintenant la piétonnière. Enfin, au lieu d’ajouter ce genre de surfaces et les mener de parking parce que les temps ont changés et la population a augmenté, on les a malheureusement fermés. Peut-être parce qu’ils n’étaient pas rentables à cause du vol ou d’autres choses, mais maintenant il ya les moyens de contrôle : les cameras, les étiquètes magnétiques sur les articles. (...)
Commentaire n°75805 :
Le commerce n’est pas clandestin puisqu’il est visible et nargue même le citoyen et les autorités.Vous voulez parler du commerce illégal ou informel peut être ?Il faut choisir ses mots pour ne pas augmenter nos maux.
hafid :
je suis contre se phenoméne mais l’état doit leur trouver une solution et puis ya pas quà tanja que parler plutot de l’eau qui ne coule lus dans les robinets !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! c’est la honte.se phénoméme prend de l’ampleur méme les commerces licite nous prennent nos trottoirs où est l’état ?!

Commenter cet article
الرد على هذا المقال

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus